topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Une aide d’urgence nécessaire aux réfugiés burundais pour reconstruire leur vie Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

UNHCR, 27 octobre 2021

Des réfugiés burundais retournent chez eux mais doivent faire face à des problèmes de réintégration

Plus de 60 000 réfugiés sont rentrés cette année au Burundi, en provenance de toute la région alors que les tensions s’apaisent dans le pays. Une aide supplémentaire est cependant nécessaire de toute urgence pour les aider à reconstruire leur vie et à prendre un nouveau départ.

Safia Nduwimana a fui la violence au Burundi il y a deux ans. De retour chez elle depuis trois semaines, elle est partagée entre joie et anxiété.

« Je suis revenue dans l’intérêt de mes enfants. Ils avaient le mal du pays et n’allaient plus à l’école à cause du Covid-19 », explique cette veuve de 39 ans, qui doit désormais se démener pour subvenir aux besoins de ses neuf enfants.

Depuis le début de l’année et face à une amélioration de la situation sécuritaire, environ 2300 Burundais réfugiés en Ouganda ont sollicité l’aide du HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, pour retourner chez eux.

Safia faisait partie d’un premier groupe de 265 Burundais qui ont volontairement regagné leur pays au début du mois d’octobre. Depuis le début de l’année, plus de 1250 burundais réfugiés en Ouganda sont rentrés chez eux.

Les rapatriements sont soutenus par le HCR en Ouganda, en Tanzanie (pays par lequel transitent les réfugiés en provenance d’Ouganda) et au Burundi, ainsi que par les gouvernements des trois pays et plusieurs agences humanitaires.

« Je suis revenue dans l’intérêt de mes enfants. »

Safia était enceinte au moment où elle a fui les violences politiques dans son pays. Elle a rejoint le camp de réfugiés de Nakivale, en Ouganda, où elle a reçu des soins médicaux et accouché en toute sécurité.

En 2020, l’Ouganda figurait parmi les cinq premiers pays au monde à accueillir le plus grand nombre de réfugiés. En septembre dernier, le HCR estimait que plus de 1,5 million de réfugiés et de demandeurs d’asile se trouvaient dans le pays, dont 3% en provenance du Burundi.

« Bien que nous n’encouragions pas le retour au Burundi, nous sommes heureux d’aider les réfugiés à rentrer chez eux », indique Joel Boutroue, représentant du HCR en Ouganda. « Notre rôle est de veiller à ce que les retours soient volontaires, libres et informés et que le processus soit sûr et digne », ajoute-t-il.

Joel Boutroue souligne que les réfugiés qui choisissent de rester en Ouganda continuent de bénéficier de la protection internationale, d’assistance, ainsi que des services fournis par le gouvernement, le HCR et ses partenaires.

La plupart des personnes rapatriées se confrontent à l’inconnu lorsqu’elles rentrent chez elles. Certains ont en effet vendu leurs propriétés avant de fuir, tandis que d’autres les retrouvent occupées ou inhabitables. En août dernier, le HCR estimait que 37% des rapatriés ne pouvaient pas accéder à leur ancienne maison à leur retour.

À leur arrivée au Burundi, Safia et sa famille ont été accueillis par un ancien voisin. Ayant vendu sa maison familiale et sa ferme pour couvrir les frais médicaux avant son départ, elle a dû compter sur l’aide d’un ancien rapatrié pour trouver une maison à louer.

Dans l’immédiat, elle prévoit de remettre ses enfants à l’école et de trouver du travail, afin de leur fournir suffisamment de nourriture, car les récentes réductions des rations alimentaires pour les réfugiés en Ouganda ont été difficiles pour la famille. Cependant, elle reste optimiste et pense que l’assistance qu’elle a reçue dans le cadre d’un modeste programme d’aide au retour lui permettra de prendre un nouveau départ.

« Avec le soutien que j’ai reçu, je vais acheter un petit terrain et utiliser le reste pour lancer une petite entreprise », confie-t-elle, souriante.

Conformément au plan national de réintégration des réfugiés du Burundi, le HCR et le PNUD ont proposé d’aider le gouvernement à construire trois villages ruraux intégrés dans les provinces accueillant de nombreux rapatriés. Ces villages contribueront à une meilleure intégration des personnes rapatriées, celles déplacées à l’intérieur du pays et plus largement d’autres personnes vulnérables.

« Nous faisons de notre mieux pour aider les rapatriés... mais cela nécessite un soutien considérable. »

« Les gens peuvent accéder aux services de base, notamment la santé et l’éducation, et à davantage de possibilités de devenir autonomes », précise Abdul Karim Ghoul, représentant du HCR au Burundi. « Cela favorise également la coexistence pacifique entre les communautés ».

Il souligne qu'un soutien plus important est nécessaire de la part des donateurs et des agences de développement, faisant référence au Plan conjoint de retour et de réintégration des réfugiés 2021, lancé en février dernier, et qui n’est actuellement financé qu’à hauteur de 10%.

« Nous faisons de notre mieux pour aider les rapatriés à mieux s’intégrer dans leur communauté, mais cela nécessite des contributions et un soutien considérables », rappelle Abdul Karim Ghoul.

Depuis le début des opérations de rapatriement volontaire en 2017, plus de 180 000 Burundais ont regagné leur pays en provenance du Kenya, de l’Ouganda, de la Tanzanie, du Rwanda et de la République démocratique du Congo (RDC).

Près de 270 000 réfugiés burundais restent en exil, généreusement accueillis par la Tanzanie, l’Ouganda, le Rwanda, la RDC, le Kenya, le Mozambique, le Malawi, l’Afrique du Sud et la Zambie.

Par Yonna Tukundane en Ouganda et Bernard Ntwari au Burundi

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher