topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Des déguerpissements indus au Burundi ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

Deutsche Welle, 29.11.2021

Le gouvernement burundais procède à la démolition de constructions anarchiques à Bujumbura. Mais certains sinistrés affirment avoir des titres fonciers officiels.

Depuis un peu plus d'une semaine, le gouvernement burundais poursuit son opération de démolition des constructions anarchiques qui débordent sur les artères publiques, envahissent des espaces verts et des routes principales.

Ces actions de déguerpissement sont saluées par certains Burundais mais dénoncées par d'autres qui s'insurgent contre une mesure qu'ils qualifient d'injustice à l'égard de certains détenteurs de titres fonciers délivrés par le ministère de l'urbanisme. 

"Le gouvernement est en train de rétablir les citoyens dans leurs droits, qu'il soit aussi rétabli dans ses droits. Tout le monde a des titres de propriété mais qui ne correspondent pas aux constructions érigées. Quiconque a un titre de propriété et qui a respecté le bornage ne sera pas obligé de démolir sa maison."

0 seconds of 0 secondsVolume 90%

"J'ai les documents"

Gervais Ndirakobuca, ministre de l'Intérieur, qui expliquait devant les députés, en septembre dernier, la politique du gouvernement qui consiste à démolir les constructions anarchiques.

Selon lui, cette anarchie découle des périodes de crises que le Burundi a connu. Durant ces périodes, des citoyens se sont octroyé des espaces publics en violation de la loi.

Mais ces propos du ministre de l'Intérieur ne convaincs cet homme qui a accepté de témoigner sous anonymat. Il fait partie des Burundais dont une partie de la maison a été démolie.

"J'ai les documents de l'urbanisme. Voici le procès-verbal d'arpentage et de bornage. C'est mentionné que je n'ai pas dépassé les bornes. J'ai le titre de propriété, le plan cadastral, j'ai tout ! Ça vient de l'urbanisme. Ce n'est pas moi qui les ai écrits."

Le ministère fautif ?

De tels cas sont toutefois rares, nous explique pour sa part, cette autre victime des actions de déguerpissement. Parlant sous anonymat, il accuse les fonctionnaires de l'urbanisme qui ont délivrés les titres de propriété en violation flagrante de la loi.

"On exige  de nous de construire selon les normes. Les fautifs sont les services de l'urbanisme qui ont octroyé des terrains en violation de la loi. Sinon, il n'y a pas de faveur accordée à qui que se soit. Ils détruisent les constructions anarchiques de la première à la dernière avenue."

... ou un tir rectifié?

En effet, les constructions anarchiques, dans certains cas, sont la conséquence de la corruption avérée entre les services de l'urbanisme et des acquéreurs de terrains. Dans d'autres cas, c'est la décision unilatérale de certains prioritaires. C'est du moins l'avis de cet autre citoyen burundais qui déclare : "Je ne dirais pas que c'est le problème du gouvernement, c'est plutôt le problème des gens qui depuis des années s'octroient des espaces de publics et ça c'est la correction. Pour ceux qui se sentent lésés c'est compréhensible, le gouvernement doit leur rendre justice."

Leur rendre justice signifie qu'il va falloir donc indemniser les citoyens qui sont dans leurs droits. Mais qui de l'État ou des fonctionnaires corrompus de l'urbanisme doit réparer les dommages ? Pour l'instant, le gouvernement burundais n'a fait aucune annonce à ce sujet.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher