topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : les massacres des Hutus de 1972 officiellement qualifiés de « génocide » Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

RFI, 21/12/2021

Burundi: la Commission vérité et réconciliation reconnaît un génocide des Hutus en 1972 et 1973

La Commission vérité et réconciliation, qui présentait lundi 20 décembre son rapport d'étape devant le Parlement du Burundi réuni en congrès, a qualifié l'un des pires épisodes de massacres interethniques dans ce pays qui avait débuté fin avril 1972 comme « le génocide contre les Hutu de 1972 et 1973 ». Les Hutus sont aujourd'hui au pouvoir. Une qualification qui a été endossée par acclamation par les deux chambres du parlement burundais. 

Créée en 2014, la très contestée CVR du Burundi avait la lourde tâche d'enquêter sur les crimes commis dans ce pays depuis la Conférence de Berlin de 1885 à la fin de la guerre civile en 2008. Mais la CVR a centré son enquête sur cette sombre période.

Le rapport présenté devant le Parlement réuni en congrès est plutôt volumineux. Plus de 5 000 pages qui résument des années d'enquête centrées exclusivement sur ce que les Burundais appelaient jusqu'ici « les évènements de 72 ». Une date qui correspond à l'un des pires épisodes des massacres interethniques dans ce pays.

900 témoins auditionnés

Selon son président Pierre Claver Ndayicariye, la CVR du Burundi a, pendant tout ce temps, auditionné environ 900 témoins dont des responsables présumés de ces massacres, elle a exhumé les restes de près de 20 000 victimes dans quelque 200 fosses communes, ou encore étudié des milliers de documents relatifs à cette période.

Il ressort de cette enquête selon cette Commission, que « les violations graves, massives et systématiques des droits de l'homme qui ont visé la majorité hutu en 1972 et 1973 » avaient été « planifiés » en amont par le pouvoir du président Michel Micombero, issu de la minorité tutsi.

Pierre Claver Ndayicariye a donc « déclaré solennellement ce 20 décembre 2021 que le crime de génocide a été commis contre les Hutu du Burundi en 72 et en 73 » une déclaration qui « était attendue depuis très longtemps », a commenté le président de l'Assemblée nationale, Gélase Daniel Nbabirabe.

« Le travail n'est pas fini »

Prochaines étapes, notamment l'identification de toutes les victimes de cette période qui passe par un recensement sur chaque colline du pays ainsi que l'organisation d'audiences publiques.

« Le travail n'est pas fini mais il fallait faire vite », reconnaissent nos sources, qui expliquent que le pouvoir burundais avait exigé de la CVR cette proclamation avant le 50e anniversaire de ces massacres en avril prochain.

Polémique

Après la qualification officielle par la CVR du Burundi, des massacres inter-ethniques de 1972 comme « le génocide des Hutus de 1972 et 1973 », le parti Uprona, alors parti-État et qui a été incriminé par la CVR, a nié dans un tweet toute participation à ces crimes.

De son côté, l'une des principales figures de la société civile burundaise en exil a dénoncé une décision prise par une Commission constituée quasi exclusivement par des membres du seul parti au pouvoir, l'ex-rébellion hutu du Cndd-FFD, et qui n'a enquêté depuis sa création en 2014 que sur les seuls massacres de 72. Or son mandat prévoit qu'elle enquête sur les crimes commis depuis la conférence de Berlin en 1885 à la fin de la guerre civile en 2008, explique Vital Nshimiramana : « Nous ne contestons pas les crimes commis, mais nous contestons la méthodologie. »

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher