topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Une équipe du FMI a effectué une mission virtuelle de consultation au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

FMI, 17 mars 2022

Les services du FMI achèvent leur mission de consultation de 2022 au titre de l’article IV à la République du Burundi

Washington, DC – Le 17 mars 2022 : Une équipe du Fonds Monétaire International (FMI) dirigée par Madame Mame Astou Diouf, cheffe de mission pour le Burundi, a effectué une mission virtuelle du 24 février au 16 mars 2022 pour mener des entretiens relatifs aux consultations au titre de l’article IV des statuts du FMI.

Au terme de la mission, Madame Diouf a fait la déclaration suivante :

« Les autorités burundaises et les services du FMI ont discuté des développements économiques récents, des perspectives à moyen terme et des politiques macroéconomiques à mettre en œuvre en réponse à la pandémie de COVID-19 et aux effets de la guerre en Ukraine, ainsi que pour maintenir la stabilité de l’économie burundaise.

« Le PIB réel a rebondi de 2.4 pour cent en 2021, sous l’effet d’une reprise des activités des secteurs primaire et tertiaire qui ont bénéficié de l’assouplissement des mesures de distanciation et de restrictions de voyage. La production agricole a été soutenue par l’amélioration de la fourniture d’intrants, y inclus celle des engrais et des semences de qualité. Le secteur secondaire a connu une croissance plus faible comparée à 2020 causée par le ralentissement des activités minières induits par des renégociations d’agréments d’exploitation. La relance économique amorcée devrait se raffermir avec une croissance du PIB à 3.6 pour cent en 2022 tirée concomitamment par tous les secteurs, bien que ralentie par les effets de la guerre en Ukraine.

« Dans le moyen terme, la croissance devrait s’accélérer au fur et à mesure que les effets de la pandémie de COVID-19 s’estomperont et que les projets d’investissements et les réformes en cours porteront leurs fruits. La croissance économique pourrait être plus forte que projetée compte tenu des initiatives du gouvernement, des réformes pour soutenir la résilience de l’économie et de la possibilité de financement étrangers plus élevés que prévus faisant suite à la collaboration plus proche avec la communauté internationale. Cependant, des risques pèsent sur le cadre macroéconomique en raison des incertitudes entourant la situation géopolitique en Europe, la fin de la pandémie et les aléas climatiques au Burundi.

« L’inflation a augmenté pour se situer à 8,3 pour cent en 2021 (contre 7,5 pour cent en 2020) tirée par le renchérissement des prix des produits alimentaires. Elle devrait s’accélérer à 9.2 pour cent en 2022, à cause de la hausse des prix des matières premières comme le pétrole, une conséquence de la crise en Europe. L’inflation importée pourrait cependant être moindre que les prévisions actuelles, compte tenu de la possibilité d’une production agricole meilleure que prévue qui pourrait réduire les prix des produits alimentaires, des mesures de régulation des prix des produits stratégiques et des initiatives de substitution aux importations en cours.

« Le déficit budgétaire est projeté à 4.6 pour cent en 2021/22 (contre 7.9 pour cent en 2020/21), une consolidation budgétaire favorisée par l’amélioration du recouvrement des recettes et une hausse des dons, notamment grâce aux dons de vaccins contre la COVID-19, ainsi qu’une baisse des dépenses courantes. Les investissements publics devraient se raffermir, marquant une reprise après le ralentissement causé par la pandémie. Le déficit budgétaire devrait cependant se creuser en 2022/23 sous l’impulsion d’une augmentation plus poussée des investissements publics, compensant le rebondissement attendu des recettes et des dons.

« Le déficit du compte des transactions courantes s’est creusé en 2021 sous le double effet d’une baisse des exportations (de café et produits miniers) et d’une hausse des importations répondant aux besoins de l’économie en biens intermédiaires et de lutte contre la COVID-19. Les appuis financiers extérieurs, y inclus le décaissement de la Facilité de Crédit Rapide (FCR) et l’allocation générale de Droits de Tirages Spéciaux (DTS) adoptée en août 2021 par le FMI, ont soutenu les réserves internationales de change du Burundi qui se sont portées à fin décembre 2021 à 2.1 mois d’importations prospectives. Malgré une hausse des exportations d’or, le déficit du compte des transactions courantes devrait se creuser davantage en 2022, à cause de la hausse des prix des matières premières, notamment ceux du pétrole.

« La Banque de la République du Burundi (BRB) a adopté depuis 2019 des mesures de soutien au secteur bancaire incluant un apport accru de liquidité et des ressources à maturité longue. La croissance du crédit au secteur privé s’est montrée dynamique en 2021, portée par les facilités de refinancement octroyées aux banques par la BRB, la subvention indirecte des coûts du crédit, ainsi que la création de nouvelles banques (dédiées à l’habitat, aux jeunes et aux femmes). Le système bancaire continue à être globalement résilient avec des indicateurs de stabilité financière largement respectés (à l’exception de ceux liés aux réserves de change) et des prêts non performants autour de 4,1 pour cent en septembre 2021. Cependant, le nombre de prêts restructurés reste non négligeable.

« Dans le moyen terme, le Burundi continuera à faire face au défi de financer les dépenses prioritaires de protection sociale, celles de relance économique et de développement et celles de lutte contre la COVID-19 d’une part et de soutenir la viabilité de la dette publique et de celle extérieure d’autre part. Les politiques macroéconomiques s’attèleront notamment à assurer : (i) une politique budgétaire prudente, protégeant les dépenses prioritaires et porteuse de croissance économique ; (ii) une politique monétaire et financière garante de la stabilité des prix et du système financier ; (iii) un rééquilibrage prudent des politiques macroéconomiques pour rétablir la viabilité extérieure et porter la couverture des réserves de change à des niveaux plus confortables ; (iv) à atténuer les entraves à la croissance en continuant à améliorer la compétitivité par des réformes structurelles et (v) à renforcer davantage la gouvernance, à l’image des engagements pris par le gouvernement afin d’assurer la bonne gouvernance des dépenses de lutte contre la COVID-19 en préparant des rapports semestriels audités de gestion de ces dépenses, en cherchant à identifier les bénéficiaires ultimes des entreprises privées ayant intervenu dans le cadre de ces dépenses et en publiant les lois de règlements auditées.

« La mission a rencontré S.E. Dr. Domitien Ndihokubwayo, Ministre des Finances, du Budget et de la Planification économique (MFBPE) ; M. Jean Ciza, Gouverneur de la Banque de la République du Burundi (BRB) ; M. Audace Niyonzima, Premier Vice-Gouverneur de la BRB ; Mme Christine Niragira, Secrétaire Permanente du MFBPE. La mission a également rencontré d’autres officiels du gouvernement et de la BRB, ainsi que des représentants des banques commerciales, d’organisations non gouvernementales et des bailleurs de fonds.

« La mission saisit cette occasion pour remercier les autorités burundaises pour leur coopération et disponibilité, et pour des échanges riches et ouverts. »

Département de la communication du FMI


Les communiqués de presse de fin de mission contiennent des déclarations des équipes des services du FMI qui rendent compte de leurs conclusions préliminaires après leur visite dans un pays. Les avis exprimés dans la présente déclaration sont ceux des services du FMI et ne correspondent pas nécessairement à ceux du conseil d’administration du FMI.

À partir des conclusions préliminaires de cette mission, les services du FMI établiront un rapport qui, sous réserve de l’approbation de la direction, sera présenté au conseil d’administration pour examen et décision.

L’économie burundaise a enregistré une reprise économique en 2021, qui devrait se solidifier en 2022, nonobstant les effets de la guerre en Ukraine. Dans le moyen terme, le Burundi continuera à faire face au défi de financer les dépenses prioritaires de protection sociale, de développement et de lutte contre la COVID-19, tout en veillant à la viabilité extérieure et celle de la dette.

Le déficit du compte courant s’est creusé en 2021 et devrait s’accroitre davantage en 2022, à cause de la hausse des prix du pétrole boostés par la crise en Europe, cependant atténué par une hausse des exportations soutenue par un regain du prix de l’or.

Les projections prévoient une baisse sensible du déficit fiscal durant l’année budgétaire 2021/22. Les recettes publiques vont continuer leur bonne performance, soutenues par les mesures fiscales adoptées dans les lois de finance précédentes, alors que les dépenses vont être contenues.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher