topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Bujumbura est devenu le royaume de la marche à pied Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

Jeune Afrique, 24 mai 2022 

Burundi : à Bujumbura, motos et tuk-tuk non grata

 La circulation des vélos, motos et autres tuk-tuk est interdite dans Bujumbura depuis le 21 mars. La mesure est très respectée, mais, sans aucune alternative, se déplacer est devenu un casse-tête quotidien. Par Olivier Marbot

Depuis quelques semaines, Bujumbura, la grande métropole du Burundi, est le royaume de la marche à pied. Une activité salutaire, certes, mais qui n’a rien d’un choix pour la majorité de la population de la capitale économique. Depuis le 21 mars, en effet, les vélos, motos et autres tuk-tuk sont interdits de circulation en ville, qu’ils soient taxis ou appartiennent à des particuliers.

Le réseau de bus étant incapable de transporter les 1,2 million d’habitants, et les taxis (voitures, donc) pratiquant des tarifs inaccessibles à une bonne partie de la population – surtout en cette période de pénurie d’essence, qui voit les chauffeurs contraints de réajuster leurs prix à la hausse –, la seule solution est de marcher. Matin et soir, des pelotons de marcheurs arpentent les principales avenues – parfois sur de très longues distances pour celles et ceux qui travaillent dans le centre-ville et habitent dans sa périphérie. Des groupes se sont même montés sur WhatsApp, permettant aux voisins de faire le chemin ensemble. Tous à pied.

Trop d’accidents

À l’origine de cette mesure radicale d’interdiction en ville des deux-roues (dont le nombre était estimé à 20 000) : la pléthore d’accidents provoqués par les motos-taxis, dont les conducteurs semblaient avoir une conception on ne peut plus floue du code de la route. Et, pour certains d’entre eux, une maîtrise tout aussi floue de leur monture.

« C’est vrai qu’il y avait pas mal d’accidents, soupire un chauffeur de taxi coincé dans les embouteillages du boulevard du 1er-Novembre. Certains conducteurs étaient des jeunes tout juste arrivés de province, qui ne connaissaient pas la ville et avaient acheté leur permis sans passer le moindre examen. Mais tout interdire !… Ce n’était pas la solution. Il aurait fallu mieux les encadrer. »

« Absurde »

Pour les organisations de défense des droits, l’interdiction est la suite logique de celle de la vente à la sauvette de fruits sur les trottoirs – activité informelle majoritairement pratiquée par des femmes aux revenus très modestes, auxquelles aucune alternative n’a été proposée depuis. Dans les deux cas, le but serait de « nettoyer » la métropole, de lui donner une allure plus respectable et moderne.

« Tout cela est symbolique de la façon dont les décisions sont prises dans notre pays », déplore Faustin Ndikumana, le président de l’association Parcem (Parole et action pour le réveil des consciences et évolution des mentalités), l’une des principales organisations de la société civile plaidant pour une meilleure gouvernance. « La circulation est théoriquement du ressort du ministère des Transports, mais c’est l’Intérieur qui a décidé d’interdire tous les deux-roues, pas seulement ceux qui ont une vocation commerciale, poursuit-il. C’est absurde et cela a chamboulé tout le système de transports de la ville. Une fois de plus, personne ne s’est soucié des conséquences. » Et pendant ce temps, les Bujumburais marchent.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher