topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Evocation poétique de l'Indépendance du Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 01/07/2010

Cirondeye RéginePar Régine Cirondeye

« Bwarikukiye »[1], plus de demi-tour

Burundi, chère patrie, on se souvient - et je m’en réjouis -

De la sagesse de nos ancêtres bien honnêtes.

Que les Hutus, Tutsis et Twas, les cœurs et les âmes épanouis,

Enfuis dans la même urne, récipient de leurs requêtes,

Urne arrosée par le sang du prince de sang Rwagasore Louis[2]

Ont dit « Adieu »  au conservatoire sur votre crête.[3]

Le son du tambour sacré de ce jour, stigmate[4] de votre force,

Qui a l’art de tarir les nombreuses blessures de votre écorce,

Fait toujours vibrer les organes internes  et les cravates

Des “Zana inkoko, zana amagi, zana amasoro“[5] jusqu’à date.

De nombreuses années d’indépendance de notre territoire,

A régner seuls en maîtres de notre oratoire méritoire,

A célébrer les rêves liminaires et luminaires,[6]

D’un million de princes et princesses au pluriel,[7]

Qui vivent encore parmi nous, en libraires laminaires,[8]

Ou qui ont quitté –  pour nous  - ce monde matériel.

Burundi, chère patrie, nous gardons cher en mémoire,

Toutes ces années de vibrante genèse et de synthèse,

Une période de gloire de la mémoire de notre histoire,

Un brin de liberté et de fierté de tant de magnifiques thèses.

Le 1er Juillet 1962, et les jours suivants, des femmes bien sages

Ont donné la vie à des enfants « Burikukiye »[9] moins sages,

Sous le regard attentif de sages-femmes en apprentissage.

C’était le vernissage d’une nouvelle ère de bien de dévissages.[10]

Burundi, chère patrie, nous avons honte et des maux de tête,

Des années de hauts, de bas et de vétustes[11] antithèses,

Des années de glaise et de prothèses sans épithète[12] ni arête.

Des années d’hypothèses et de fortes synérèses, [13]

Des années de falaises, de malaises et de tempêtes,

Des années de leucémie dans tous les diocèses,

Des signatures néfastes  d’autant de  trouble-fêtes,

Ayant perdu la notion élémentaire de catéchèse.[14]

Burundi, chère patrie, nous gardons tous un espoir audacieux.

Que les années à venir, propagent en exponentiel,

Parmi vos fils et vos filles, les rêves de vos apôtres.

Que nous tous apprenions l’essentiel.

Soyons des  vestibules[15] d’une paix durable : la nôtre.

Soyons des comètes de l’encens de leur sang précieux.

Afin d’honorer les cimetières connus

Et tous les martyrs des pogroms, reconnus ou inconnus,[16]

Tous gravés de chromosomes de votre peuple vaillant.

Nous gardons braqués sur vous, nos yeux pétillants.

Actuaires[17] actuels, pierres angulaires, apprenez à trottiner.

Notez bien : « Bwarikukiye », c’est un acquis à ne pas piétiner.

Donnez ces directions à vos hommes[18] et à vos égéries[19]

Murmurez-le à l’oreille de vos accortes[20] femmes en série

Jurez-le devant la dilection[21] de vos progénitures cristallines[22]

Criez-le sur tous les toits des huttes de vos collines.

Indépendance CHA CHA.[23]  « Kirimwo abagabo »[24] toujours,

« Kirimwo abagore »[25]. Plus de rebours, plus de demi-tour.

Régine Cirondeye, Ottawa, Canada.

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

1er Juillet 2010


[1] Bwarikukiye : Traduction libre et approximative : « Le Burundi est indépendant depuis lors ».

[2] Prince Rwagasore Louis, fils du Roi Mwambutsa IV du Burundi,  héros de l’indépendance, assassiné le 13 Octobre 1961, juste après la victoire des urnes qui conduisit le pays à l’Indépendance.

[3] Crête : Ligne d’intersection des versants d’une montagne, sommet. En sémantique, la fin du règne de tous ceux qui avaient dérobé le pouvoir et l’autorité au peuple burundais.

[4] Stigmate : symbole, empreinte, signature.

[5] « Zana inkoko, zana amagi, zana amasoro » : Prose de la poésie traditionnelle en Kirundi qui décrit certaines attitudes autoritaires des colons envers le peuple burundais. Sa traduction libre et approximative est la suivante: « Apportez-moi des poules (ou coqs), des œufs, de l’huile de vache».

[6] Luminaires : visionnaires, phares, lumières.

[7] Ici la sémantique poétique fait allusion aux autres lustres de l’indépendance, hommes et femmes, encore vivant ou assassinés plus tard (Pierre Ngendandumwe et autres) ainsi qu’aux autres nombreuses victimes des conflits au Burundi qui ne sont pas nécessairement de la famille royale du Burundi..

[8] Laminaire: en physique, qui s’oppose aux mouvements turbulents

[9] « Burikukiye » : « Le Burundi vient d’acquérir son indépendance ». Nom donné à plusieurs enfants du Burundi né en 1962 au Burundi, l’année de l’indépendance.

[10] Dévissages : Littéralement enlèvement de vis. En sémantique, multiples libertés.

[11] Vétuste: vieux, dépassé, plus à la mode.

[12] Épithète : Qualification.

[13] Synérèse : Convulsions, crampes, rétractions, angoisses.

[14] Toute cette strophe fait allusion aux différents « événements » qui ont endeuillé notre pays depuis l’indépendance et de leurs auteurs.

[15] Vestibule: Pièce, hall d’entrée.

[16] Inconnus : cette sémantique fait allusion aux morts non-enterrés des conflits du Burundi.

[17] Actuaires : Spécialistes des probabilités, des comptabilités stratégiques. Les leaders en d’autres termes.

[18] Hommes : Maris, hommes, mâles. Mais aussi en sémantique poétique, vos armées, vos militants, vos fidèles.

[19] Égéries: Conseillers, personnes qui vous inspirent, mentors, muse.

[20] Accortes : Aimables et gracieuses.

[21] Dilection: amour pur et pieux. Ici, celui des enfants.

[22] Cristallines : pures, innocentes

[23] Indépendance CHA CHA: Titre d’une chanson composée en 1960 par le Congolais Joseph Kabasele (Alias Grand Kalle). Elle est considérée à l’époque comme l’hymne révolutionnaire des indépendances d’Afrique et de la sous-région des Grands Lacs en particulier.  

[24] « Kirimwo abagabo »:  Lire Kirimw ‘abagabo. Traduction libre et approximative : « Le Burundi a des hommes vaillants ». Comprenez ici des mâles. Utilisation ironique de l’expression de la prose burundaise. Elle exclut les femmes parmi les vaillants.

[25] « Kirimwo abagore » : Lire Kirimw’abagore. Voire note 24. Traduction littérale et approximative: “Le Burundi a des femmes vaillantes”. Cette prose  est une invention ironique de l’auteure pour souligner la présence des femmes aux côtés des hommes dans tous les actes vaillants de ce peuple. Elle n’existe pas dans la poésie traditionnelle au Burundi.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher