topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Lutte contre l’impunité au Burundi : du travail reste à faire, selon l’ONU Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

UN News Centre29 juin 2022

Lutte contre l’impunité au Burundi : en progrès mais du travail reste à faire, selon un expert

Les « efforts notables observés » ces derniers mois ne doivent pas faire oublier l’ampleur des chantiers de la lutte contre l’impunité au Burundi, a décrit mercredi le nouvel expert indépendant onusien lors de sa première présentation orale devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

S’il a salué les progrès dans le domaine des droits de l’homme, ceux-ci ne doivent pas « dissimuler l’ampleur du travail restant à accomplir dans le domaine de la lutte contre l’impunité », a déclaré à Genève Fortuné Gaetan Zongo, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme au Burundi.

Les autres chantiers portent sur « le renforcement des institutions notamment le secteur de la justice, la police et l’armée, dans l’exercice des libertés publiques, de l’élargissement de l’espace démocratique à travers une participation effective et efficace de la société civile et des médias ».

Il a toutefois salué les « efforts notables » observés au Burundi notamment, la réouverture vers les acteurs internationaux et sous-régionaux, le renforcement des attributions du Conseil Supérieur de la Magistrature ou la réouverture de certains médias.

Il a aussi rappelé la grâce accordée par le Président de la République du Burundi, Évariste Ndayishimiye, à environ 5.255 personnes détenues, ainsi que les récentes libérations des professionnels des médias et des organisations de la société civile.

Une situation actuelle pas « statique, mais dynamique »

« Ces progrès nous confortent dans la conviction que des voies de collaboration, de consensus peuvent être efficaces », a-t-il détaillé, relevant que la situation actuelle dans le domaine des droits de l’homme au Burundi n’est pas « statique, mais dynamique ». Une façon de souligner que Bujumbura « devrait à un moment donné quitter l’agenda du Conseil des droits de l’homme ».

« Mieux, le Burundi n’est pas le seul pays avec des défis relatifs aux droits de l’homme », a ajouté M. Zongo. Dans le même schéma, il est aussi nécessaire de prendre en compte les défis soulevés afin d’y apporter des correctifs. A cet égard, il s’est dit conscient de la nécessité de l’établissement « d’un dialogue franc », restant convaincu de l’opportunité et de la pertinence de l’adage africain : « La langue et les dents sont obligés de cohabiter quand bien même de temps en temps des conflits peuvent naitre entre eux, les dents mordent à diverses occasions la langue ».

Plus largement, l’expert a affiché sa détermination à soutenir le processus de réconciliation si cher au Burundi. Pour ce faire, il estime qu’il faut donner au Burundi « toutes les chances de réussir pour l’intérêt des burundais et des burundaises ».

Pour celui qui a été nommé en avril dernier, son mandat d’expert est à cet effet placer « sous le prisme d’un dialogue constructif entre tous les acteurs » et « sous le signe de la collaboration, de la recherche du consensus avec les autorités du Burundi et ses partenaires, ce d’autant plus que les droits de l’homme sont l’une des seules références universelles capable de jeter des ponts entre tous les acteurs ».

Pour le Burundi, la création de mécanismes spéciaux est contre-productif

« Mais une réconciliation durable exige - aussi - le respect des droits de l’homme », a conclu le Rapporteur spécial sur le Burundi.

Pour sa part, la délégation burundaise a rappelé les « énormes avancées » dans le domaine de la bonne gouvernance, de la justice sociale, de la liberté d’expression, de la presse, de la promotion des droits socio-économiques, de l’humanitaire, des droits civils et politiques et dans le domaine de la réconciliation nationale. Bujumbura encourage ainsi le Conseil et la communauté internationale à faire preuve de neutralité et d’objectivité dans leur responsabilité de renforcer la promotion des droits de l’homme dans le monde.

« Toute tendance à singulariser le Burundi en lui collant des mécanismes spéciaux en matière des droits de l’homme, est tout simplement contre-productif », a fait valoir la délégation burundaise, exhortant le Conseil à « mettre un terme au mandat du Rapporteur spécial, qui a un agenda géopolitique et qui n’a même pas été consenti avec les autorités burundaises ». Pour Bujumbura, la protection des droits humains dans le pays passe « impérativement par la coopération, le dialogue, l’assistance technique, et le renforcement des capacités des mécanismes nationaux œuvrant dans le domaine des droits de l’homme ».

NOTE :

Les Rapporteurs spéciaux et Experts indépendants font partie de ce que l'on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme. Les procédures spéciales, le plus grand groupe d'experts indépendants du système des droits de l'homme des Nations Unies, est le nom général des mécanismes indépendants d'enquête et de suivi du Conseil qui traitent soit de situations spécifiques à des pays, soit de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire ; ils ne font pas partie du personnel de l'ONU et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et siègent à titre individuel.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher