topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

L’UNFPA soutient le Buruni pour « Éliminer la fistule pour toutes et pour toujours » Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Santé

UNFPA, 11 Juin 2024

Avec le soutien de l’UNFPA, des chirurgies permettent aux survivantes de la fistule obstétricale de se battre pour les autres au Burundi

BUJUMBURA, Burundi – « Pendant mes contractions, ma belle-mère et ma propre mère ont refusé de me laisser aller au centre médical pour accoucher », témoigne Gloriose Mbonimpa à l’UNFPA, l’agence des Nations Unies chargée de la santé sexuelle et reproductive. « J’ai cru que mon heure était arrivée. »

Privée des soins médicaux dont elle avait besoin, Mme Mbonimpa a crié à l’aide. Ses voisin·e·s ont tenté de l’emmener au centre médical local, mais il était déjà trop tard : elle a accouché en chemin d’un enfant mort-né et a souffert d’une fistule obstétricale résultant du travail prolongé.

Les fistules obstétricales sont des lésions liées à l’accouchement, principalement dues à la dystocie. À travers le monde, ces blessures touchent près d’un demi-million de femmes et de filles, en particulier celles n’ayant pas accès à une assistance médicale de qualité en temps opportun. Au Burundi, où vit Mme Mbonimpa, on estime à 750 le nombre de nouvelles fistules affectant les femmes et les filles chaque année.

Les conséquences peuvent être dramatiques : les survivantes de la fistule souffrent souvent de maladies physiques traumatiques, notamment l’incontinence, mais aussi d’ostracisme et de pauvreté extrême.

« Les femmes du service de maternité ont demandé à ce que je sois isolée, car je mouillais mon lit. En plus de la douleur liée à la perte de mon bébé, je ne comprenais pas ce qui m’arrivait », explique à l’UNFPA Donavine Ndayikengurukiye, une autre survivante de la fistule.

Pendant ce temps, le mari de Mme Mbonimpa l’a abandonnée durant quatre ans à la suite de sa lésion. La honte l’a également poussée à mentir aux professionnel·le·s de santé concernant son état. « Je dégageais des odeurs insoutenables », témoigne-t-elle. « Personne ne mérite de vivre ça. »

Après le sentiment de honte, le militantisme

Les fistules peuvent être réparées. Pourtant, une étude montre que de nombreuses survivantes ignorent que la chirurgie peut guérir leur lésion.

Mme Ndayikengurukiye en faisait initialement partie. Mais « apprendre que j’avais la possibilité de guérir a été la plus belle nouvelle de ma vie », explique-t-elle à l’UNFPA.  

Au Burundi, seul un établissement de santé, le centre Urumuri dans la capitale du pays, Bujumbura, est équipé pour prendre en charge les cas de fistule. Entre 2010 et 2023, environ 3 000 femmes y ont bénéficié d’une chirurgie réparatrice.

Mme Mbonimpa est l’une d’entre elles. En 2022, elle a été soignée au centre durant une campagne de l’UNFPA qui a offert un accès gratuit aux soins de santé aux survivantes de la fistule.

Pendant 20 ans, elle a vécu isolée, humiliée par sa situation. Mais depuis sa guérison, elle a promis de dédier ses 20 prochaines années à la sensibilisation de la fistule obstétricale, pour qu’aucune autre femme ou fille de sa communauté n’ait à souffrir de la même expérience.

Éliminer la fistule pour toutes et pour toujours

Bien que la chirurgie offre aux survivantes la possibilité de guérir, le meilleur moyen de mettre un terme au mal qu’inflige la fistule aux femmes et aux filles est d’empêcher qu’elle ne se produise dès le départ.

La prévalence de la fistule obstétricale suit des modèles d’inégalité : quasiment absente des pays à revenu élevé, la lésion touche principalement les femmes et les filles de la région des pays arabes, d’Asie, d’Amérique latine et des Caraïbes et de l’Afrique subsaharienne.

« La fistule obstétricale résulte tragiquement de notre incapacité à protéger les droits reproductifs des femmes et des filles les plus vulnérables et exclues », a déclaré la Directrice exécutive de l’UNFPA, Dr Natalia Kanem.

Les filles adolescentes y sont d’autant plus vulnérables que leur pelvis est susceptible de ne pas être suffisamment développé pour supporter une grossesse, faisant ainsi planer le risque de dystocie.

« Je pense avoir été victime [de cette fistule] parce que j’étais très jeune quand j’ai accouché », explique Mme Ndayikengurukiye à l’UNFPA.

Désormais âgée de 23 ans et libérée de la fistule, Mme Ndayikengurukiye est mère d’une petite fille dont elle a accouché un an après sa guérison. Depuis, son mari et elle se sont tournés vers la planification familiale.

« Mon mari et moi avons choisi la planification familiale pour protéger mon corps contre une nouvelle fistule obstétricale, et pour attendre que notre petite fille soit un peu plus grande », déclare-t-elle.

 
Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher