topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Vague d'attentats à la grenade au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

PANA, 09/09/2008

Bujumbura, Burundi - Au moins trois personnes ont été blessées à des degrés divers dans un attentat à la grenade perpétré par des hommes non encore clairement identifiés contre un débit de boisson dans la nuit de lundi à mardi à Musaga, un quartier résidentiel de la périphérie sud de Bujumbura, a-t-on appris de source administrative dans la capitale burundaise.

L'administrateur communal de Musaga, Désirée Simbizi, a fait état d'une personne grièvement blessée parmi les victimes de l'attentat qui a été transportée d'urgence à l'hôpital pour des soins intensifs.

Les auteurs de l'attaque ont, en quelques secondes, lancé deux grenades par-dessus la clôture du bistrot, a encore précisé le responsable administratif à la base pour qui l'acte était manifestement destiné à faire un maximum de victimes pour des raisons non encore connues.

Des lanceurs de grenade sévissent ces derniers jours dans plusieurs grandes villes du pays et ciblent généralement des rassemblements de gens dans les bistrots ou encore les cérémonies de mariage.

La ville de Bujumbura a connu une campagne de terreur semblable en 2006-2007 et des enquêtes menées depuis n'ont toujours pas révélé les auteurs des attentats à la grenade de l'époque qui ont ciblé aveuglement des bistrots et certaines résidences de parlementaires.

La nouvelle vague d'attentats à la grenade a atteint son sommet le mois dernier à Gitega, la seconde grande ville du pays, où l'on a compté une vingtaine de morts et plus de 60 blessés parmi des invités à une cérémonie de mariage.

La même ville du centre du Burundi a encore été endeuillée par une bande de malfaiteurs qui a attaqué à la grenade un bistrot, dans la nuit du 27 au 28 août 2008, faisant trois morts et un blessé grave.

Un autre attentat à la grenade a fait sept blessés d'une même famille le 6 septembre dernier à Ngozi, la troisième grande ville du pays.

Du côté des enquêtes, l'opinion ne décolère pas contre la Police nationale et les autres corps de défense et de sécurité qui ne parviennent pas à mettre la main sur les coupables dans la majorité des cas.

La radio d'Etat burundaise s'est particulièrement illustrée, mardi, par un éditorial fustigeant des enquêtes policières qui n'aboutissent pas, "y compris dans les cas de flagrant délit".

La radio nationale du Burundi a mis en garde contre le risque d'une "justice populaire", si les pouvoirs publics tardent encore longtemps à se ressaisir pour mettre fin à l'impunité.

Le directeur général de la Nouvelle police nationale du Burundi (PNB), le général Fabien Ndayishimiye, de son côté, a parlé d'une "situation d'insécurité passagère qui s'observe généralement un peu partout dans les pays émergeant d'un long conflit comme le Burundi".

Le Burundi tente difficilement de sortir de plus de 14 ans de guerre civile qui a favorisé la prolifération à grande échelle d'armes à feu dont se servent généralement les malfaiteurs pour perpétuer l'insécurité.

L'absence d'un cessez-le-feu global et durable entre le pouvoir central et le Parti pour la libération du peuple hutu/Front national de libération (PALIPEHUTU-FNL, dernière rébellion encore active au Burundi) ne permet pas non plus de voir plus clair dans la situation sécuritaire confuse du pays.

Le haut responsable de la Police a enfin exhorté la population à collaborer, "car la sécurité des biens et des personnes n'est pas l'apanage des seuls policiers".

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher