topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Poème dédié à Maître François Nyamoya et à sa famille Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 16/10/2010

Mwaramutse, Mwiriwe[1] Maître Nyamoya François[2]

Bonjour François, bonjour Maître Nyamoya François,

Bonjour mille fois, gros anchois[3] d’un monde narquois qui déçoit.

Comme  tu le perçois à travers cette ode, point en patois,[4]

L’univers des Droits de la Personne est en émoi et bien pantois.[5]

Comment vas-tu aujourd’hui? Bon matin, bonjour, bonne soirée.

Je suis bien attristée par cette tournure conspirée.

Comme jadis, je sais que tu es innocent.

Comme antan, tu sais que tu es innocent.

Comme dans le temps, il sait que tu es innocent.

Turgescent, il sait que tu es innocent, cent pour cent.

Comme il y a belle lurette, nous savons que tu es innocent.

Comme Naguère, vous savez qu’il est innocent.

Comme autrefois, ils savent que tu es innocent.

Comme toujours, elle sait, elles savent que tu es innocent.

Ô, la misère et la galère lisèrent[6] les pourtours de nos foies.

« Jadis, antan, le temps, belle lurette, naguère et autrefois »

Nous rejoignent au galop une nième fois, en épave,

Avec du sang désoxygéné de leurs veines caves,

Faisant fi du volume du sang des innocents et de leur foi concave,

Charriée vers nous par l’aorte-démocratie, à la couleur de betterave.

Maître Nyamoya, il n’est point digne que ton charisme -  toi eau-forte -

Aille paître dans les eaux souillées de « Mpimba»[7] de la sorte!

Flegmatique[8] François, ici je colporte et ausculte

Les cris de ton cœur et ton corps en révolte,

Les pleurs de ta femme et de tes enfants accortes sans escorte.

A bas, le champagne qui a célébré la main forte,

De ton escorte en prison, te croyant une feuille-morte,

Au nom des mains retroussées et de brides demi-mortes

De la loi ridée, la seule version que tu ne connais pas. Mais peu importe.

Je prends comme témoin tant d’autres cohortes.[9]

A travers cette prose, tous les démocrates vous réconfortent.

Ma famille et moi-même vous exhortent,

En attendant que justice et démocratie remportent,

Et que de cette alvéole « Mpimba »,  ressortent,

Tous habillés en vert,[10] d’authentiques démocrates,

Brandissant des plumes et du papier de journalistes citrates,[11]

Des codes de loi, des bibles, des corans et des sourates en strates.

Bientôt, très bientôt, oui bientôt, en siamois,

Ils sortiront de prison, un ou tous à la fois, dont toi François.

Bonne journée, bonne nuit François. Personne ne peut rouir[12]

Tes méninges « waterproof »[13], étanches, qui ne font que nous réjouir.

Nous savons que rien ne peut t’alanguir,

Ni scinder par bistouri en bissectrice ton élan à épanouir,

Encore moins, cet exanthème[14] obligé de démocrates en cadence.

Ton cas est loin d’être une primitive coïncidence,

Au pays de la démon-cratie[15] et de ses mauvaises crédences,[16]

Près de Cinquante ans après son indépendance en résidence.

A bientôt François, mon ami, la liberté t’attend en toute évidence,

Et ce jour-là, nous allons tous rire de cette imprudente impudence.[17]

Et j’ose espérer, que cette impudente imprudence

De t’exalter en calligraphie, ne me coûte toute ma semence.[18]

Que vive la démocratie,

Dans toute sa splendeur et sa suprématie!

Régine Cirondeye

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

Poème dédié à Maître François Nyamoya en prison et à sa famille.

Septembre – Octobre 2010.


[1] Mwaramutse, mwiriwe : Bonjour, bon après-midi / bonsoir en Kirundi.

[2] Maître François Nyamoya est un grand avocat, professeur d’Université et défenseur des droits de la personne. Il est militant d’un parti opposition. Il est, au jour de la composition de ce poème, détenu à la prison centrale de Mpimba à Bujumbura au Burundi. Voire note 7.

[3] Anchois : sorte de poisson.

[4] Patois : dialecte. Ici « en termes clairs ».

[5] Pantois: Ahuri, étonné.

[6] Liserer (ou lisérer) : En couture, border un tissu d’une dentelle ou d’un volant.

[7] Mpimba : Prison tristement célèbre située à Bujumbura au Burundi.

[8] Flegmatique : personne imperturbable dont le tempérament ou le comportement sont calmes de nature.

[9] Cohortes : Ici l’auteure veut parler de tous les autres démocrates et défenseurs des droits humains dans le monde encore en prison ou enfin libres.

[10] Le vert est la couleur uniforme des prisonniers de Mpimba.

[11] Citrate : Sel de l’acide citrique. Au sens figuré, journalistes qui ne mâchent pas leurs mots.

[12] Rouir : En textile, détruire la matière gommeuse et ligneuse liant les unes aux autres les fibres textiles par un séjour (de certaines plantes) dans l'eau.

[13] « Waterproof » : étanche, imperméable, qui ne laisse pas passer les liquides.

[14] Exanthème : rougeur cutanée.

[15] Démon-cratie: mot inventé par l’auteure dans ses poésies. Un jeu de mots « démon » et « démocratie » pour signifier les folies meurtrières au Burundi.

[16] Crédences: poches.

[17] Impudence: arrogance, audace.

[18] Le vers est une ironie poétique qui relate les difficultés de la liberté d’expression des démocraties naissantes.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher