topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : un officiel de l’ONU met en garde contre le retour de la violence Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diplomatie

@rib News, 16/10/2010 – Source Xinhua

Il y a des risques d’un retour de la violence au Burundi, mais il existe aussi de la bonne volonté de la part des acteurs clé à être capable de l’éviter, a indiqué vendredi le Représentant exécutif des Nations unies au Burundi, Charles Petrie.

Petrie a indiqué que la violence observée ces derniers jours dans la partie Ouest du pays n’était pas encourageante. "Le risque de retour à la violence (au Burundi) est réel. Il serait naïf de penser que tout va bien. Il y a, cependant, des signes encourageants susceptibles d’éviter le retour à la violence, " a confié Petrie à des journalistes.

"Etant donné que le dialogue politique existe, il n’y aura aucune sympathie de la communauté internationale pour ceux qui utilisent la violence parce qu’ils auront enfreint non seulement les lois nationales, mais aussi les lois internationales. Il y a une détermination de faire rétablir le droit international non seulement au Burundi, mais aussi dans la Région des Grands Lacs", avertit Charles Pétrie.

Il a indiqué que la plupart des acteurs politiques ont dit non à la violence comme moyen d’expression de leurs opinions, et que la population burundaise en général est fatiguée par la guerre.

Selon lui, parmi les signes encourageants figurent le discours que le président Pierre Nkurunziza a prononcé lors de sa cérémonie de prestation de serment pour un second mandat de cinq ans, ainsi que les discussions en cours entre le gouvernement et l’opposition.

"D’autres signes encourageants comprennent notamment l’engagement de la communauté internationale à continuer de soutenir le Burundi après le processus électoral et la Communauté est-africaine (EAC), un bloc dont le Burundi fait partie, et qui ne peut pas tolérer le retour de la violence au Burundi," a indiqué Petrie.

Le Burundi est un pays qui sort d’un conflit. Après l’indépendance en 1962, il a été caractérisé par une violence récurrente basée sur des divisions ethniques. Des groupes rebelles ont rejoint le processus de paix avec le gouvernement, conduisant à la signature de l’Accord de paix d’Arusha en août 2000.

En 2005, le Burundi a organisé ses élections démocratiques historiques au cours desquelles Pierre Nkurunziza avait été élu. Il a été réélu en juin dernier puisqu’il était le seul candidat après la décision de l’opposition de boycotter le scrutin pour, selon eux, des fraudes massives dans les précédentes élections communales du 24 mai.

Depuis lors, des actes violents ont été rapportés dans l’ouest du Burundi, jadis bastion du défunt mouvement Forces nationales de libération (FNL). Entre temps, plusieurs dirigeants de l’opposition ont été contraints à la clandestinité par crainte d’une arrestation.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher