topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Breaking News : LA BURUNDAISE FRANCINE NIYONSABA A BATTU LE RECORD DU MONDE DU 2000 M EN 5 MIN 21 SEC 56, MARDI LORS DU MEETING DE ZAGREB. [@rib News, 14/09/2021] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : la police dément les accusations d'exécutions sommaires Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

@rib News, 17/10/2010 – Source AFP

Major Pierre Chanel NtarabaganyiLe porte-parole de la police du Burundi a démenti dimanche les accusations d'exécutions sommaires de membres de l'opposition, assurant que toutes les personnes récemment tuées par la police l'avaient été au cours d'affrontements avec des « groupuscules armées ».

« Ce n'est pas la première fois que le président de l'Aprodeh lance des propos incendiaires qui sont archi-faux », a déclaré le porte-parole de la police, la major Pierre Chanel Ntarabaganyi, ajoutant que ces déclarations visaient à « salir les corps de défense et de sécurité ».

Samedi, le président de l'Association pour la protection des personnes détenues et des droits humains (Aprodeh), Pierre Claver Mbonimpa avait accusé la police du Burundi d'avoir tué, au cours d'exécutions extra-judiciaires, 22 membres de l'ex-rébellion des Forces nationales de libération (FNL), aujourd'hui dans l'opposition.

Dans la circonscription policière de l'Ouest, a expliqué l'officier de police, « il y a des groupuscules qui errent ici et là en pillant, en tuant ou en violant (...) et quand la police fait face à ces groupes, il y a échange de coups de feu et parfois nos policiers sont tués ou ces gens le sont ».

« Ce sont ces gens-là que M. Mbonimpa défend », a-t-il accusé.

La circonscription policière de l'Ouest, constituée de la capitale Bujumbura, et des provinces de Bujumbura rural (Ouest), de Bubanza et de Cibitoke (Nord-Ouest), est considérée comme la principale zone d'activité d'une rébellion naissante, que les autorités qualifient jusqu'ici de « groupes de bandits non identifiés ».

« Quand ces groupuscules envahissent par exemple un village, ils tuent systématiquement (...) La police doit user de la force pour les chasser et c'est normal qu'il y ait des morts », a insisté le porte-parole de la police.

Interrogés sur des cas précis de membres de l'opposition arrêtés puis retrouvés morts dans la rivière de Rusizi (Ouest) ou dans la province de Cibitoke, le porte-parole de la police a assuré que la police les avait relâchés avant.

Selon le président de l'Aprodeh, qui a évoqué « une guerre silencieuse », la répression de l'opposition passe également par de nombreuses arrestations au sein des partis d'opposition, en parlant d'« environ 120 détenus politiques poursuivis pour "atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat" ».

« Toutes les personnes qui ont été arrêtées l'ont été pour des raisons d'enquête ou parce qu'elles ont été attrapées en flagrant délit. La police les arrête sans tenir compte de leurs partis politiques », a assuré le porte-parole de la police.

De nouvelles violences au Burundi ont fait plus d'une trentaine de tués ces dernières semaines et semblent confirmer les rumeurs sur la présence de nouvelles poches de rébellion dans le pays.

Plusieurs opposants sont rentrés dans la clandestinité ou ont fui le pays à la suite des dernières élections générales remportées par le régime du président Pierre Nkurunziza.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher