topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Breaking News : LA BURUNDAISE FRANCINE NIYONSABA A BATTU LE RECORD DU MONDE DU 2000 M EN 5 MIN 21 SEC 56, MARDI LORS DU MEETING DE ZAGREB. [@rib News, 14/09/2021] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
L’AMISOM se concerte à Bujumbura pour évaluer les progrès en Somalie Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

APA, 18-11-2010

Bujumbura (Burundi) - Des délégations provenant des pays qui ont contribué en troupes à la Mission de l’Union Africaine en Somalie (AMISOM), se concertent à Bujumbura (Burundi), en vue d’évaluer les progrès réalisés dans les efforts visant à asseoir la paix et la sécurité en Somalie un pays en proie à une guerre civile depuis près de deux décennies.

Entamée lundi dernier, la rencontre de quatre jours à pour objectif de débattre du travail de cette mission et des moyens à déployer pour la renforcer. Elle réunit aussi le Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies, un représentant de l’Union Africaine en Somalie, et une délégation du gouvernement somalien.

Cette réunion se tient au moment où le mandat du gouvernement de transition issue des accords de Djibouti, prend fin dans moins d’une année.

Plusieurs missions qui lui étaient assignées n’ont pas encore été réalisées. Le peu de réalisations est à l’actif de l’AMISOM qui aide ce gouvernement à combattre les insurgés islamiques.

Le gouvernement de transition qui ne contrôle qu’une minime partie de la capitale Mogadiscio doit être soutenue, selon le président burundais qui a ouvert cette rencontre, afin de ne pas permettre aux extrémistes islamistes de conquérir tout le pays, ce qui serait une menace pour la région entière et le monde.

« La Communauté Internationale ne doit pas prendre la question somalienne comme une question incombant aux seuls Somaliens compte tenu de son ampleur pouvant favoriser le terrorisme mondial à partir de la Corne de l’Afrique », a souligné Pierre Nkurunziza.

Il a réaffirmé son engagement à « rester aux côtés du peuple somalien en gardant et augmentant les effectifs de ses troupes, à condition que les conditions pour son déploiement soient réunies ».

Seuls le Burundi et l’Ouganda ont envoyé 8000 militaires en Somalie, mais les besoins restent encore énormes, selon des sources concordantes.

Raison pour laquelle le président burundais insiste pour que la communauté internationale « prenne le taureau par les cornes » afin de répondre par des stratégies réalistes, concrètes et adaptées. «

« D’ores et déjà, nous proposons que toutes les mesures devraient être prises pour assurer l’efficacité de l’AMISOM, en procédant au renforcement de ses effectifs, de son équipement, mais aussi par l’élargissement de son mandat », a insisté le président burundais.

Les insurgés islamistes ont plusieurs fois proféré des menaces à l’endroit du Burundi et de l’Ouganda. Pour ce dernier, les menaces ont été traduites dans les faits lors des attentats de juillet dernier dans la capitale ougandaise, Kampala, tuant plusieurs dizaines d’innocents.

L’AMISOM est financée en grande partie par les Etats Unis qui ont eux mêmes échoués aux cotés de ONUSOM en 1993 lors de l’opération « restore hope in somalia ».

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher