topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Geneviève Pécréaux : la maison à Rousies, le cœur au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

La Voix du Nord, 21.11.2010

La roséenne Geneviève Pécréaux a vécu quarante ans au Burundi.Geneviève Pécréaux a vécu près de quarante ans au Burundi, où elle était enseignante. Revenue à Rousies, sa ville natale, en 2007, elle a gardé des liens étroits avec ce petit pays d'Afrique.

C'est une petite dame souriante et énergique qui cache bien ses 71 ans. Geneviève Pécréaux se prend souvent la tête à deux mains lorsqu'elle raconte « son » Burundi. Pensez donc : balayer comme ça quarante ans de vie dans ce pays coincé entre le Rwanda au nord, la Tanzanie à l'est, la république démocratique du Congo à l'ouest et le lac Tanganiyka au sud...

C'était en 1964, elle avait 25 ans : après deux ans dans l'enseignement à Rousies et avec un certificat d'études littéraires en poche, Geneviève décidait d'aller enseigner en Afrique.

Elle se souvient qu'adolescente, une sœur blanche du Mali venait parfois visiter sa maman et pense que, peut-être, ça lui est venu de là. L'Afrique, « par rapport à la rue de la Vaqueresse à Rousies, c'était quand même une aventure », sourit-elle. Le Burundi, c'est à Lourdes, dans un centre international de formation pour chrétiens où elle a passé deux ans afin de se préparer, qu'elle en entend parler, de la bouche d'un « grand évêque tutsi burundais ».

1964, donc : « Le Burundi venait d'être indépendant, J'ai été engagée par la coopération française jusqu'en 1971. » Elle enseigne dans le village de Ngozi, au nord, à des jeunes filles, dans un pays instable. Très instable. En 1971, elle est de retour en France, pour deux ans : « J'avais besoin d'un peu de recul. » Ca lui permet d'échapper aux terribles événements de 1972, les massacres entre Hutus et Tutsis. Elle se souvient de ces mots, dans une lettre adressée par une amie burundaise avec qui elle est toujours en contact aujourd'hui : « Geneviève, demain, je vais mourir. ». « Je n'avais qu'une envie, dit Geneviève Pécréaux, c'était d'y retourner. J'ai hésité parce que je me demandais si je pouvais le supporter. » Elle le fait en 1973, l'année où elle redevient enseignante.

Dans ses souvenirs, elle conserve entre autres, l'année 1993 : « C'était les premières élections démocratiques et un Hutu a été élu. Trois mois plus tard, un groupe militaire l'a assassiné. Les Hutus se sont dit "on va ne pas se laisser faire comme en 1972", ils se sont mis à massacrer les Tutsis. Il y avait une peur terrible, tout le monde se cachait, les Hutus d'un côté, les Tutsis de l'autre. J'avais trouvé refuge à l'évêché. » Elle n'assiste pas directement aux massacres mais les devine, et garde en mémoire « les gens avec des machettes qui couraient dans les rues ». Deux ans plus tard, la France rapatrie ses ressortissants, elle quitte un pays devenu « effrayant ». Pour mieux y retourner neuf mois plus tard.

Car Geneviève Pécréaux ne résume pas le Burundi à ses conflits : « L'image que j'en garde, c'est celle d'une grande chaleur humaine, un pays où je me suis sentie accueillie, très aimée par mes élèves ou par ces enfants orphelins qui continuent de m'écrire. J'ai souffert avec eux, avec les Hutus, avec les Tutsis. Et je supplie, je supplie les hommes politiques d'arriver à réconcilier ce peuple qui mérite de connaître la paix. »

Là-bas, elle a aussi trouvé « une seconde famille », qu'elle a quittée en 2007 en s'installant à Rousies. Et l'on sent bien que le retour en France, lié à son âge, n'a pas été facile : « Je l'ai choisi et assumé. Ça a été très dur mais je l'ai assumé. »

Elle est tout de même allée passer trois mois, en début d'année, dans sa famille burundaise « pour revoir tout le monde ». « C'était merveilleux. J'ai fait le tour du pays, ce que je n'avais jamais fait ! » A Rousies, sous son impulsion, les élèves des écoles Liémans et Pasteur se sont mis à correspondre avec leurs petits camarades Burundais. Elle conclut : « Je vis toujours au Burundi. J'essaie de m'intégrer en France. »

FLORENT MOREAU

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher