topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Breaking News : LA BURUNDAISE FRANCINE NIYONSABA A BATTU LE RECORD DU MONDE DU 2000 M EN 5 MIN 21 SEC 56, MARDI LORS DU MEETING DE ZAGREB. [@rib News, 14/09/2021] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Quand les diplomates US espionnent les dignitaires étrangers dont des Burundais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diplomatie

Europe1, 29 novembre 2010

 Les étranges pratiques des diplomates américains

Les documents publiés dimanche par Wikileaks jettent une lumière crue sur la diplomatie US.

Des diplomates américains sommés de se procurer les données personnelles voire l'ADN de diplomates étrangers, dirigeants de l'Onu, militants d'ONG… Ce scénario, digne d’une série TV, est bien réel à en croire les 250.000 documents confidentiels divulgués, dimanche, par le site Wikileaks.

Quand les diplomates jouent les espions

Selon le journal Le Monde qui a planché sur ces câbles diplomatiques, les fonctionnaires américains sont en effet invités, par leur hiérarchie, à faire les poches des dignitaires étrangers. Ainsi un mémo adressé à la représentation permanente des Etats-Unis aux Nations unies à New York, demande que soient fournis des "listes d'emails, des mots de passe internet et intranet, des numéros de cartes de crédit, des numéros de cartes de fidélité de compagnies aériennes, des plannings d’horaires de travail".

Dans la ligne de mire des diplomates américains ? Leurs collègues internationaux et une personne en particulier : le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon. Un document publié par Wikileaks demande aux fonctionnaires US d’ouvrir l’oeil sur ses intentions sur l'Iran.

"Des empreintes ADN, des images scannées de l'iris"...

Une directive similaire signée en avril 2009 d’Hillary Clinton réclame également des détails sur des personnalités dans trois pays africains : République démocratique du Congo, Rwanda et Burundi. La secrétaire d'Etat exige des données concernant des responsables d'avenir dans les domaines politique, militaire, commercial ou du renseignement.

Ces données peuvent porter aussi bien sur "leur état de santé, leur opinion des Etats-Unis, leur formation, leur origine ethnique et leur maîtrise des langues étrangères", précise Washington, qui réclame aussi "des empreintes digitales, des photos du visage, des empreintes ADN et des images scannées de l'iris".

"C'est logique et justifié" pour Washington

Mise dans l’embarras, la diplomatie américaine tente désormais de se défendre. Un responsable des services de renseignement américains a ainsi assuré qu'il n'y avait rien de surprenant à voir des responsables américains aux Nations unies chercher des informations sur d'autres pays.

"Ce ne sont pas des espions", a-t-il insisté avant d’ajouter : "ils aident à compléter notre faisceau de connaissances sur de nombreuses questions importantes. C'est logique et entièrement justifié, et ils le font en plein accord avec la loi américaine."

"Nos diplomates ne sont que cela, des diplomates", a renchéri le porte-parole du département d'Etat, P.J. Crowley. "Ils collectent des informations qui donnent forme à notre politique et à nos actions. C'est ce que font les diplomates, dans notre pays comme tous les pays, depuis des centaines d'années."

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher