topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Bras de fer entre l’ARCT et les sociétés du mobile au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

PANA, 01 décembre 2010

Bujumbura, Burundi - Les trois grandes sociétés de téléphonie mobile au Burundi se sont coalisées, mercredi, contre une décision "unilatérale" de l’Agence de régulation et contrôle des télécommunications (ARCT, gouvernementale) leur enjoignant de céder, avant la fin de l’année 2010, une partie de leurs fréquences à de nouveaux opérateurs.

Les branches internationales d’Africell et Leo (ancien TELECEL-Burundi) ainsi que l’Office national du mobile (ONAMOB, une branche de l’office national des télécommunications fixes) ont mis momentanément de côté leurs rivalités commerciales habituelles en organisant une conférence de presse conjointe pour signifier publiquement à l’ARCT le refus de céder sans compensations financières des fréquences aux nouveaux venus sur le marché local déjà saturé des nouvelles technologies de l’information et la communication.

On compte actuellement six opérateurs du mobile et deux en attente sur un marché déjà saturé par plus d’un million d’abonnés et un chiffre d’affaires de quelques 50 milliards de francs burundais (près de 50 millions de dollars américains), a-t-on appris de source proche de l’ARCT.

Le leader, Leo, revendique, à lui seul, 90% de l’ensemble des abonnés au mobile sur l’ensemble du territoire national où il est implanté depuis les années 1990.

D’après la secrétaire générale de Leo, Mme Félicité Niragira, l’ARCT demande de céder au moins deux mégahertz de la bande de fréquence et une telle injonction coûterait facilement à la société jusqu’à 32 millions de dollars américains.

"Ces deux mégahertz sont configurés dans nos équipements depuis dix ans et ne peuvent être réaménagés que si l’ARCT accepte d’en payer le prix", a avisé la responsable de Leo.

La réduction de la bande de fréquence entrainerait d’autres désagréments aux abonnés qui ne pourraient plus communiquer à l’aise comme avant, a-t-elle encore avancé.

Les abonnés à la téléphonie mobile se plaignaient déjà de la saturation chronique des réseaux et du manque d’’interconnexion sur fond de concurrence.

Nombreux sont également les citoyens avisés qui se demandent sans cesse pour quelle raison les autorités en charge de la régulation des télécommunications dans le pays disent rarement non aux nouveaux demandeurs d’agrément sur un marché du mobile restreint qui peut se satisfaire d’un seul opérateur.

On rappelle que la téléphonie mobile a néanmoins révolutionné les mœurs des populations au Burundi où le téléphone portable sonne aussi bien en ville que dans le village le plus reculé du pays.

L’internet reste, par contre, le parent pauvre des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans le pays où elles accusent encore un faible et disparate taux de pénétration.

Par ailleurs, le projet de fibre optique déjà opérationnel au Rwanda voisin, reste au stade de conception au Burundi et les principales sociétés du mobile en colère contre l’ARCT ont carrément menacé de se retirer de son financement si on touchait à leurs bandes de fréquences déjà installées.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher