topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Révélation du "plus grand scandale politico-financier jamais connu au Burundi" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

@rib News, 24/12/2010 – Source AFP

 Une ONG burundaise de lutte contre la corruption a révélé vendredi l'existence d'un contrat de plus de 500 millions de dollars entre le gouvernement du Burundi et une entreprise américaine, signé en mars 2010 dans une totale « illégalité », selon cette organisation.

« Nous venons de découvrir que le gouvernement a signé le 23 mars 2010 avec la société américaine AAE Systems Inc basée en Californie, un contrat pour la fourniture de matériels de communication », a annoncé vendredi le président de l'Observatoire de la lutte contre la corruption et les malversations économiques (Olucome), Gabriel Rufyiri.

Ce contrat s'élève à plus de 500 millions de dollars, une somme colossale qui dépasse les recettes de l'Etat en 2010, et a été signé dans une totale « illégalité », selon M. Rufyiri.

Sa signature n'a jamais été révélée au public, a-t-il relevé. « Le marché a été passé de gré à gré, en violation de la loi sur les marchés publics. Le dossier n'a jamais été étudié au Conseil des ministres, comme le prévoit la Constitution dans de tels cas ».

Enfin, le contrat a été signé par le ministre de la Planification d'alors, Tabu Abdallah Manirakiza, alors que selon la loi burundaise, « seul le ministre des Finances peut engager le Burundi financièrement », a rappelé M. Rufyiri.

« Pour l'Olucome, Il s'agit du plus grand scandale politico-financier » jamais connu au Burundi, a insisté l'activiste, en parlant « d'une histoire qui dépasse l'imagination ».

Ce contrat porte sur la fourniture de plusieurs systèmes de communication pour la présidence, les provinces, l'armée, l'aéroport de Bujumbura, avec la fourniture de centaines de véhicules.

Interrogé, aucun responsable gouvernemental n'a accepté de s'exprimer sur le sujet. Une personne impliquée a cependant reconnu l'existence de ce contrat, invoquant « une affaire qui relève du secret d'Etat » et niant toute « corruption ».

« C'est un contrat illégal qui dénote une gestion mafieuse au sommet de l'Etat », a accusé M. Rufyiri: « non seulement l'autorité qui a signé n'était pas habilitée à le faire, mais les lois sur les marchés publics n'ont pas été respectées, ce montant n'a pas été prévu dans le budget 2010 et le reste du gouvernement n'a pas été informé ».

« D'après nos informations, le Burundi aurait accordé en échange des concessions minières à cette société » américaine, a-t-il affirmé, assurant qu'une partie de l'argent avait déjà été payé.

« Nous pensons qu'il y aurait une histoire de commissions en dessous et nous exigeons que ce contrat soit annulé (...) », a conclu M. Rufyiri.

Le contrat a été négocié par la ministre des Finances, Clotilde Nizigama, le chef de cabinet militaire du président, le général Evariste Ndayishimiye et le chef d'état-major de l'armée, le général Godefroid Niyombare, selon l'Olucome.

Son signataire M. Manirakiza est aujourd'hui conseiller principal du président Pierre Nkurunziza chargé des questions économiques.

L'Olucome a déjà révélé plusieurs scandales financiers et affaires de corruption, dont la vente illicite d'un avion présidentiel en 2006.

Son vice-président, Ernest Manirumva, avait été tué à coups de couteau en avril 2009. L'actuel président de l'association a souvent été menacé de mort et a déjà été emprisonné à plusieurs reprises.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher