topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : HRW salue l’annulation de l’interdiction du FORSC Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

@rib News, 02/02/2011 – Source HRW

Burundi : L’annulation de l’interdiction frappant un groupe de la société civile est une mesure positive

Le gouvernement devrait faire davantage pour favoriser la liberté d’association

(Nairobi, le 2 février 2011) - La décision du Burundi de rétablir le statut légal d'un groupe de premier plan de la société civile interdit en 2009 est une mesure positive et devrait inciter le gouvernement à entreprendre d'autres actions en faveur de la société civile, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui.

Le 28 janvier 2011, le ministre de l'Intérieur, Edouard Nduwimana, a annulé une ordonnance de novembre 2009 qui avait mis hors la loi le Forum pour le renforcement de la société civile (FORSC). Le FORSC est une organisation qui réunit et coordonne des initiatives de groupes de la société civile burundaise et qui a souvent critiqué les violations des droits humains commises par le gouvernement. Human Rights Watch ainsi que d'autres organisations burundaises et internationales avaient dénoncé l'interdiction de 2009 comme une violation du droit à la liberté d'association.

« Le Burundi a pris une mesure positive en faveur de la liberté d'association en annulant l'interdiction du FORSC », a déclaré Daniel Bekele, directeur de la division Afrique à Human Rights Watch. « Nous espérons que cela signifie que le gouvernement cessera de considérer la société civile comme un ennemi, et reconnaîtra plutôt les contributions de groupes tels que le FORSC en engageant le dialogue avec eux. »

Le FORSC est une organisation burundaise particulièrement reconnue pour son franc-parler. Cette organisation a travaillé sur une série de sujets tels que la bonne gouvernance, la justice de transition et la nécessité de protéger les défenseurs des droits humains. Son interdiction par le gouvernement avait été annoncée peu après que le Délégué général du FORSC, Pacifique Nininahazwe, avait publiquement condamné l'implication présumée du gouvernement dans les assassinats d'Ernest Manirumva, un militant anti-corruption, et de Salvator Nsabiraho, un jeune homme battu à mort par la police. Le ministre de l'Intérieur, Nduwimana, avait prétendu à l'époque que l'interdiction était liée à des problèmes techniques concernant l'adhésion de certains groupes membres de l'organisation.

L'interdiction a été levée après que le gouvernement a répondu favorablement aux efforts du FORSC pour renouer le dialogue, après plusieurs mois de relations tendues entre le gouvernement et les organisations de la société civile. Cinq journalistes et travailleurs des médias ont été arrêtés en 2010 ; deux d'entre eux, Jean Claude Kavumbagu et Faustin Ndikumana, sont toujours emprisonnés sur des chefs d'accusation qui semblent motivés politiquement. Le délégué général du FORSC, Nininahazwe, ainsi que d'autres militants ont indiqué avoir fait l'objet de surveillance fin 2010. Les relations entre les militants et le gouvernement ont été particulièrement tendues depuis le meurtre non résolu de Manirumva en avril 2009. Plusieurs organisations ont accusé publiquement des officiers de la police d'être impliqués dans ce meurtre et ont critiqué l'absence de poursuites judiciaires engagées par le système judiciaire contre des suspects haut-placés. En réponse, des représentants du gouvernement ont mis en garde les militants contre le fait de s'exprimer sur des sujets sensibles de sécurité et de justice.

Après une période électorale en 2010 marquée par des violences politiques, un boycott des élections par l'opposition et la torture de plusieurs dirigeants de l'opposition, certains militants de la société civile ont été accusés par des représentants du gouvernement d'être des « opposants politiques » ou des « ennemis ». La représentante de Human Rights Watch au Burundi a été expulsée en juin, après que le gouvernement a prétendu qu'elle était politiquement de parti pris. Dans un mémorandum du mois d'août, le FORSC et d'autres groupes ont appelé le gouvernement à traiter les médias, la société civile et l'opposition politique comme des partenaires et à choisir le dialogue plutôt que la répression.

« L'annulation par le ministre de l'Intérieur de l'interdiction qui frappait le FORSC nous incite à espérer que le gouvernement burundais a reconnu que la répression de la société civile est une réponse ni raisonnable ni constructive aux critiques », a conclu Daniel Bekele. « Nous espérons que cette décision laisse augurer une nouvelle ère de dialogue constructif. Nous exhortons le gouvernement à mettre fin aux actes d'intimidation et aux restrictions imposées à d'autres militants et journalistes. »

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher