topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le gouvernement burundais s’insurge contre un rapport de l’Ong ICG Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

APA, 10-02-2011

Philippe NzobonaribaBujumbura (Burundi) - Le gouvernement burundais s’est insurgé contre le contenu du dernier rapport de l’Ong international Crisis group (ICG) portant sur la situation post - électorale dans ce pays, estimant que cette ONG a « toujours cherché de noircir tout ce qui se passe au Burundi ».

Dans son rapport ICG indiquait que le Burundi vit dans une impasse politique depuis les élections de 2010, soulignant que cette situation pourrait conduire à une situation dangereuse qui risque d’hypothéquer les 10 ans de progrès enregistrés dans ce pays.

Le porte-parole du Gouvernement M. Philipe Nzobonariba a, lors d’un point de presse, jeudi à Bujumbura, rappelé qu’à la veille des élections de 2010, ICG avait mis en cause la capacité des forces de sécurité burundaise à assurer la protection des élections, et avait demandé des troupes étrangères pour protéger les élections.

« ICG devrait se rendre compte qu’il s’est trompé et changer. Malheureusement, il continue à être alarmiste et pessimiste sur le Burundi », a dit M. Nzobonariba.

Selon lui, aucun membre du gouvernement n’a été interrogé lors de la confection de ce rapport et le Burundi ne vit pas une impasse politique.

« Les institutions issues des élections fonctionnent normalement et ceux qui veulent peuvent en être témoin », ajoute-t-il.

Concernant la présence d’une rébellion armée, il a indiqué que les malfaiteurs qui ‘’tuent, pillent et violent et volent sont des groupes de bandits’’.

« Personne n’a encore revendiqué ces actes de barbarie qui se commettent ici et là dans le pays, et ce n’est pas au gouvernement de les revendiquer à leur place », indique M. Nzobonariba.

Cependant, a-t-il poursuivi, « nous remarquons qu’il existe des politiciens qui souhaitent que ces actes soient endossés par une rébellion pour y gagner politiquement. »

S’agissant du dialogue avec l’opposition, le porte parole du gouvernement burundais indique que « l’opposition ne peut pas réclamer un dialogue avec un gouvernement qu’il ne reconnaît pas ».

Selon lui les partis d’opposition réunis dans l’Alliance Démocratique pour le Changement (ADC) ont publiquement annoncé qu’ils ne reconnaîtront pas les institutions issues des élections de 2010. « Ils n’ont qu’à dialoguer à travers le forum des partis politiques qui a été mis en place par tous les partis politiques y compris ceux de l’opposition », a –t-il clamé.

Il a invité les partis d’opposition à contribuer dans l’élaboration du statut de l’opposition et non de boycotter ces travaux.

Ce projet se trouve dans les mains des experts et attendent la contribution de tous les intervenants en la matière, a rappelé M. Nzobonariba.

S’agissant de la sécurité des opposants en exil et de leur non poursuite, Philipe Nzobonariba a indiqué qu’aucun mandat n’été lancé contre eux et qu’ils peuvent renter au pays sans crainte

«  Leur sécurité sera assurée comme celle des autres citoyens », a –t-il assuré.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher