topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le traité sur le partage des eaux du Nil prêt à être ratifié Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

@rib News, 01/03/2011 – Source AFP

Le Burundi a signé le traité sur le partage des eaux du Nil, ouvrant la voie à la ratification de cet accord qui supprimera de facto le droit de veto historique de l'Egypte sur l'utilisation des eaux du fleuve, a-t-on appris mardi auprès de l'Initiative du bassin du Nil.

"Après la signature du Burundi (lundi), l'accord peut à présent entrer en vigueur", a déclaré le porte-parole de l'organisation installée en Ouganda, Daniel Meboya.

La signature du Burundi lundi et du Kenya courant 2010 porte à six le nombre de pays signataires, le minimum prévu par le traité pour son entrée en vigueur. Les Parlements des six pays signataires peuvent désormais ratifier le traité.

En mai 2010, après une décennie d'âpres discussions, quatre Etats du bassin du Nil --Ouganda, Rwanda, Tanzanie, Ethiopie-- avaient signé ce texte autorisant les pays en amont du fleuve à développer des projets d'irrigation et des barrages hydroélectriques sans être tenus d'obtenir l'accord préalable du Caire.

Le traité de 2010 remet en cause un autre traité remontant à 1929 (amendé en 1959), signé entre le Caire et la Grande-Bretagne, puissance coloniale de l'époque, accordant la part du lion à l'Egypte et au Soudan. Aux termes de celui-ci, l'Egypte dispose d'un droit de veto sur tout projet en amont, barrage, station de pompage, grands travaux d'irrigation, etc.

Le Soudan et l'Egypte, qui avaient boycotté la cérémonie de signature du nouveau traité, font valoir que de tels projets réduiraient considérablement le débit du fleuve sur leur territoire.

Les textes de 1929 et 1959 attribuent des quotas très favorables à l'Egypte (55,5 milliards de m³) et au Soudan (18,5 mds de m³), soit au total 87% du débit du fleuve.

Les pays membres de l'Initiative du bassin du Nil ont écarté l'idée de rouvrir des négociations mais l'organisation avait prévu en janvier un sommet extraordinaire pour aplanir les divergences. Cette réunion a été reportée en raison du soulèvement populaire en Egypte et pourrait avoir lieu à Nairobi prochainement, selon M. Meboya.

L'Erythrée et le Sud-Soudan ont été autorisés à suivre les négociations sur le nouveau partage des eaux mais n'ont pas le statut de partie au traité.

Le Nil, fleuve de 6.700 km de long, est alimenté par le Nil Blanc qui prend sa source au Lac Victoria en Afrique de l'Est et le Nil Bleu qui trouve son origine sur les hauts plateaux éthiopiens.

L'Egypte, 80 millions d'habitants, tire du Nil environ 90% de son eau. Le pays prévoit que, même en conservant les accords actuels, le fleuve ne suffira plus à ses besoins à partir de 2017.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher