topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Nouvelles locales du mardi 01 mars 2011 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Nouvelles locales

@rib News, 01/03/2011

● Politique

- « Les déclarations de Manassé Nzobonimpa n’engagent que lui », a déclaré Onésime Nduwimana porte-parole du Cndd-Fdd au pouvoir depuis 2005 au Burundi. Selon Nduwimana, les sanctions seront certainement dures car il a osé dire ce qui devrait être étudié au sein du parti. Nduwimana accuse cet ancien guerrier des Fdd d’être à la solde des opposants au régime de Bujumbura, surtout qu’il a utilisé des médiums qui ne sont pas proches du pouvoir pour faire ses déclarations. (Rtnb/Rtr/Rpa/Bonesha/Rema/Isanganiro)

- Le député Manassé Nzobonimpa s’expose aux sanctions en utilisant des logos et autres signes du parti sur une déclaration personnelle. Selon le porte-parole du Cndd-Fdd, Nzobonimpa s’est arrogé le droit d’utiliser des logos du parti alors qu’il faisait des déclarations personnelles. (Rtr/Rtnb/Bonesha/Isanganiro)

- Selon M. Nduwimana, le député Nzobonimpa a voulu s’approprier les priorités du parti et celles du président de la République. « Le président de la République a prôné la tolérance zéro envers tous les corrompus et corrupteurs  et Manassé Nzobonimpa a voulu s’approprier ce que le parti et le président de la République font chaque jour » a déclaré le porte-parole du parti présidentiel. « Il y a plusieurs cas de poursuites judiciaires contre des détourneurs des deniers publics » a déclaré Nduwimana ajoutant que Nzobonimpa n’a rien apporté de nouveau car bien qu’il dénonce, il ne le ferait pas mieux plus que l’Olucome et surtout son président Gabriel Rufyiri. (Rema/Rpa)

- Manassé Nzobinimpa connu sous le sobriquet de « Tigre de la Kibira », suite à son bravoure lors des combats entre les ex-Fdd et les Forces gouvernementales lors de la rébellion, peut faire beaucoup de choses. Cependant, il y a d’autres choses qu’il ne peut pas faire suite à son niveau relativement bas, selon le porte-parole du parti présidentiel Onésime Nduwimana. (Rpa/Rema/Isanganiro/Bonesha)

- Des tracts ont été découverts dans presque toutes les communes de Gitega, au centre du Burundi, ce mardi. Selon des sources sur place, les tracts seraient jetés par des mécontents du parti présidentiel qui accusent le président du Cndd-Fdd en province de Gitega de vider les caisses du parti et de prendre des décisions qui engagent le parti sans consulter son bureau. Le président du parti présidentiel, qui est élu député dans la province de Gitega, est aussi accusé par ces pairs d’être à l’origine d’un détournement des fonds de la PEAF, il y a trois an,s ainsi que de la Poste dans la province de Gitega, ce qui lui a valut un peine de deux ans de prison avant d’être libéré pour grâce à appartenance politique. (Rpa/isanganiro)

- La société civile burundaise loue le geste posé par le Secrétaire du comité des sages du parti Cndd-Fdd le député Nzobonimpa, pour avoir « dit à haute voix ce que les autres disent tout bas ». Selon Pacifique Nininahazwe, délégué général du Forum de renforcement de la  Société Civile (Forsc), la démocratie s’enracine de plus en plus, car même au parti au pouvoir certaines voix commencent à s’élever pour confirmer ce que la société civile a toujours dénoncé. Cependant, le délégué général du Forsc craint que le geste de Nzobonimpa risque d’être suivi par des emprisonnements ou une dislocation du parti au pouvoir. Pour lui, il faut que le parti ne se fragilise pas comme ce fut le cas en 2007 avec le congrès qui a chassé Hussein Radjabu de la présidence du Cndd-Fdd.

● Sécurité

- Au cours d’une conférence de presse animée ce  mardi matin à Bujumbura, le chef d’Etat Major de l’armée burundaise, le Général Godefroid Niyombare, a fait l’éloge des actions menées par les militaires burundais en mission de maintient de la paix en Somalie. Selon lui, les pertes existent mais l’objectif a été atteint. « Ce qui nous intéresse c’est que l’objectif a été atteint à 99%, » a déclaré le Général Niyombare, qui dément les informations selon lesquelles plusieurs soldats burundais auraient été tués en Somalie par des insurgés islamistes. « Notre objectif était d’empêcher aux insurgés de tirer sur nos positions et c’est pourquoi nous avons préféré les déloger d’un bâtiment qu’ils occupaient depuis longtemps, un bâtiment qui servait de bureau du ministère de la Défense qui avait été occupé par ces insurgés », a expliqué le général Godefroid Niyombare.

- Selon le Général Niyombare, un bâtiment qui abritait une laiterie (Milk Factory) avant le début du chaos somalien, et qui était passé sous le contrôle des insurgés, a lui aussi été occupé par les militaires de l’AMISOM en plus de la place connus sous le nom de Kashandiga, c'est-à-dire, ministère de la Défense, un centre qui était jusque là un état major des insurgés. Selon lui, l’art de son métier ne lui permet pas de donner le nombre des militaires tués et c’est pour une question de respect des familles des victimes et des soldats sur le terrain. (Isanganiro/Bonesha/Rtnb/Rtr)

- Pour Général Niyombare, les circonstances sont encore fraiches et celui qui chercherait à connaître le nombre exact des soldats tombés sur le champ d’honneur en Somalie devrait se confier aux familles des victimes, car, estime-t-il, bien que l’art de son métier ne lui permet pas de dévoiler certains secrets, il ne peut pas empêcher les familles des disparus de pleurer les leurs. Cependant, il souligne que chaque militaire qui tombe sur le champ d’honneur est « un militaire de trop ». (Rtr/Rtnb/Isanganiro/Bonesha/Rpa)

- Le chef d’Etat Major a souligné que plus tard, la question de laisser les médias couvrir les événements du genre sera réétudiée pour que les journalistes puissent suivre les cérémonies d’inhumation des corps des soldats tués. Selon le chef d’Eta Major de l’armée  « Il faut que la situation se gère entre l’Etat Major et les familles des disparus ».

- Pour la société civile burundaise et des partis politiques de l’opposition, l’armée n’est pas en train de faire un hommage qu’il faut aux soldats burundais qui tombent en Somalie. Edouard Biha, secrétaire général de la Ligue de Droits de l’homme Iteka, souligne que, au lieu de cacher les corps aux citoyens, il faudrait plutôt mobiliser tous les citoyens à se rendre à l’aéroport pour les accueillir et les accompagner dans leur dernière demeure. En plus, estime-t-il, il faut un monument à l’honneur de ces vaillants soldats qui meurent sur la terre somalienne. (Rtr/Renaissance)

- Un corps sans vie a été découvert au secteur Mushasha II dans la zone de Gatumba à l’Est de la ville de Bujumbura. Selon les habitants de la localité, il s’agit d’un homme inconnu, qui avait été tué ailleurs par gourdin et matraque et qui a été jeté dans cette partie de la zone Gatumba. Selon une femme de ce secteur, le corps a été découvert par des chasseurs qui ont senti une odeur nauséabonde avant d’aller voir de quoi il s’agissait. (Rtr/Isanganiro/Rpa)

- Des sources à Gatumba disent qu’un militaire de l’armée nationale du Camp Gatumba avait été kidnappé par des inconnus. Ce corps découvert par ces chasseurs est celui de ce militaire tué et jeté à cet endroit, comme les sources des gens de Gatumba l’ont confirmé, arguant qu’ils l’ont reconnu. (Rtr)

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher