topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Une crise institutionnelle traverse le parti Uprona Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

@rib News, 17/03/2011 – Source Xinhua

 L'UPRONA, le deuxième parti au pouvoir après le CNDD-FDD, est traversé par une crise institutionnelle quelques mois après les élections générales au Burundi de 2010, une crise engendrée par ces élections comme l'a expliqué à la presse ce mercredi Charles Nditije, un membre du comité central de ce parti qui est chargé de la médiation entre deux courants antagonistes au sein de ce parti.

« D'un côté, il y a un groupe de militants qui estime que le président du parti s'est rendu coupable de fautes graves à telle enseigne qu'il faut le soumettre à une motion de défiance ou de confiance et qu'il faut demander aux membres du comité central si oui ou non le président mérite de continuer ce mandat », explique Charles Nditije.

Les membres de ce groupe accusent le président du parti Bonaventure Niyoyankana de « gérer le parti comme sa propre boutique » et d'avoir mal conduit le parti pendant et même après les élections générales de 2010. Dans sa défense contre ces accusations, le deuxième groupe dont il fait partie parle de frustrations et de règlements de compte pour avoir vu le parti UPRONA continuer les élections après le scrutin communal du 24 mai 2010 alors que ceux-là voulaient les boycotter à l'instar des partis de l'opposition, à en croire Charles Nditije.

« Il y a un autre groupe qui estime que le premier groupe est mu par d'autres mobiles de frustrations personnelles, de règlements de compte et qui estime que ces gens-là se sont rendus également coupables de manquements graves à tel point qu'ils méritent d'être sanctionnés sévèrement, notamment d'être exclus du parti pour avoir dit par exemple qu'il fallait pas aller dans les élections parce qu'ils n'étaient pas tête de listes », ajoute Charles Nditije.

Charles Nditije, un des membres de ce parti et médiateur dans cette crise des deux courants, un courant qui veut qu'à l'ordre du jour du prochain congrès on évalue les réalisations du président du parti et un autre qui veut que l'on évalue uniquement les élections, fait sa proposition médiane.

« Nous disons que dans cette évaluation des élections, au regard des résultats que nous avons obtenus, on peut estimer objectivement si le président est effectivement à la hauteur, s'il a bien conduit ses troupes lors des élections et même après ».

Aux élections législatives, le parti UPRONA est arrivé en deuxième position avec 17 sièges après le CNDD-FDD (81 sièges) et avant le parti Sahwanya-FRODEBU-Nyakuri (5 sièges). L’UPRONA n'a pas participé à l'élection présidentielle car il n’y avait qu'un seul candidat du parti CNDD-FDD à la présidentielle, à savoir le candidat Pierre Nkurunziza qui a été réélu à ce poste. Le prochain congrès qui devra trancher est attendu le dimanche prochain, 20 mars 2011.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher