topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Des escadrons de la mort au sein de la police présidentielle Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

@rib News, 04/04/2011

Un des trois membres du FNL tués à RwezaLes membres des partis de l’opposition regroupés au sein de l’Alliance des Démocrates pour le Changement (ADC-Ikibiri) sont, ces derniers jours, cibles d’exécutions extrajudiciaires au Burundi. Les médias locaux rapportent tous les jours, et en images, la mort de plusieurs personnes tuées par des hommes en uniforme policière ou militaire et quelque fois habillées en civil.

Manassé Nzobonimpa, député du Burundi au sein de l’East African Legislative Assembly (EALA), vient de dénoncer l’existence d’escadrons de la mort au sein de la police présidentielle burundaise - les services secrets connus sous le nom de "Documentation nationale". Des tueurs à gages à la solde de certaines sphères du pouvoir pour des exécutions extrajudiciaires.

« Il y a dans ce pays deux formes d’institutions : clles que vous connaissez et d’autres que vous ne connaissez pas. Ce sont ces agents secrets qui sont à l’origine des exécutions de gens » a déclaré Nzobonimpa dans un entretien avec des medias locaux burundais.

« Ces groupes de criminels au service des renseignements burundais viennent de recevoir des sommes faramineuses pour traquer les opposants politiques », a affirmé Manassé Nzobonimpa.

« Ils ont même eu des véhicules Pick-up pour leur faciliter de travailler » a ajouté le député Nzobonimpa avant de laisser entendre que des escadrons de la mort sont pour le moment à sa poursuite et qu’ils ont loué une chambre d’hôtel à Kampala, à partir de laquelle, ils préparent un coup contre lui.

« Les dirigeants de ces escadrons sont Désiré Uwamahoro et un certain Kazungu l’un des proches du directeur des renseignements, et sont chargés d’exécuter toute personne que la Documentation nationale décide d’éliminer » a ajouté le député Nzobonimpa.

Désiré Uwamahoro serait l’un des principaux acteurs dans l’aasssinat d’Ernest Manirumva, un ancien président d’une ONG locale de lutte contre la corruption. Plusieurs généraux burundais dont le directeur des renseignements le Général Adolphe Nshimirimana ont ainsi refusé de se soumettre à un test d’ADN recommandé par les experts de la FBI qui avait participé aux enquêtes sur la mort d’Ernest Manirumva, tué par arme blanche en avril 2009.

Trois fideles de Rwasa tués à Rweza en commune Kanyosha

Trois personnes dont deux d’une même famille ont été tuées dans la semaine dernière à Rweza, près du campus Kiriri. Leurs familles ont vite pointé du doigt la police présidentielle .

Ces trois personnes tuées sont Nayuburundi Stanislas, Ndarurinze Floribert et Nizigiyimana Vedaste, les deux premiers étant d’une même famille.

C’est sur cette même colline de Rweza qu’un employé de l’UE avait été arrêté et son corps sans vie retrouvé quelques jours plus tard dans la rivière.

Les membres des partis d’opposition ont aussi déploré la mort des trois civils sans défense.

« Nous déplorons la mort de ces personnes qui meurent chaque jour pour avoir été choisi les partis d’opposition » a déclaré l’un des leaders politiques burundais de l’opposition.

Un enseignant membre du FNL tué à Kamenge le 2 avril 2011

Havyarimana Etienne, un membre du parti FNL et enseignant au Lycée communal de Nyambuye, a été tué samedi matin à Kamenge, par des gens qui ont utilisé un véhicule de l’Etat. Selon Jean-Claude Nganahe, chef de quartier Kavumu où vivait la victime, a déclaré que la victime avait répondu à un appel téléphonique autour de 3 heures du matin.

« Il a été tué par des gens qui l’ont fait sortir de chez lui en l’appelant par téléphone et lorsqu’il est sorti, il n’est jamais revenu. Un voisin du lieu du crime a souligné qu’il a entendu un véhicule qui allait vers le domicile de la victime et après un moment, il a entendu un coup de feu et le véhicule est reparti », a annoncé le chef de quartier Kazvumu.

Des sources proches du lieu du crime ont confirmé que la victime était membre du FNL d’Agathon Rwasa. Une information qui a avait été confirmé par les membres de la famille de la victime qui disent que pour le moment, ils ne savent pas à quel Saint se vouer.

Rweza et Kamenge : Même technique

Pour le moment, il y a des ressemblances entre ce qui s’est passé à Kamenge et ce qui s’est passé à Rweza. Des reporters sur terrain ont souligné l’usage des véhicules par les meurtriers, ce qui fait croire aux observateurs qu’ils sont bien équipés et surtout organisés et bien financés.

D’autres corps de ramassent partout dans la ville de Bujumbura et même dans les montagnes. Cinq membres des partis d’opposition on été arrêtés le 28 mars 2011 à Mirango en commune urbaine de Kamenge et deux d’entre ont été retrouvés morts dans un quartier industriel de Bujumbura. Les trois autres restent introuvables. Ceux qui ont été découverts sont Ntogoheka Prosper et un certain Félicien.

Ces derniers jours, des cadavres ont été découverts un peu partout dans le pays, flottant dans les lacs et rivières. L’APRODH avait souligné, il y a plusieurs jours, que chaque semaine, une dizaine de personnes trouvaient la mort, soit parce qu’ils sont membres de l’opposition, soit par des conflits fonciers, ou bien accusés de sorcellerie, ou tout simplement par ce que les gens appellent justice populaire.

Silence assourdissant du chef de l’Etat

Les familles des victimes et des organisations de la société civile demandent au président de la République de s’exprimer sur les récentes tueries et de tout faire pour arrêter les assassinats des membres des partis d’opposition.

« Nous demandons au président de la République de sortir de son silence pour sauver le peu de gens qui restent. Les gens meurent comme des mouches et il ne dit rien. Est-ce qu’il sera content lorsque les populations seront toutes décimées par ses troupes ? », s’est interrogé une femme dont le mari a été tué par des agents des renseignements lors d’une attaque à Rweza.

« Notre président est intelligent. Il nous a laissé accoucher sans payer mais il s’arrange pour que nos maris, avec lesquels on a eu ces enfants meurent », a déploré Madeleine, une jeune femme de 30 ans qui venait de perdre elle aussi son mari, dans des circonstances confuses à Kiyenzi.

Saisir le tribunal International

Suite à l’impunité qui caractérise le pouvoir actuel de Bujumbura, des voix commencent à s’élever pour demander que soit saisi le tribunal international pour juger ceux qui sont  impliqués dans des actes de violation des droits de l’Homme au Burundi.

Le vice-président du parti Sahwanya -Frodebu, Fréderic Bamvuginyumvira, demande aux Burundais de saisir le tribunal international sur les crimes commis dans leur pays.

« Il temps que nous saisissions le Tribunal pénal international sur tout les crimes qui se commettent au Burundi » a déclaré M.  Bamvuginyumvira.

« Les crimes qui sont commis au Burundi sont des crimes contre l’humanité et sont punissables par les lois internationale » a ajouté le vice-président du parti Frodebu. [JMM]

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher