topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Comment l'aide internationale alimente le conflit en Somalie Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

Associated Press, 8 mai 2011

Par Katharine Houreld

Des munitions de l'armée revendues aux rebelles, des organisations humanitaires qui paient leur protection à l'insurrection islamiste, des responsables onusiens et somaliens accusés de se servir... Au bout du compte, une partie de l'aide internationale alimente le conflit qui déchire la Somalie depuis vingt ans au lieu d'y mettre fin.

Environ 1 milliard de dollars (700 millions d'euros) sont consacrés chaque année à des projets humanitaires, de développement et de sécurité dans ce pays d'Afrique de l'Est où plus d'un quart des 9,1 millions d'habitants dépendent de l'aide humanitaire.

La Somalie est plongée dans le chaos depuis le renversement du dictateur Mohamed Siad Barré en 1991 par des seigneurs de guerre qui se sont ensuite déchirés entre eux. Ces dernières années, les milices islamistes Shabab liées à Al-Qaïda se sont emparées d'une grande partie du sud du pays. La force de maintien de la paix de l'Union africaine (AMISOM) leur a repris ces derniers mois le contrôle d'environ la moitié de la capitale, Mogadiscio.

La déperdition d'aide internationale dans un pays instable n'a rien d'extraordinaire, comme l'illustrent l'Irak et l'Afghanistan, mais si la Somalie reçoit moins d'argent, son utilisation est aussi beaucoup moins contrôlée: le pays est tellement dangereux que les centaines de responsables des Nations unies et des organisations humanitaires sont basés au Kenya voisin.

Difficile de savoir quelle proportion des vivres, médicaments et matériel n'arrive jamais à destination, mais les témoignages recueillis par l'Associated Press au Kenya et en Somalie sont alarmants.

"Les cas connus ne sont que la partie émergée de l'iceberg. Ce problème contribue fortement au conflit somalien", estime le professeur Stig Jarle Hansen, spécialiste de l'économie de guerre et de la Corne de l'Afrique à l'Université norvégienne des sciences de la vie. Ainsi, dit-il, les donateurs financent la formation et l'équipement des policiers et soldats, mais pas leurs salaires, et les populations locales sont rackettées. "On ne les incite pas à être transparents".

L'une des affaires de corruption les plus frappantes s'est produite sous le nez des hauts responsables de l'ONU à Nairobi, la capitale kényane.

Un ancien employé, muté depuis, y aurait détourné des millions de dollars sur plusieurs années, dont plus de 188.000 dollars (131.300 euros) affectés à un "bureau de liaison de sécurité" pour le gouvernement somalien, qui n'a jamais vu le jour. Le représentant de l'ONU en Somalie, Augustine Mahiga, s'est refusé à tout commentaire, invoquant une enquête interne en cours.

Une commission onusienne a estimé l'an dernier que les prestataires et milices volaient jusqu'à la moitié de l'aide alimentaire. Du coup, les Etats-Unis ont réduit leur manne de plus de 200 millions de dollars (140 millions d'euros).

Les agences humanitaires soulignent que malgré leurs efforts, la corruption est inévitable quand on nourrit, soigne et héberge des millions de gens dans l'un des pays les plus pauvres et les plus violents du monde. Un employé basé à Nairobi ajoute que ceux qui dénonceraient la corruption ou mèneraient des audits en Somalie risqueraient d'être tués.

"Je pense qu'il n'y a pas de contrôle (...) parce que l'information n'est pas partagée", assène Augustine Mahiga, qui réclame davantage de transparence de la part de la communauté internationale et du gouvernement somalien.

Le gouvernement de transition somalien milite pour que le personnel onusien et humanitaire ainsi que les spécialistes de la sécurité s'installent à Mogadiscio, mais les combats continuent dans la capitale, qui a en outre connu une vague d'enlèvements d'étrangers il y a trois ans.

C'est à Nairobi que les bailleurs de fonds internationaux rencontrent les dirigeants somaliens. Les séjours luxueux au Kenya, les 300 dollars par jour pour la participation aux conférences onusiennes ou les 600 dollars mensuels des parlementaires peuvent dissuader les dirigeants de régler les problèmes d'un pays où l'habitant moyen peine à gagner un dollar par jour.

Le Premier ministre Mohamed Abdullahi Mohamed assure à l'Associated Press que l'aide serait mieux contrôlée si elle était davantage versée directement au gouvernement. Il entend aussi limiter à 25% le temps passé à l'étranger par les hommes politiques locaux.

Depuis deux ans, les donateurs et agences humanitaires veulent plus de contrôle, note le responsable onusien de l'aide humanitaire et au développement en Somalie, Mark Bowden. L'ONU a d'ailleurs créé une base de données de ses prestataires qui contient déjà plus de 500 entrées, dit-il.

Interrogés sur la corruption, des travailleurs humanitaires ayant requis l'anonymat citent ce projet de 600.000 dollars à Mogadiscio, suspendu parce qu'un ministre exigeait un pot-de-vin, ou cette école devant accueillir un millier d'enfants dont la rénovation a été payée deux fois, par deux donateurs différents.

De leur côté, des officiers de l'AMISOM affirment à l'AP que des chefs de l'armée revendent les balles données par l'Union africaine.

A Nairobi, le cabinet d'audit Katuni Consult de Joakim Gundel a examiné l'an dernier 21 projets du Conseil danois des réfugiés dans le centre de la Somalie. Conclusion: les Shabab extorquent jusqu'à 20% du budget pour "protéger" les employés. Les prestataires gonflent alors leurs factures et construisent des cliniques et écoles moins grandes. L'ONG danoise a assuré à l'AP avoir suspendu les projets à plus long terme suite à une enquête interne confirmant "les irrégularités et paiements non autorisés" aux insurgés.

La plupart des agences rencontrent les mêmes problèmes, selon Joakim Gundel, mais elles craignent de perdre leurs financements en dénonçant les détournements. Pour cet expert, c'est aux donateurs comme l'Union européenne ou les Etats-Unis de vérifier où va l'argent pour éviter de financer le conflit en même temps qu'ils aident les victimes. AP

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher