topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Dialogue de sourds autour de la crise énergétique au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

PANA, 11 juillet 2011

Bujumbura, Burundi (PANA) - Les représentants de la population de Bujumbura et le deuxième vice-président de la République, en charge des questions économiques et sociales, Gervais Rufyikiri, n’ont pas pu accorder leurs violons, lors d’un débat public organisé, lundi, sur les voies et moyens de résorber le problème de la crise énergétique.

Après avoir annulé le mois dernier sa décision de réviser à la hausse les tarifs de l’eau et de l'électricité dans des proportions allant du simple au quadruple, acculé par des pressions venant des organisations des consommateurs qui appelaient au soulèvement populaire contre la mesure, l’Etat burundais revient à la charge, par l'intermédiaire du Parlement burundais qui a mis sur pied une commission chargée de proposer des hausses tarifaires plus raisonnables.

Dans sa tentative de convaincre une population toujours réticente du bien fondé de revoir à la hausse les tarifs de l’eau et électricité, le vice-président burundais a rappelé à l'assistance que la quantité disponible du courant électrique pour tout le pays ne dépasserait pas actuellement les 42 mégawatts pour des besoins réels de consommation de l’ordre de 270 mégawatts.

La hausse des tarifs sur l’électricité permettrait également d’investir dans de nouveaux ouvrages hydroélectriques et autres sources d’énergies renouvelables pour passer de 2% d'abonnés du moment à au moins 15% dans l’avenir, a encore argumenté le vice-président burundais qui tente un argument plus convaincant selon lequel  les investisseurs étrangers demeureront réticents à venir au Burundi aussi longtemps que le pays vivra dans le noir.

Au niveau de l’eau, les représentants de la population à Bujumbura, la capitale, ont été également informés qu’il faudrait multiplier la facture du moment par au moins six pour avoir de quoi réaliser de nouveaux investissements dans le secteur et prétendre à un approvisionnement régulier en ce précieux liquide, l’Etat burundais nourrissant l'ambition de porter le taux de desserte en eau de 65% à plus de 85% d’ici 2015.

Les représentants de la population ne l’ont pas entendu de cette oreille et ont demandé plutôt à l’Etat de régler d’abord ses factures envers la Régie nationale de production et de commercialisation de l’eau et l'électricité (REGIDESO) au lieu de chercher l’argent du côté d’une population au pouvoir d’achat jugée «très faible».

La dette des tiers envers la REGIDESO avoisinerait les 5 milliards de Francs burundais (près de 5 millions de dollars US).

La REGIDESO devrait également renoncer aux avantages relatifs à la gratuité de l’eau et électricité pour son personnel et certains autres corps privilégiés de l’Etat, ont encore suggéré les intervenants au débat public.

D’un autre côté, les citoyens ont rappelé que la REGIDESO n’en était pas à sa première hausse, sans qu’il y ait toutefois un léger mieux, d’où la suggestion populaire de s’assurer d’abord que la gestion administrative et financière de l’entreprise étatique, ayant le monopole de la production de l’eau et électricité, est réellement saine.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher