topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : L’Uprona fait état de rébellion et en appelle au dialogue inclusif Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

@rib News, 02/08/2011 – Source Xinhua

 Le parti Uprona a tenu ce mardi dans une conférence de presse des propos qui contredisent la position du gouvernement en matière de sécurité alors qu'il a dans ce même gouvernement le premier vice-président de la République et trois ministres sur les 21 qui le composent.

Pour le président de ce parti, le gouvernement devrait entamer un dialogue inclusif pour ramener la sécurité au lieu de jouer sur les mots.

« Certains hauts responsables, militaires et politiques, semblent banaliser, voire nier l'évidence de l'existence d'une rébellion en affirmant à qui veut l'entendre qu'il n'y a pas et qu' il n'y aura plus de rébellion au Burundi. Dans le même temps, on apprend que des militaires et des policiers tombent sur le champ de bataille (...) Des signes qui montrent l'existence d'une rébellion sont-là », a déclaré Bonaventure Niyoyankana, le président du parti de l'indépendance qui a alors montré certains de ces signes.

Il a notamment cité le cas des champs d'ananas qui ont été brûlés et non récoltés pour en consommer les fruits ou alors les vendre, les cas d'assassinats ici et là, des groupes de gens qui s' organisent pour faire payer de l'argent aux ménages, etc.

Il a déploré le fait que le gouvernement appelle ces gens des groupes ou des bandits armés alors que « même si le mot rébellion n'est pas prononcé, ses signes sont évidents. Il ne faut pas jouer le jeu de mots », a martelé le président du parti Uprona.

Face à cela et surtout par rapport aux morts enregistrés ces derniers jours, le président du parti en appelle au gouvernement à surmonter sa légitimité et à accepter le dialogue pour ramener la sécurité dans tout le pays.

« La légitimité du gouvernement n'exclue pas et n'interdit pas le dialogue, l'écoute attentive de tous les partenaires politiques inclusivement ainsi que la prise en compte de certaines propositions qui pourraient contribuer à ramener la sécurité. Sinon, est-ce qu'on va attendre des milliers de morts ou des destructions des ponts et écoles pour s'asseoir et dire qu'est-ce que vous voulez ? C'est un cri d'alarme que l'Uprona lance à toute personne y compris le gouvernement et ces gens qui se disent de l' opposition (...) un cadre rassurant pour tous pourrait s'avérer fort constructif », a encore martelé le président du parti Uprona.

Le président du parti Uprona a déploré également le fait que la Constitution du Burundi ne donne pas assez de prérogatives au premier vice-président (Thérence Sinunguruza qui est le premier vice-président est de ce parti).

Pour revenir sur la question de sécurité et surtout sur l’existence ou non de la rébellion au Burundi aujourd'hui ou demain, le chef de l'Etat Pierre Nkurunziza avait affirmé haut et fort le 1er juillet dernier à Ngozi (au Nord du pays) qu' il n'y a pas et qu'il n'y aura plus de rébellion au Burundi.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher