topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Un récit poignant et bouleversant de la vie quotidienne au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 06/11/2011

Un drame dans un silence total au Burundi :

Un enfant demande du pain au père, il reçoit une gifle !

Par Pancrace CIMPAYE

Quand on parle de la misère dramatique qui frappe les Burundais, les tenants du pouvoir ou leurs supporters rétorquent que l’opposition burundaise dramatise et est alarmiste. A Paris au cours d’une rencontre entre Burundais, Monsieur Alexis Sinduhije et moi-même, un intervenant, ancien prêtre de surcroît a affirmé que les Burundais n’ont jamais été aussi heureux ! Pour cet ancien serviteur de l’Eglise Catholique, « des Burundais malheureux, cela est une invention de l’A.D.C-IKIBIRI ».

Mais laissez moi vous conter un drame qui a été vécu par deux compatriotes burundais qui vivent à l’étranger mais qui passaient leurs vacances au Burundi :

« Alors que nous roulions sur la route Rumonge vers le centre ville de Bujumbura, nous apercevons un homme qui faisait l’auto stop. Mais cet homme qui veut garder un peu de sa dignité ne lève pas le doigt pour solliciter au premier venu de le prendre ; il reste débout sans faire aucun signe, seul celui qui le reconnaît s’arrête pour le prendre. C’est ainsi que nous l’avons dépassé sans le prendre. Mais quand j’ai jeté un coup d’œil dans le rétroviseur, j’ai reconnu la personne. J’ai tout de go engagé la vitesse marche arrière et je lui ai demandé de monter à bord.

Installé sur la banquette arrière, il ne nous a pas reconnu tout de suite. Nous avons décliné nos identités et il a sauté de joie ; surpris qu’il ne nous voit plus dans la capitale nous avons prétexté que nous travaillons au fin fond du pays. Nous avons menti à ce sujet pour qu’il ne nous prenne pas pour père Noël. Il n’a pas tardé à nous raconter le drame qu’il venait de vivre. A cet effet son enfant l’avait suivi jusqu’à la portière criant à haute voix que son père sortait sans laisser le pain ni l’argent pour l’acheter. Très embarrassé et pour éviter que les voisins n’entendent pas ces lamentations, le père a administré une gifle chaude à ce gamin ; il fallait le faire taire ! Très amer, la gorge noué de colère et d’amertume ce Monsieur était au bord des sanglots à la fin du récit.

Un silence lourd a envahi le véhicule ! Mon ami à coté, essoufflé, il est parvenu à marmonner quelques mots : c’est dramatique ! C’est terrible ! Je me suis garé devant un supermarché et je suis rentré dedans. J’ai acheté du pain, du lait ainsi qu’un peu de charcuteries. J’ai reconduis le Monsieur à son domicile et je lui ai remis le petit sac. L’enfant qui avait encore les traces des pleurs sur ses joues a sauté de joie quand il a ouvert  le sac ; il a vite oublié la décharge électrique de la gifle du père et a sauté dans ses bras et a risqué de renverser le contenu du sac. Ainsi le pauvre homme ne nous avait pas menti ! Une larme a coulé sur ma joue !

Je suis rentré dans le véhicule et le Monsieur nous a rejoints. J’ai mis le moteur. Mais avant d’engager la première vitesse je lui ai remis 5 billets de dix milles francs burundais, plus ou moins 20 euros. Le pauvre était tout heureux ! Il était tel un enfant devant un cadeau de Noël ! Il m’a tout de suite demandé de couper le moteur. Il a sauté dehors et s’est engouffré dans sa maison .Quand il est remonté à bord de notre véhicule, il n’avait que le mot MERCI dans sa bouche. Il devait nous apprendre qu’il n’avait pas pu donner à son épouse l’argent pour les courses du jour et que cette situation se répète malheureusement très souvent. Chers amis, devait il conclure, la situation que nous vivons est intenable. Des fois j’ai envie de me suicider ! Incapable de nourrir ma famille, je deviens inutile ! »

Laisse moi rappeler à cet ancien prêtre de Paris, militant du CNDD-FDD, qui doit se souvenir encore des écritures saintes, qu’il est écrit ceci dans l’évangile de Mathieu, chapitre7, verset 9 à 10 : « Y a–t-il quelqu’un parmi vous qui donne à son fils une pierre si celui-ci demande du pain ? ou (sic) qui lui donne un serpent s’il demande un poisson ? »

Eh bien, au Burundi, cela est devenu possible Seigneur Dieu ! Le récit véridique que je viens de rapporter nous montre un père qui donne une gifle à son enfant qui demande du pain. Cette situation dramatique qui viole même le prescrit des écritures saintes devrait interpeller les hommes qui règnent sur le Burundi et Dieu merci ils ont souvent la Bible entre leurs mains ! Ce drame, ils sont malheureusement nombreux les Burundais qui le vivent en silence. Quoi de plus normal qu’ils soient par conséquent nombreux à être indignés par cette situation !

                                                            Pour ces Indignés Burundais,

                                                            Pancrace CIMPAYE.

                                                                           Porte Parole.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher