topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : La décapitation d'un homme déclenche un appel au soulèvement Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 23/11/2011

Appel au soulèvement de la compassion

Moi, Chrysostome (Chris) Harahagazwe, membre fondateur de la Ligue burundaise des Droits de l’Homme « ITEKA » aux côtés de Melchior Ndadaye, Eugène Nindorera, Gilles Bimazubute, Jean-Marie Ngendahayo (et fier d’avoir proposé le « ITEKA »), premier  secrétaire général de la dite Ligue (alors que Ndadaye était trésorier), catalyseur des premiers secours aux rescapés du génocide de 1993 alors que personne n’y avait pensé, ne supportant viscéralement aucune injustice, LANCE un appel solennel à la nation burundaise, à la diaspora burundaise, aux victimes des incessantes guerres des Grands-Lacs, à la Communauté de l’Afrique de l’Est, à la Communauté internationale, pour un soulèvement de la compassion pour le supplicié de Gitega Bukuru Léandre et sa pauvre famille qui se trouve dans une solitude sans précédent. Ce supplice sans nom doit servir de déclencheur pour nous libérer sans violence  d’un régime qui vole, tue et torture.

Je lance un appel vibrant aux millions de Burundais, hutus et tutsis, qui ont vu, ces 50 dernières années, les leurs être suppliciés comme le supplicié de Gitega Bukuru Léandre, de se lever comme un seul homme, sans armes, sans violence, pour résister pacifiquement à un régime démocratiquement élu pour voler, tuer, torturer, et organiser des escadrons de la mort qui assassinent lâchement des personnes sans défense. Un régime qui a perdu par ce fait toute légitimité. Dans cette résistance pacifique, aucune violence ne doit être exercée car le régime n’attend que cela pour exterminer encore une fois nos familles. Le Mahatma Gandhi a défait l’empire britannique par sans tirer une seule balle, et affirme que  le principe « œil pour œil, dent pour dent, vous laisse tous les deux aveugles et édentés ».

L’immolation du jeune Mohamed Bouazzi en Tunisie a révulsé la conscience humaine et enclenché la libération des peuples arabes des tyrans qui les enchaînaient depuis des décennies. De même, le supplice atroce de Bukuru Léandre doit déclencher le mouvement de libération burundaise d’un régime qui vole, tue et torture. Si le lâche assassinat sous la torture d’Ernest Manirumva, un juste parmi les justes qui ne demandait que la bonne gouvernance et cela, sans arme, vous a laissé dans l’indifférence, cette fois-ci, il y va de la survie de la nation toute entière. Si vous ne voulez pas léguer à vos enfants un pays d’horreurs comme ces dernières 50 années, il vous appartient de dire non une fois pour toutes à la barbarie comme mode de gouvernement.

Je demande à notre sainte Eglise catholique qui est entrée en synode pour la paix et la réconciliation, de dénoncer ces horreurs  et exiger justice et  réparation pour les victimes et cela en termes clairs, sans la langue de bois habituelle. Je l’implore d’user de son influence morale pour appeler la communauté internationale à engager des poursuites immédiates à l’encontre de ce régime qui organise des escadrons de la mort contre des innocents désarmés. Je prie les  nombreuses Eglises protestantes dont se réclament les tenants du régime qui tue, vole et torture, d’avoir le courage de condamner et disqualifier un régime qui risque de replonger  la nation burundaise dans les affres de la guerre et des génocides.

Je supplie la société civile, les organisations de défense des droits de la personne humaine, les Eglises et toutes les personnes qui se disent disciples du Christ, lui-même injustement supplicié comme Bukuru Léandre, de ne pas abandonner la famille du supplicié de Gitega à sa terrible solitude et sans oublier les autres victimes de la barbarie au pouvoir comme cette maman qui a fendu le cœur des Burundais en pleurant sur les ondes l’horrible assassinat de son fils élève . Ils doivent les soutenir moralement et matériellement et exiger réparation et compensation.

Je demande au parti UPRONA de faire un sursaut d’âme et cesser immédiatement d’être complice d’un régime criminel, qui a assassiné le juste parmi les justes Ernest Manirumva, torturé le dirigeant uproniste, Aphonse-Marie Kadege ainsi que son compagnon de malheur Déo Niyonzima, et qui vient de tuer des étudiants qui ne passaient que leurs examens. Il y a va de son honneur perdu et de son bilan dans l’histoire, lui qui est accusé déjà d’avoir abandonné des centaines de milliers de ses adhérents au génocide et à une vie infrahumaine dans les camps des déplacés.

Encore une fois, je conjure la jeunesse  exaspérée par tant d’horreurs contre des innocents de ne pas tomber dans le piège de la violence qui reviendrait à  ajouter le drame au drame et surtout pour un régime dont la stratégie de guerre est de s’attaquer aux personnes sans défense : les femmes et les enfants.

A la diaspora, je demande d’user de toute son influence pour faire pression sur la Communauté internationale pour qu’elle isole le régime, lui coupe les vivres et le traîne devant la Cour pénale internationale afin de répondre de ses crimes contre l’humanité. Vous devez acculer la Communauté internationale à prendre ses responsabilités, elle qui a tant dépensé pour amener le Burundi à la paix,  avant qu’il ne soit trop tard. Sinon, c’est elle qui viendra encore une fois, enterrer les milliers de morts, nourrir les affamés, entretenir les forces d’interposition,  à coup de milliards d’argent des contribuables.

Si nous abandonnons notre beau pays à un régime criminel, nous n’aurons que ce que nous méritons selon l’aphorisme de Chamfort : « Les victimes sont souvent si lâches que l’on ne peut pas en vouloir longtemps aux bourreaux ». Aux esprits faibles qui tremblent dans leurs bottes : « Ils vont nous tuer ! ils vont nous tuer ! », je dis que dans un pays où on tue des bébés, aucun adulte ne devrait avoir peur de la mort pour la juste cause d’une vie dans un pays en paix et respectueux de la personne humaine. C’est le prix à payer pour asseoir un pays de paix et de prospérité pour nos enfants, et les enfants de nos enfants.

Que Dieu sauve le Burundi  par l’action pacifique et déterminée de ses fils et filles qui refusent la barbarie comme mode de gouvernement!

Chrysostome (Chris) Harahagazwe

Lusaka, 20 novembre 2011

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher