topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Les Indignés burundais interpellent le Chef d’état-major général de l’armée Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 02/12/2011

LES INDIGNES BURUNDAIS                        Bruxelles, 02 décembre 2011

Pancrace CIMPAYE

PORTE PAROLE.

Au Général Major Niyombare

Chef d’Etat Major Général de l’armée

à

BUJUMBURA.

Objet :         Lettre ouverte au Général Major NIYOMBARE,

Chef d’Etat Major Général de l’Armée Burundaise.

Monsieur le Chef d’Etat Major Général,

Ce 29 Novembre 2011 vous avez minimisé la naissance d’un nouveau mouvement politique armé en versant dans la diabolisation du leader de ce mouvement. Le peuple burundais préoccupé par la résurgence d’une guerre civile attendait de votre haute personnalité une réponse plus sécurisante ; inutile de vous dire donc que votre attaque au vitriol du commandant de ce nouveau mouvement a confondu les Burundais. Ces derniers attendaient une perspective de solution, un plan d’arrêt de cette nouvelle guerre civile de trop. Malheureusement dans une digression qui jette un doute sur votre propre formation vous vous êtes acharné sur la faible formation du Colonel Pierre Claver Kabirigi. Dans votre argumentaire qui frisait un Hors Sujet seule l’anamnèse de cet officier a retenu votre attention laissant de côté les conséquences en amont et en aval d’une reprise de la guerre civile au Burundi.

Monsieur le Chef d’Etat Major Général,

En attaquant à boulets rouges la formation du Colonel Pierre Claver Kabirigi une série d’interrogations fusent de partout :

  • Avez-vous eu l’humilité de jeter un coup d’œil autour de vous ?
  • Etes-vous sûr que l’homme qui a décapité le pauvre Léandre Bukuru est plus instruit que le Colonel Pierre Claver Kabirigi ?
  • Etes-vous certain que les hommes qui ont planifié les massacres de Gatumba du 18 Septembre 2011 sont plus instruits que le Colonel que vous attaquez ?
  • Les hommes qui ont commandité l’assassinat des deux expatriés de Kiremba sont–ils plus instruits que Kabirigi ?
  • Etes-vous sûr que les hommes qui ont planifié et assassiné Ernest Manirumva sont plus instruits que le leader du F.R.D ABANYAGIHUGU ?
  • Etes-vous certain que les hommes qui viennent d’emprisonner pendant 29 jours sans raison William Munyembabazi, le Secrétaire Général du CNDD sont plus instruits que le colonel Pierre claver Kabirigi ?
  • Etes-vous sûr que les hommes qui ont emprisonné gratuitement Maître François Nyamoya sont  plus instruits que le colonel Pierre Claver ?
  • Etes-vous certain que le Général de brigade qui a enlevé le journaliste Ruvakuki Hassan est plus instruit que cet  officier supérieur Kabirigi ?
  • Etes-vous certain que les officiers généraux qui ont décidé l’emprisonnement du député Hussein Radjabu sont plus instruits que le Colonel Pierre Claver ?
  • Croyez-vous que les officiers généraux qui ont contraint à l’exil les leaders politiques Rwasa Agathon, Nyangoma Léonard, Sinduhije Alexis sont plus intelligents que le leader du FRD-ABANYAGIHUGU ?
  • Ce Ministre burundais, envoyé spécial du commandant suprême, qui est parti en Iran le mois passé pour vanter la grandeur du leadership de ce pays et qui, par ricochet a déclaré que l’Europe et les Etats-Unis d’Amérique sont en décadence, est-il plus instruit que le Colonel Pierre Claver Kabirigi ?

Monsieur le Chef d’Etat Major Général,

Ces quelques interrogations démontrent que le pays que vous dirigez, vous qui êtes « mieux instruits », est en train de sombrer. Parlant de formation, Godefroid Niyombare a échoué le test de fin des humanités donnant accès à l’enseignement supérieur ; ces humanités incomplètes vous les avez faites au Lycée du Saint Esprit. Pourtant pour l’heure vous êtes Chef d’Etat Major Général de l’armée. Malgré votre faible niveau de formation vous commandez ce corps qui compte en son sein des officiers émoulus des grandes académies militaires. Vous êtes donc très mal placé pour soulever la problématique de l’adéquation formation-emploi.

Mais qu’à cela ne tienne ! Les Burundais attendent de votre pouvoir un changement de comportement, un changement de cette gouvernance qui est en train d’accoucher d’une nouvelle lutte armée. Pour le moment le parcours scolaire ou académique des uns et des autres ne les tiens pas à cœur.

Monsieur le Chef d’Etat Major Général,

Vous qui êtes un produit et un témoin vivant de la lutte armée, vous connaissez mieux la raison qui pousse un peuple à prendre les armes. L’oppression de l‘autorité de l’Etat sur son peuple est la grande raison qui conduit dans cette voie. La dérive totalitaire d’un pouvoir comme le vôtre conduit inéluctablement à la révolte populaire. Dès lors pour arrêter cette lutte armée il faut s’attaquer à la source et non au niveau de formation des leaders de cette lutte. De même ce n’est pas en emprisonnant les journalistes, qui font un reportage sur le sujet, comme Ruvakuki que vous viendrez à bout de ces mouvements armés. L’emprisonnement injuste de ce journaliste est irrationnel. A ce titre cet impair va mettre votre pouvoir dans la galaxie des Etats infréquentables. Bien plus les mouvements armés que vous dénigrez ou occultez vont par ce geste bénéficier d’une publicité sans précèdent. Il suffit de voir l’effet qu’a produit votre refus de la diffusion du reportage de France 24 sur le FRONT NATIONAL DE LA REVOLUTION AU BURUNDI , FRONABU-TABARA. Le monde entier en parle. Tous les Burundais en parlent. Un nombre impressionnant de Burundais se passent le document sous manteau. Vous venez de dévoiler à Paris votre véritable visage d’autocrate en osant demander l’arrêt de la diffusion de cet élément de France24. Et dans cette démarche maladroite vous voulez prouver qu’il n’y a pas de mouvement armé au Burundi.

Monsieur le Chef d’Etat Major Général,

Cessez de fermer les yeux devant une évidence : le ras-le-bol est là ! Le peuple burundais n’en peut plus ! La révolte est perceptible ! Le peuple en armes est à votre porte ! Ce ne sont pas des bandits ! Et dans cette nouvelle guerre provoquée par votre pouvoir, vous êtes conscients que toute l’armée ne sera pas avec vous pour la mener. Dans cette nouvelle aventure l’armée risque d’y aller en ordre dispersé. Cette fissure risque de vous coûter très cher.

Pour ce faire usez de votre génie habituel pour préserver le Burundi d’une nouvelle guerre civile. Jusque hier on appréciait votre personnalité : un homme qui conciliait le chaud et le froid, un homme qui marchait sur les œufs sans les casser ; faites recours à ce capital dans cette nouvelle belligérance. Rappelez-vous que seul le dialogue dans un win-win processus est la clé qui met fin à tout conflit fratricide.

Monsieur le Chef d’Etat Major Général,

Vous venez d’emprisonner le journaliste Ruvakuki sous un fallacieux prétexte « d’actes terroristes ». Souvenez-vous que quand vous étiez encore au maquis on vous appelait « Tribalo-Terroriste-Génocidaire ». Etiez-vous vraiment terroristes ? Je ne pense pas ! Pourquoi reprenez-vous la même musique ? Parce que les mêmes causes provoquent les mêmes effets. Le temps est venu d’arrêter ce cycle infernal de violence. Pensez-y !

Dans l’espoir d’une suite favorable à notre lettre ouverte, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Chef d’Etat Major Général de l’armée, l’expression de notre haute considération.

T.C.P.I.

·         Les partis politiques

·         Le corps diplomatique.

·         La Société Civile ;

·         La presse.

(Sé) Pancrace CIMPAYE

Pour Les Indignés Burundais.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher