topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Brazzaville soufflée par une explosion d'un dépôt de munitions Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

@rib News, 05/03/2012 – Source AFP

 Au moins 150 personnes ont été tuées, des centaines blessées et de nombreuses maisons détruites par une série d’explosions dimanche dans un dépôt de munitions à Brazzaville, la capitale du Congo.

« L'explosion d'un dépôt d'armement des forces armées congolaises dans le quartier de Mpila (...) a causé la mort de plus d'une centaine de Congolais, soit 146 décès au moment où nous parlons sans oublier les dégâts matériels », selon le compte rendu d'un conseil des ministres extraordinaire tenu dans la nuit de dimanche à lundi.

« À la lumière des faits, sous la réserve des conclusions de l'enquête, un court-circuit aurait donné lieu à un incendie, lequel se serait propagé au dépôt central des armes et minutions, causant la mort de plus d'une centaine de nos compatriotes », ajoute le texte.

« Le foyer central de l'incendie est sous contrôle, il ne subsiste plus que quelques foyers mineurs qui sont l'objet de toute l'attention des spécialistes déjà en action et toujours au moment où nous parlons », poursuit le texte.

Dans l’après-midi, une source diplomatique européenne à Brazzaville avait donné un bilan d’« au moins 150 morts dans les hôpitaux militaires et environ 1.500 blessés dans un état plus ou moins grave.

Dans le quartier de Mpila, l’armée interdit l’accès au cœur du sinistre. De nombreux témoins préférant rester anonymes mettaient en doute dans la nuit de dimanche à lundi le bilan des autorités. « Il y avait au moins 200 stagiaires à la caserne, plus au moins 100 personnes dans l’église Saint-Louis qui s’est écroulée. Et, il y a des maisons qui se sont écroulées avec à l’intérieur des familles », soulignait l’un d’entre eux.

« L'apocalypse »

Cinq explosions très fortes et espacées se sont produites à partir de 8 heures locales et jusqu’à 10h45, qui ont même secoué et fait des dégâts matériels à Kinshasa, la capitale de la RD Congo voisine, séparée de Brazzaville par le fleuve Congo.

« Ce que j’ai vécu c’est l’apocalypse. C’est par la grâce de Dieu que je vous parle. Toute ma maison s’est écroulée. Ma mère est décédée, mon père, mes deux frères et mes deux soeurs aussi. La vie ne me sert plus à rien », a raconté Jeanette Nuongui, 36 ans, choquée sur son lit à l’hôpital militaire, une perfusion à un bras.

Sa maison se trouvait près du régiment de blindés, comme celle de Victorien-Constant Obani, un militaire d’une quarantaine d’années.

« C’est la première détonation qui a tout soufflé. Je suis militaire, ce qui s’est passé ici, c’est plus qu’un typhon, c’est plus qu’une guerre civile. Toute la maison a été détruite. Je ne sais pas ce que je vais devenir », a-t-il témoigné.

Maisons rasées

De nombreuses maisons ont été rasées par le souffle de l’explosion, des vitres ont volé en éclats, des toitures ont été éventrées et des portes défoncées, a constaté un journaliste de l’AFP. Des logements et bâtiments ont été touchés jusqu’au centre-ville.

Le chapelet de déflagrations a provoqué des mouvements de panique, rappelant aux habitants de la ville le temps de la guerre civile il y a une dizaine d’années.

Des gens ont fui « avec leurs bagages sur la tête, pieds nus, certains à peine habillés. Il n’y a pas de circulation, pas de bus, pas de taxi », a témoigné en fin de matinée une habitante.

Le porte-parole du gouvernement a appelé les Brazzavillois « à se rendre dans les hôpitaux pour faire des dons de sang ». « Le quartier de Mpila est aujourd’hui sinistré: les maisons y ont été cassées et même nos citoyens militaires qui se trouvaient dans le camp sont morts ».

Les hôpitaux de la capitale et notamment le CHU de Brazzaville étaient débordés.

Dans le quartier de Mpila, l’odeur de poudre régnait encore dans l’atmosphère alors que certains habitants craignant des pillages surveillaient leurs maisons éventrées. Des centaines de personnes fuyant le site ont trouvé refuge dans leurs familles. Les sans-abris devaient être accueillis dans plusieurs points de la capitale notamment à la cathédrale du Sacré Cœur.

Le trafic des passagers sur le fleuve entre Kinshasa et Brazzaville a été suspendu jusqu’à lundi, selon une source au port de Kinshasa.

La France a annoncé l’envoi d’une aide d’urgence à Brazzaville. « Dans ces circonstances particulièrement tragiques, je tiens à exprimer, à nouveau, la solidarité de la France aux autorités et au peuple congolais », a indiqué le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher