topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Démission du président somalien Abdullahi Yusuf Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

@rib News, 29/12/2008 – Source Reuters

Abdullahi YusufLe président somalien Abdullahi Yusuf a démissionné lundi, mettant fin à l'impasse politique au sommet de l'Etat et au contentieux politique qui l'opposait au gouvernement intérimaire du Premier ministre Mohamed Mohamud Guled.

L'impasse dans laquelle se trouve la Somalie a entraîné un blocage des pourparlers de paix sous l'égide de l'Onu alors que les insurgés islamistes campent toujours à la périphérie de Mogadiscio.

"Comme je l'avais promis lorsque vous m'avez élu le 14 octobre 2004, je démissionnerais si je ne pouvais pas remplir mon devoir. J'ai décidé de vous restituer la responsabilité que vous m'avez confiée", a déclaré Yusuf devant le parlement.

Le président du parlement Cheikh Aden Madobe va assurer l'intérim politique, a précisé Yusuf avant de quitter l'assemblée et de se rendre à l'aéroport pour une destination inconnue.

"La majeure partie de notre pays échappe à notre contrôle et nous n'avons plus rien à donner à nos soldats. La communauté internationale a, elle aussi, échoué dans sa tentative pour nous aider", a déclaré Yusuf à l'adresse des députés.

Selon des diplomates, le départ de Yusuf devrait fournir l'occasion de constituer un nouveau gouvernement disposant d'une base élargie afin de remettre le processus de paix sur les rails.

Certains experts font toutefois remarquer que cela risque d'ouvrir une période de violences et d'instabilité politique pour le gouvernement fédéral de transition somalien (TFG).

La rivalité opposant le chef de l'Etat à l'ancien Premier ministre Nur Hassan Hussein risque, estiment des analystes, d'inciter les milices à s'affronter dans la rue, où les rebelles islamistes se battent contre un contingent éthiopien allié du TFG ainsi qu'une force de paix de l'Union africaine.

Hussein, qui est prêt à intégrer les islamistes dans le processus de paix, s'était entretenu il y a une dizaine de jours à Djibouti avec Cheikh Charif Ahmed, chef de file de l'opposition islamiste modérée.

Les pays occidentaux et les voisins de la Somalie ont beaucoup investi politiquement dans le TFG et ont manifesté leur frustration face à son peu d'efficacité.

Le contingent éthiopien a permis au TFG de rester au pouvoir depuis deux ans mais ses effectifs ne sont plus aujourd'hui que d'environ 3.000 hommes qui, selon Addis-Abeba, seront rapatriés d'ici le mois de janvier.

L'insurrection islamiste contrôle la majeure partie du sud de la Somalie en dehors de Mogadiscio et de Baïdoa, où siège le Parlement.

Les analystes prédisent que le reste du pays tombera sous la coupe des rebelles une fois tous les Ethiopiens partis, à moins que le contingent de l'UA ne soit renforcé.

NdlR : Pour rappel, ce sont des troupes du Burundi, qui a déployé un contingent de 1700 soldats, et de l'Ouganda qui forment la force de paix de l'Union africaine en Somalie (Amisom) forte de seulement 3.400 soldats, alors que le mandat de l'Amisom prévoit un total de 8.000 hommes.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher