topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Breaking News : BURUNDI - PEINE RÉDUITE DE 32 ANS À UN AN DE PRISON POUR GERMAIN RUKUKI. Une Cour d’appel du Burundi a ramené lundi de 32 ans à une année de prison la peine de Germain Rukuki, un militant des droits de l’homme condamné pour avoir participé à des manifestations contre le président Nkurunziza en 2015. [@rib News, 22/06/2021 – Source AFP] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ce Site web ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction d’ARIB.INFO. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Echec de la politique nationale de logement au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

PANA, 12/02/2009

Bujumbura, Burundi - La croissance galopante de la population urbaine, les crises sociopolitiques récurrentes, l'effondrement du pouvoir d'achat des Burundais, le tout dans un environnement où les pouvoirs publics se sont progressivement désengagés des opérations d'habitat, sont autant de causes majeures de l'échec de la politique nationale de logement, relève une récente étude de la Ligue des droits de la personne dans la région des Grands Lacs (LDGL), basée à Bujumbura.

Le problème se pose avec acuité pour les salariés, particulièrement les fonctionnaires de l'Etat qui, de plus en plus, n'accèdent plus au crédit logement, poursuit l'étude, en notant au passage, que les seuls frais de viabilisation d'une parcelle à bâtir ont connu une augmentation de plus de 200% entre 1990 et 2008.

L'étude montre que le logement était curieusement plus accessible à l'époque coloniale puisque aucun autre logement n'a été construit après l'indépendance du Burundi, en 1962, jusqu'en 1973, alors que de nouveaux cadres nationaux sortaient des écoles et universités européennes.

Avant l'année 1973, non seulement les fonctionnaires étaient logés gratuitement, mais encore l'Etat devait équiper et entretenir leurs logements, se souvient-on à la LDGL.

Sous la première République, la charge d'entretien avait atteint des sommes tellement faramineuses que le gouvernement ne pouvait plus les supporter et décida de céder, à crédit, les logements à leurs occupants, d'après la même source.

Les lacunes relevées par la LDGL dans cette formule est qu'elle avait été imaginée, "non pas pour résoudre un problème de logement des populations urbaines, mais plutôt pour alléger la charge d'entretien sur le budget de l'Etat".

Une nouvelle politique d'assistance à l'acquisition du premier logement, sous forme de "location-vente", a été expérimentée par la 2ème République, entre 1979 et 1986 et confiée à une Société immobilière publique (SIP) au profit des seuls fonctionnaires des catégories de direction et de collaboration, peut-on toujours lire dans l'étude de la LDGL.

Sous la 3ème République, cette politique de location-vente a cédé la place au "crédit-logement", suite à l'incapacité de l'Etat à continuer, comme par le passé, à subventionner directement l'acquisition du logement eu égard à une demande sans cesse croissante des fonctionnaires.

Une hausse sans cesse croissante des coûts à la construction (parcelles et matériaux), combinée avec la faiblesse des revenus des ménages cibles, limite, voire exclut beaucoup de gens à l'accès au crédit logement, trouve la LDGL, en notant, par conséquent, que le nombre de fonctionnaires qui demandent ou accèdent au crédit logement auprès des institutions financières spécialisées a progressivement diminué, passant de 81%, en 1990, à 8% en 2007.

Depuis septembre 2007, le régime actuel du président, Pierre Nkurunziza, y est allé également avec d'autres idées en sortant une lettre de nouvelle politique nationale d'habitat et d'urbanisation qui ambitionne d'assurer un habitat décent à toutes les couches de la population par l'aménagement de 855 ha de terrain et construire annuellement 26.000 unités de logements, le tout jusqu'à l'horizon 2020.

La LDGL trouve, là aussi, des limites à cette nouvelle politique dans la mesure où l'Etat n'a plus de réserves foncières autour des centres urbains et devra impérativement recourir à des expropriations pouvant lui coûter jusqu'à plus de 12 millions de dollars US par an.

"Cela relève de l'utopie dans le contexte économique actuel du Burundi", estime la LDGL, qui conseille de promouvoir, en lieu et place, la densification en hauteur des logements afin de limiter au strict minimum la consommation du peu d'espace qui reste encore.

La LDGL rappelle enfin que le logement est l'un des droits fondamentaux de l'Homme consacré par la Déclaration universelle des droits de l'Homme, particulièrement en son article 15 qui stipule que toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et celui de sa famille, notamment par l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que les services sociaux nécessaires.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher