topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
La Tanzanie naturalise 170.000 Burundais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

@rib News, 24/02/2008 – Source Belga

La Tanzanie, havre de paix sur un continent africain déchiré par les conflits, a entrepris une opération massive et sans guère de précédent de naturalisation de Burundais réfugiés sur son sol depuis 1972, dont 170.000 ont demandé à acquérir sa nationalité.

Avec l'aide de l'ONU, elle a aussi aidé au rapatriement de quelque 200.000 Burundais désireux de rentrer chez eux avec le retour de la paix dans leur pays après seize ans d'exil.

"La Tanzanie est une superpuissance humanitaire", a lancé lundi sans détour le représentant à Dar es-Salaam du haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le Soudanais Yacoub El Hillo devant quelques journalistes belges, pour caractériser l'hospitalité dont le pays a fait preuve au fil des ans envers les réfugiés fuyant les conflits dans les pays voisins (Rwanda, Somalie, République démocratique du Congo et, surtout Burundi).

La Tanzanie a ainsi accueilli deux vagues de Burundais à la suite de violences ethniques: la première en 1972, forte de 800.000 réfugiés (mais devenus 218.000 entre-temps) et la seconde en 1993, composée de 300.000 personnes.

Les premiers avaient été installés, à l'initiative du président tanzanien de l'époque, Julius Nyerere, dans trois vastes "implantations", des zones fertiles situées loin de la frontière burundaise, où ils ont prospéré et construit des villages, voire des villes, devenant rapidement auto-suffisants.

En 2007, le HCR a pris, en coopération avec le gouvernement tanzanien, l'initiative de leur demander de choisir leur avenir.

Quelque 80% de ces 218.000 personnes (dont 82% étaient nées dans leur pays d'accueil) ont répondu qu'ils souhaitaient devenir Tanzanien et rester. Les 20 autres pour cent ont émis le vœu de rentrer au Burundi.

La Tanzanie, qui compte quelque 40 millions d'habitants, a accepté d'offrir la naturalisation à 170.000 personnes (dont 67.000 adultes), un processus qui est en cours malgré parfois des résistances locales, a ajouté Yacoub El Hillo, saluant cette décision sans précédent dans le monde, du moins à cette échelle.

"La vitesse avec laquelle ce processus s'est déroulé (deux ans) est remarquable", a souligné le responsable du HCR, appelant d'autres pays à suivre cet exemple.

Quant à la seconde vague de réfugiés, plus de 300.000 personnes arrivées après l'assassinat du président démocratiquement élu Melchior Ndadaye, le 21 octobre 1993, elle s'est installée dans onze camps situés à proximité de la frontière.

En ce début 2009, avec le retour de la paix au Burundi, il ne reste plus que moins de 42.000 Burundais dans la zone frontalière et huit des onze camps ont été fermés.

Pour favoriser les retours, le HCR a, avec l'aide financière de la communauté internationale, accordé des primes de 250 dollars par personne afin de leur donner un capital de départ pour racheter une maison ou un lopin de terre, voire se lancer dans le commerce malgré les conditions économiques difficiles qui prévalent au Burundi.

A ce jour, "le retour a été doux et la réintégration assez facile", a assuré Yacoub El Hillo.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher