topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Les comptes bancaires français d'Omar Bongo saisis à Paris Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

@rib News, 26/02/2009 – Source Associated Press

Omar BongoLes comptes bancaires français du président du Gabon Omar Bongo ont été saisis le 13 février, à la suite d'un arrêt de la cour d'appel de Bordeaux en date du 29 septembre 2008, a indiqué jeudi l'avocat bordelais Me Jean-Philippe Le Bail.

Selon Me Le Bail, "Omar Bongo a été condamné à restituer une rançon de 457.000 euros exigée pour la libération de René Cardona en 1996, soit avec les intérêts accumulés, un montant total de 1.131 millions d'euros", confirmant une information révélée jeudi par Sud-Ouest.

Selon le quotidien, "les comptes courants et les comptes titres du président gabonais ouverts dans plusieurs agences du Crédit Lyonnais et de la BNP sont verrouillés. Les comptes déposés dans ces deux banques -4,2 millions d'euros- ont été saisis" depuis le 13 février.

Le plaignant "a obtenu une décision judiciaire et l'a fait exécuter", a pour sa part commenté Me François Meyer, l'un des avocats d'Omar Bongo, ajoutant que ce dossier était "purement commercial".

"Il s'agit d'une affaire judiciaire de nature civile", a déclaré jeudi le porte-parole adjoint du Quai d'Orsay, Frédéric Desagneaux, lors d'un point de presse.

M. Cardonna avait été écroué pendant 48 jours à la prison de Libreville à la suite d'un contentieux financier avec le président gabonais. Auparavant, il avait vendu une pêcherie avec sa flottille à une société contrôlée par Omar Bongo et sa famille, la GPPM.

A la suite d'un différend sur l'état des navires, le président gabonais avait ensuite demandé à René Cardona de reprendre son bien. Devant le refus de celui-ci, il avait porté plainte pour escroquerie auprès d'un juge d'instruction, qui était son neveu.

"Celui-ci avait immédiatement délivré un mandat d'amener et René Cardona avait été interpellé le lendemain matin par la garde présidentielle", explique Me Le Bail. "Il y avait une épidémie de fièvre Ebola, et des cadavres étaient enlevés tous les matins. Il n'y avait pas de toilettes, pas d'eau pour se laver. J'ai perdu 15 kilos pendant cette période", a confié René Cardona, joint par téléphone.

Pour obtenir la libération de son père, le fils de René Cardona avait alors dû verser 457.000 euros. Les avocats du président Bongo ont toujours affirmé devant la justice française qu'il s'agissait du règlement d'une dette pour "le dédommager pour lui avoir cédé un bateau en mauvais état". La cour d'appel de Bordeaux n'a pas admis cette version et sa décision est exécutoire.

Selon Me Le Bail, Omar Bongo a effectué un pourvoi en cassation de l'arrêt de la cour d'appel de Bordeaux. Ce pourvoi n'est pas suspensif et ne peut être examiné que si les sommes dues sont réglées. Les avocats du président gabonais disposent d'un délai de trois mois à compter du 13 février pour trouver une parade juridique à la saisie de ses comptes français.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher