topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Saisie d'un important arsenal militaire aux portes de Bujumbura Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

PANA, 03/03/2009

Bujumbura, Burundi - Les Forces nationales de libération (FNL, rébellion) ont exigé, mardi, la restitution "immédiate" d'un important arsenal militaire saisi par des éléments de l'armée régulière, dans la nuit de dimanche à lundi, dans Rukoko, une réserve naturelle de la périphérie nord-ouest de Bujumbura.

L'armement saisi était composé de 40 fusils de type Kalachnikov, 4 mitrailleuses lourdes, 2 mortiers de 60 mm et leurs munitions, plus de 260 grenades offensives et défensives, des mines antipersonnel et autres détonateurs d'explosifs, a détaillé, lors d'un entretien téléphonique avec la PANA, Anatole Bacanamwo, le porte-parole des FNL au Mécanisme conjoint de vérification et de suivi (MCVS) de l'accord de cessez-le-feu liant, théoriquement, la dernière rébellion encore active dans le pays et l'Etat burundais depuis le 7 septembre 2006.

En revanche, le porte-parole de la Force de défense nationale (FDN), le lieutenant-colonel Adolphe Manirakiza s'est, pour sa part, refusé à tout commentaire sur le sujet.

Le responsable rebelle a qualifié de "provocation" la saisie des armes par les forces gouvernementales, alors que "nous étions simplement en train de les rassembler volontairement dans le cadre du processus de Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) des combattants dans une nouvelle vie socioprofessionnelle.

Une équipe mixte de liaison, en charge de la vérification des allégations de violation de l'accord de cessez-le-feu, a été saisie du litige et "nous attendons la réponse d'ici jeudi prochain", a encore fait savoir M. Bacanamwo.

Des incertitudes continuent de planer sur le précaire accord de cessez-le-feu dont la mise en application se résume, pour le moment, à la libération des prisonniers politiques et de guerre ainsi que le cantonnement d'un peu plus de 2.000 des 21.000 combattants que revendiquent les FNL dans leurs rangs.

Le mouvement rebelle hésite encore, par ailleurs, de séparer la branche armée de la branche politique pour mériter l'agrément en tant que parti.

Des désaccords persistent également sur les postes de responsabilité que propose l'Etat burundais aux cadres des FNL.

Les manœuvres dilatoires dont s'accusent mutuellement les parties belligérantes avaient provoqué, en avril 2008, de violents accrochages qui ont fait une centaine de morts à Bujumbura et ses environs.

La situation de "ni guerre, ni paix" continue à angoisser les Burundais qui tentent difficilement de sortir de plus de 16 ans d'une guerre civile ayant fait à ce jour au moins 300.000 morts et poussé à l'exil intérieur et extérieur plus d'un million de personnes.

Sur le plan socio-économique, la guerre a plongé plus de 68% de la population en dessous du seuil de pauvreté, selon les indicateurs de l'Institut des études et statistiques économiques du Burundi (ISTEBU).

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher