topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Près de 45 millions de dollars du FIDA à l'agriculture burundaise Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

PANA, 21/03/2009

 Bujumbura, Burundi - Le Burundi va bénéficier d'un financement de près de 45 millions de dollars US du Fonds international pour le développement agricole (FIDA) sur les huit prochaines années, a annoncé samedi, le ministre burundais de l'Agriculture et de l'Elevage, Ferdinand Nderagakura, de retour d'une mission de travail au siège central de l'organisme onusien, à Rome, en Italie.

M. Nderagakura, qui a indiqué que ce financement est destiné à la relance des activités dans 6 des 17 provinces du Burundi à vocation agro-pastorale, notamment Gitega, Karusi et Muramvya, dans le centre, ainsi que Kayanza, Cibitoke et Bubanza, plus au nord-ouest du pays, a précisé que les actions qui seront financées en priorité ont trait à la réhabilitation et à l'aménagement des marais, à la protection des bassins versants, au renforcement des capacités des centres de développement communautaires (CDC) ainsi qu'au traçage et à l'entretien des pistes rurales.

Le secteur de l'agriculture au Burundi occupe plus de 90% de la population et continue de souffrir des conséquences néfastes consécutives à la crise socio-politique qui a secoué le pays ces 15 dernières années.

Concernant les efforts locaux, l'Etat burundais a consacré cette année encore, moins de 5% de son budget général au secteur agro-pastoral.

Les spécialistes des questions agricoles au Burundi estiment néanmoins qu'il faudrait consacrer au moins 10% du budget national à ce secteur hautement stratégique pour en finir avec la dépendance vis-à-vis de l'extérieur et à l'insécurité alimentaire devenue chronique, sous les effets combinés de la guerre, des changements climatiques et de la paupérisation de larges couches de la population.

Les mêmes spécialistes reprochent à l'Etat burundais de délaisser l'irrigation dans un pays qui regorge pourtant d'eau et où l'agriculture pourrait facilement devenir le moteur de la croissance et de la lutte contre la pauvreté.

A titre indicatif, l'absence de méthodes novatrices fait que la production de riz n'est en moyenne que de 2,5 tonnes par hectare dans les vastes plaines et marais du Burundi.

Une exploitation plus rationnelle pourrait quadrupler le rendement encore faible de ce produit de large consommation et faire du Burundi l'un des greniers de la sous-région des Grands Lacs.

Le pays a également une bonne réputation pour son thé et café, mais dont les plantations vieillissantes ne permettent plus un rendement suffisant dans un pays qui tire pourtant l'essentiel des devises fortes de l'exportation des ces deux principales cultures industrielles.

Le coton, la canne à sucre, les tomates, le palmier à huile, la banane, la patate douce, le blé ou encore les fruits et légumes sont autant d'autres possibilités agricoles rentables et exportables, mais qui ne bénéficient pas encore d'assez d'investissements pour stimuler la croissance économique du pays.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher