topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Justice
Pasteur Habimana veut faire valoir son "immunité provisoire" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 03/12/2014

 Monsieur le Substitut Général,

Aux termes de l’Article 1 de la loi N0 1/32 du 22 Novembre 2006, j’ai l’honneur de porter à votre connaissance que « mon immunité provisoire est la suspension des poursuites pénales des infractions à mobile politique, pendant une période déterminée à l’égard des membres du Mouvement signataire de l’accord global du cessez-le- le feu du 7/9/2006 ».

En outre, l’article 2 de la même loi précise que « l’immunité provisoire couvre les infractions à mobile politique commises durant la période allant du 01 juillet 1962 jusqu'à la signature de l’accord global du cessez- le - feu du 7/9/2006. Elle est valable pour la période d’avant la mise sur pied de la Commission, Vérité et Réconciliation et du Tribunal Spécial pour le Burundi ».

Lire l’intégralité de la Lettre

 
Les Banyamulenge demande l’arrestation d'Agathon Rwasa et Pasteur Habimana Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Radio Okapi, 2 décembre 2014

Burundi : début des enquêtes sur le massacre de Gatumba

La justice burundaise a entamé depuis lundi 1er décembre l’enquête dans l’affaire des tueries de plus de 160 Banyamulenge en 2004 à Gatumba, au Burundi. Me Moïse Nyarugabo, sénateur congolais est l’un des avocats des Banyamulenge. Il s’est rendu à Bujumbura pour défendre en justice cette communauté.

Devant le magistrat de la cour d’appel de Bujumbura, il s’est dit étonné  que les premières enquêtes soient lancées 10 ans après les faits. Mais il se dit tout de même soulagé.

Lire la suite...
 
Burundi : La défense de jeunes militants du MSD dénonce un procès politique Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 28-10-2014

Burundi : des militants de l'opposition au cœur d'un procès «sensible»

 Une trentaine de jeunes militants issus du Mouvement pour la solidarité et le développement (MSD), un parti d’opposition, ont assisté lundi 27 octobre à une deuxième audience dans le cadre de leur procès en appel.

Menés par Alexis Sinduhije, aujourd’hui en exil, ils avaient été condamnés fin mars à des peines allant de cinq ans à la perpétuité pour insurrection armée, à la suite d’une manifestation interdite qui avait dégénéré en affrontements avec la police. [Photo : Le procès en appel des militants du parti d'opposition burundaise MSD lundi 27 octobre 2014 dans la prison de Bujumbura.]

Lire la suite...
 
Léonce Ngendakumana estime que sa condamnation est avant tout politique Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 03-10-2014

Burundi : un des chefs de l'opposition condamné à un an de prison

Au Burundi, le chef du parti Frodebu qui a dirigé le pays dans les années 1990 et président de l’Alliance démocratique pour le changement, principale coalition de l’opposition, a été condamné le 2 octobre par un tribunal de Bujumbura, à une année de prison ferme.

Léonce Ngendakumana est encore libre pour l'instant parce qu'il a fait appel de la décision des juges. Officiellement, il est poursuivi pour une lettre envoyée au secrétaire général de l’Onu en février 2014.

Lire la suite...
 
Burundi : l'opposant Léonce Ngendakumana condamné à un an de prison ferme Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 03/10/2014 – Source AFP

 Le président de la principale coalition d'opposition au Burundi, Léonce Ngendakumana (photo) a été condamné jeudi à un an de prison ferme pour dénonciation calomnieuse contre le parti au pouvoir, a annoncé l'intéressé, dénonçant une condamnation politique à l'approche des élections de 2015.

M. Ngendakumana était jugé pour dénonciation calomnieuse, diffamation et haine raciale pour le contenu d'une lettre envoyée en février au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, dans laquelle il accusait le parti au pouvoir au Burundi, le CNDD-FDD, de préparer un plan comparable à celui ayant débouché sur le génocide au Rwanda voisin en 1994.

Lire la suite...
 
Burundi : le chef de file de l'opposition condamné à un an de prison Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 02/10/2014 – Source Xinhua

La Cour d'appel de Bujumbura a condamné jeudi à un an de prison Léonce Ngendakumana, président du parti FRODEBU (Front pour la Défense de la Démocratie au Burundi) et en même temps président de l'opposition regroupée au sein de l'Alliance des Démocrates pour le Changement au Burundi (ADC-Ikibiri) non reconnue officiellement par le pouvoir de Bujumbura.

Selon cette Cour, Ngendakumana a été condamné pour dénonciation calomnieuse, diffamation et haine raciale par rapport à une lettre qu'il a envoyée au mois de février de cette année au Secrétaire Général des Nations-Unies, Ban Ki-Moon, lettre dans laquelle il accusait le CNDD-FDD (parti au pouvoir) de préparer un plan qu'il a comparé à celui qui a débouché sur le génocide au Rwanda en 1994.

Lire la suite...
 
Remise en liberté conditionnelle d’un activiste des droits humains au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

PANA, 30 septembre 2014

Bujumbura, Burundi - Le président de l’Association burundaise pour la protection des droits humains et des personnes détenues (APRODH), Pierre Claver Mbonimpa a bénéficié, lundi, d’une remise en liberté conditionnelle après avoir été incarcéré en mai 2014 sous le chef d’accusation d’"atteinte à la sécurité intérieure et extérieure de l’Etat", a-t-on appris de source judiciaire à Bujumbura.

La remise en liberté par le tribunal de grande instance de Bujumbura est toutefois assortie de conditions pour M. Mbonimpa qui ne doit pas se déplacer en dehors des limites de la capitale ou encore s’approcher du périmètre immédiat de l’aéroport international de Bujumbura.

Lire la suite...
 
Libération de Pierre-Claver Mbonimpa assortie de certaines conditions Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
RFI, 30-09-2014
Burundi : Pierre-Claver Mbonimpa remis en liberté provisoire

Au Burundi, le plus célèbre défenseur des droits de l’homme, Pierre-Claver Mbonimpa, a finalement bénéficié lundi 29 septembre d'une mesure de remise en liberté provisoire pour raisons de santé. Cette mesure est assortie de certaines conditions.

En effet, il ne doit pas aller à l'aéroport, ni dépasser les limites de la capitale Bujumbura. Pierre-Claver Mbonimpa vient de passer quatre mois dans la prison de Mpimba, à Bujumbura, dont un mois dans une clinique où il est en train d'être soigné.

Lire la suite...
 
Burundi : Pierre-Claver Mbonimpa, malade, bénéficie d'une liberté provisoire Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 29/09/2014 – Source AFP

Le président de la principale organisation de défense des droits de l'Homme du Burundi, Pierre-Claver Mbonimpa, incarcéré depuis mai pour "atteinte à la sûreté de l'Etat" et gravement malade, a bénéficié lundi d'une liberté provisoire, a-t-on appris auprès d'un de ses avocats.

"Nous sommes très très satisfaits, M. Mbonimpa vient enfin de bénéficier de la liberté provisoire", a déclaré Maître Antoine Nzobandora, déplorant tout de même qu'il ait fallu six "audiences" pour en arriver là.

Lire la suite...
 
Burundi : libération provisoire du leader d'une organisation des droits de l'homme Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 29/09/2014 – Source Xinhua

Le tribunal de grande instance en mairie de Bujumbura a provisoirement libéré lundi le président de l'Association pour la défense des droits humains et la protection des personnes détenues (APRODH), Pierre Claver Mbonimpa.

Il a été libéré sur demande à la fois de sa défense et du substitut du procureur en mairie de Bujumbura qui avaient été unanimes dans la demande de sa libération provisoire, sur base du rapport médical de trois médecins sur l'état de santé de ce détenu rendu public le 26 septembre dernier au cours du procès.

Lire la suite...
 
Burundi : liberté provisoire pour Pierre Claver Mbonimpa Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

APA, 29-09-2014

 Bujumbura (Burundi) - Le tribunal de Grande Instance de Bujumbura a libéré provisoirement lundi le militant des droits humains et des détenus, Pierre Claver Mbonimpa emprisonné depuis mai dernier a constaté APA dans la capitale burundaise.

Cette décision fait suite à une expertise médicale commanditée par le tribunal lequel a attesté que la santé M. Mbonimpa, hospitalisé depuis trois semaines (photo), est en danger pour cause de plusieurs maladies incurables dont le diabète aigu, l'hypertension artérielle aiguë, la coronaropathie (atteinte des artères coronaires), ainsi que des reins qui ne fonctionnent plus comme il faut et les blessures dans les poumons.

Lire la suite...
 
Le Tribunal de Bujumbura commandite une expertise médicale sur Mbonimpa Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

PANA, 16 septembre 2014

La liberté provisoire pour un activiste des droits de l’Homme suspendue à un rapport d’expertise médicale

Bujumbura, Burundi - Le Tribunal de grande instance de Bujumbura a décidé, lundi, du maintien en prison du président de l’Association pour la défense des droits humains et des prisonniers (APRODH), Pierre Claver Mbonimpa, qui est incarcéré depuis le mois de juin 2014 à Mpimba, la prison centrale de Bujumbura, sous le chef d’accusation d’"atteinte à la sécurité intérieure et extérieure de l’Etat.

Lire la suite...
 
Burundi : Pierre-Claver Mbonimpa reste en prison Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 16-09-2014

Le président de la principale organisation de défense des droits de l'homme au Burundi est incarcéré depuis mai pour «atteinte à la sûreté de l'État».

Malgré son état de santé, le tribunal de grande instance a décidé son maintien en détention hier, lundi. Les avocats de Pierre-Claver Mbonimpa demandaient à ce qu'il soit libéré pour raisons de santé.

Lire la suite...
 
Burundi : un défenseur des droits de l'Homme, malade, maintenu en prison Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 15/09/2014 – Source AFP

Le président de la principale organisation de défense des droits de l'Homme du Burundi, Pierre-Claver Mbonimpa, incarcéré depuis mai pour "atteinte à la sûreté de l'Etat" et gravement malade, a été maintenu en détention lundi, a-t-on appris auprès de son avocat.

"Le tribunal de grande instance vient de confirmer le maintien en détention préventive M. Mbonimpa", a déclaré Me Armel Niyongere. [Photo : Pierre-Claver Mbonimpa sur son lit à l’hôpital]

Lire la suite...
 
Qui va oser prendre la responsabilité de renvoyer Mbonimpa en prison ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 12-09-2014

Burundi : inquiétude autour de la santé de Pierre-Claver Mbonimpa

Au Burundi, le procès de Pierre-Claver Mbonimpa, principal défenseur des droits de l’homme au Burundi, devait reprendre. Mais placé d’urgence d’un hôpital de Bujumbura depuis deux semaines dans un état grave, cette figure de la société civile burundaise n’a pas pu se présenter à la barre.

Ses avocats ont demandé une nouvelle fois sa mise en liberté provisoire, refusée jusqu’ici malgré les pressions de la communauté internationale. La cour annoncera sa décision lundi. [Photo : Pierre-Claver Mbonimpa sur son lit à l’hôpital]

Lire la suite...
 
Pierre-Claver Mbonimpa dans l’incapacité de se présenter devant les juges Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 11-09-2014

Burundi : Pierre-Claver Mbonimpa toujours absent de son procès

 Au Burundi, le procès de Pierre-Claver Mbonimpa se poursuit alors que l’accusé devait être entendu ce jeudi. Mais le défenseur des droits de l'homme ne s'est pas présenté à la barre, il est toujours à l'hôpital et il a été représenté par ses avocats.

Le plus célèbre défenseur des droits de l’homme du Bénin a été hospitalisé il y a deux semaines dans un état comateux. Pierre-Claver Mbonimpa est toujours dans un état grave. A 65 ans, diabétique et souffrant d’hypertension, il était tout simplement dans l’incapacité de se présenter devant les juges du tribunal de grande instance de Bujumbura.

Lire la suite...
 
Burundi : Devant le tribunal, Léonce Ngendakumana dénonce un "procès politique" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 03-09-2014

 Burundi : l’opposant Léonce Ngendakumana assume ses déclarations

Au Burundi, Léonce Ngendakumana [Photo, avec son avocat], président de l’Alliance démocratique pour le changement, ADC-Ikibiri - une coalition qui regroupe neuf partis d’opposition au Burundi - risque cinq ans de prison ferme.

Il a comparu, ce mardi 2 septembre, devant le tribunal de grande instance de Bujumbura pour «imputations dommageables, dénonciations calomnieuses et aversion ethnique».

Lire la suite...
 
Burundi : 5 ans de prison requis contre un chef de l'opposition Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 02/09/2014 – Source Xinhua

Le Parquet a requis mardi au Burundi cinq ans de prison contre le président de la principale coalition d'opposition, Léonce Ngendakumana, pour "dénonciation calomnieuse", a-t-on constaté sur place.

Egalement accusé de diffamation et de haine raciale, M. Ngendakumana est jugé pour le contenu d'une lettre envoyée en février au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans laquelle il accusait le parti au pouvoir, le CNDD-FDD, de préparer un plan comparable à celui ayant débouché sur le génocide au Rwanda voisin en 1994.

Lire la suite...
 
Un opposant burundais appelé à comparaître pour "dénonciation calomnieuse" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

PANA, 02 septembre 2014

 Bujumbura, Burundi - Le président de l’Alliance démocratique pour le changement (ADC, coalition d’une dizaine de partis politiques de l’opposition extraparlementaire), Léonce Ngendakumana, devait comparaître, mardi, devant le tribunal de grande instance de Bujumbura, sous le chef d’accusation de "dénonciation calomnieuse" du pouvoir en place au Burundi.

Les faits qui lui sont reprochés remontent à février 2014, quand l’opposant politique avait saisi par écrit, le Conseil des sécurité des Nations Unies du "risque de génocide" au Burundi, en se fondant sur la création controversée de milices armées pour le compte du pouvoir à l’approche des élections générales de 2015.

Lire la suite...
 
Burundi : plaidoyer un fonds d'aide légale aux justiciables sans moyens Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 25/07/2014 – Source Xinhua

Eugène Ntaganda, consultant international en matière de gouvernance des institutions publiques, a plaidé pour la mise en place au Burundi d'un fonds d'aide légale pour apporter l'assistance aux personnes dépourvues de moyens pour payer les services d'un avocat.

M. Ntagnada a déclaré vendredi, en marge de la présentation d'une étude de faisabilité sur le système de financement et de gestion de l'aide légale au Burundi, commanditée par l'ONG internationale "Avocats Sans Frontières (ASF)", qu'il est heureux de constater que le ministère burundais de la Justice a prévu dans sa politique sectorielle un projet de création d'un "fonds d'aide légale" qui serait inscrit en loi des finances.

Lire la suite...
 
Déboires judiciaires pour un activiste des droits de l’Homme au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

PANA, 22 juillet 2014

Bujumbura, Burundi - La Cour d’Appel de Bujumbura a rejeté, lundi, une nouvelle demande insistante de la défense en vue d’une remise en liberté conditionnelle du président de l’Association de défense des droits humains et des détenus (APRODH), Pierre Claver Mbonimpa, pour son "âge avancé", doublé d’une «maladie chronique», a-t-on appris de source proche du prévenu.

Le vieux détenu à la "santé fragile" risque jusqu’à cinq ans de prison ferme pour "atteinte à la sécurité intérieure et extérieure de l’Etat" après avoir dénoncé une présence de jeunes militants du parti au pouvoir au Burundi sur le sol de la RD Congo voisine pour des «entraînements paramilitaires» à des fins non encore clairement connues.

Lire la suite...
 
Mbonimpa maintenu en prison : "inacceptable" et "injuste" dit la défense Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 22-07-2014

Burundi : pas de mise en liberté provisoire pour Mbonimpa

Pierre-Claver Mbonimpa restera en prison. La cour d’appel de Bujumbura, au Burundi, vient de rejeter la demande de mise en liberté provisoire de l’une des principales figures de la société civile burundaise, en prison depuis la mi-mai. Le procès de ce défenseur des droits de l’homme avait débuté le 4 juillet.

Pas de répit pour Pierre-Claver Mbonimpa, malgré son grand âge - 65 ans -, et une maladie incurable, le diabète. Après le tribunal de grande instance de Bujumbura, c’est cette fois la cour d’appel qui a rejeté, lundi, sa demande de mise en liberté provisoire. Le plus célèbre défenseur des droits de l’homme du Burundi restera donc en prison jusqu’à la fin de son procès, dont la date de reprise n’a pas encore été fixée.

Lire la suite...
 
Maintien en prison de Mbonimpa : "acharnement judiciaire" selon son entourage Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Jeune Afrique, 21/07/2014

Burundi : toujours pas de liberté provisoire pour Pierre Claver Mbonimpa

E n appel, la justice burundaise a rejeté lundi la demande de libération provisoire de Pierre Claver Mbonimpa. Le militant des droits de l'homme, accusé d'atteinte à la sûreté de l'État, attendra son procès dans la prison centrale de Bujumbura.

Dans son entourage, on parle déjà d"'acharnement judiciaire". À 66 ans, Pierre Claver Mbonimpa est maintenu en prison malgré son âge et son état de santé qui serait "de plus en plus préoccupant". Lundi 26 juillet, la Cour d'appel de Bujumbura, comme le tribunal de grande instance de la capitale burundaise quelques semaines plus tôt, a rejeté la demandé de libération provisoire du militant des droits de l'Homme.

Lire la suite...
 
Burundi : pas de liberté provisoire pour Pierre Claver Mbonimpa Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

APA, 21-07-2014

 Bujumbura (Burundi) - La Cour d’appel de Bujumbura a confirmé, lundi, le maintien en prison de Pierre Claver Mbonimpa, détenu depuis deux mois pour avoir divulgué d’éventuels entraînements militaires de jeunes Burundais proches du pouvoir en RDC, dans la localité de Kiriba.

Président d’une ONG locale de protection des droits des détenus et humains, Pierre Claver Mbonimpa a été accusé d’atteinte de sureté intérieure et extérieure de l’Etat.

Lire la suite...
 
La demande de libération de Mbonimpa mise en délibérée par la cour d’appel Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

PANA, 18 juillet 2014

Bataille de procédures dans le procès d'un activiste des Droits humains au Burundi

Bujumbura, Burundi - Le procès du président de l’association pour la défense des Droits de l’Homme et des prisonniers (Aprodh), Pierre Claver Mbonimpa, a fini à nouveau dans la bataille de procédures, jeudi, à la reprise en audience publique pour la troisième fois consécutive, devant la cour d’appel de Bujumbura, sans que l’on n’entre dans le fond du dossier d’"atteinte à la sécurité intérieure et extérieure de l’Etat", apprend-on de source proche de la défense du prévenu qui en était à son deuxième mois de détention préventive à Mpimba, la prison centrale de Bujumbura.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 176 - 200 sur 567

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017