topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)



Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]

Justice
Le retrait de la CPI ne met pas le Burundi à l'abri de la justice internationale Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 14 octobre 2016

CPI: le retrait annoncé du Burundi ne met pas fin aux poursuites internationales

Au Burundi, tout est allé très vite après la volonté des autorités de se retirer de la CPI, la Cour pénale internationale, accusée d'être un « instrument politique d'oppression ». Après l'Assemblée, le Sénat a voté pour ce texte qui doit maintenant être promulgué par le président Nkurunziza. Ce serait une première pour l’instance judiciaire, mais concrètement cela ne met pas le Burundi à l'abri de la justice internationale.

Lire la suite...
 
Burundi : Quelles conséquences du retrait de la Cour pénale internationale ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Jeune Afrique, 14 octobre 2016

Burundi : pourquoi le retrait de la CPI n’aura aucun effet sur les poursuites internationales déjà initiées

Le régime burundais, qui s'apprête à se retirer de la Cour pénale internationale (CPI) après avoir obtenu l'aval du Sénat et de l'Assemblée nationale, n'en a pas fini pour autant avec la Cour de La Haye. Explications en quatre points.

Comment le Burundi justifie-t-il sa sortie de la CPI ?

Membre de l’instance depuis sa ratification du statut de Rome en 2004, Bujumbura a justifié sa décision en mettant en cause la partialité de la CPI.

Lire la suite...
 
Le Burundi veut s’affranchir de la justice internationale Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

La Croix, 14/10/2016

Le parlement burundais a rompu mercredi avec la Cour pénale internationale. Les violations des droits de l’homme sont massives au Burundi.

Pourquoi le Burundi a-t-il rompu avec la CPI?

Il a fallu moins de 24 heures au parlement burundais pour rompre avec la Cour pénale internationale (CPI).

Lire la suite...
 
Burundi : la CVR satisfaite des "premiers pas" des dépositions des victimes Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 08/10/2016 - Source Xinhua

Les "premiers pas" de la phase du recueil des dépositions des victimes des diverses crises "sanglantes" du Burundi post-indépendant sont satisfaisants, a affirmé Mgr Jean Louis Nahimana, président de la Commission Vérité Réconciliation (CVR).

Au cours d'une interview accordée samedi à Xinhua pour faire le point sur l'état des lieux au sein de la CVR burundaise, Mgr Nahimana a précisé que trois semaines après le lancement de la phase du recueil des dépositions avec un focus particulier sur les victimes des diverses crises "sanglantes" du Burundi postcolonial, le pas déjà franchi est à saluer dans la mesure où plus d'une vingtaine de personnes ont déjà déposé individuellement leurs témoignages auprès de la CVR.

Lire la suite...
 
Burundi : le président appelle à une justice humanisée Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 04/10/2016 - Source Xinhua

A l'occasion de la rentrée judiciaire mardi, le président burundais, Pierre Nkurunziza, a appelé les magistrats à une justice humanisée, à une politique de "tolérance zéro" face à la criminalité, et à la lutte contre la "diabolisation du pays".

"Afin de jouer pleinement votre rôle de consolidation de la paix en tant qu'acteurs judiciaires, vous êtes appelés à mettre en œuvre la politique de la tolérance zéro face à la criminalité liée au trafic d'armes et d'êtres humains", a indiqué le président Pierre Nkurunziza dans son discours d'ouverture de la rentrée judiciaire.

Lire la suite...
 
Burundi : prisonniers détenus sans jugement Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

BBC Afrique, 21 septembre 2016

Les détenus de la prison de Mpimba à Bujumbura passent des années en prison sans être déférés devant un juge.

Après la visite de cette prison, le président de la commission nationale des droits de l'homme estime que même si cet établissement pénitentiaire a dépassé de loin sa capacité d'accueil, les conditions de détention restent assez adéquates. Selon la commission nationale des droits de l'homme, la prison de Mpimba à Bujumbura, a été conçue au départ pour 800 prisonniers. Elle en héberge actuellement plus de 3000. [Photo : Des prisonniers burundais dans l'attente d'un jugement]

Lire la suite...
 
Burundi : maintien en détention des deux élèves dans l'affaire des gribouillages Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Deutsche Welle, 15.09.2016

Burundi : deux élèves encore en prison

Alexis Mugerowimana et Parfait Irankunda sont emprisonnés depuis le mois de juin, accusés d'avoir incité leurs camarades à descendre dans la rue, à Muramvya. Leur procès en appel doit bientôt s'ouvrir.

Après les premières arrestations suite à l'affaire des gribouillages de la photo du président Nkurunziza, dans les manuels scolaires, des élèves du lycée communal de Muramvya étaient descendus dans la rue.

Lire la suite...
 
Burundi, liberté retrouvée pour les "gribouilleurs" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Deutsche Welle, 10.08.2016

C'est l'épilogue du scandale qui avait éclaté fin mai, quand des griffonnages sur des photos du président Nkurunziza, dans des manuels scolaires, avaient été découverts dans une école de la banlieue de Bujumbura.

Ils sont libres ! Au Burundi, les écoliers qui avaient comparu en fin de semaine dernière pour avoir gribouillé sur une photo du président Nkurunziza ont été libérés. Finalement, les juges ont décidé de ne pas poursuivre ces mineurs.

Lire la suite...
 
Burundi : la CVR entrera bientôt dans l'"ultime phase" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 29/07/2016 – Source Xinhua

 La Commission pour la Vérité et la Réconciliation (CVR) du Burundi entrera bientôt dans son "ultime phase", selon Mgr Jean-Louis Nahimana (photo), président de la CVR burundaise.

Lors d'un point de presse en marge d'une réunion des 11 commissaires de la CVR et des délégués des organisations burundaises de la société civile (OSC), Mgr Nahimana a précisé qu'en dépit du défi financier, la CVR envisage de "foncer en avant" en inaugurant une nouvelle ère burundaise marquée par la phase des "dépositions des plaintes et des enquêtes" sur les diverses crises sanglantes qui ont endeuillé le pays au cours des quatre décennies du Burundi post-indépendant.

Lire la suite...
 
Burundi : un magistrat condamné à la prison pour injure au Chef de l'Etat Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 15/07/2016 - Source Xinhua

La Cour d'Appel de Ngozi au nord du pays a condamné pour trois ans de servitude pénale et une amende de 100.000 francs burundais (environ 60 dollars) vendredi un magistrat du Tribunal de Grande Instance de Kirundo, accusé d'avoir répandu des tracts contenant une photo du Président de la République avec des injures à sa personne.

Selon une radio locale de droit privée captée à Bujumbura (Radio Isanganiro), I. N., le magistrat, a rejeté tout en bloc.

Lire la suite...
 
Burundi : un magistrat inculpé pour des tracts anti-Nkurunziza Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 08-07-2016

Ce juge de Kirundo, dans le nord du Burundi, avait été arrêté ce samedi 2 juillet au soir. Il a été présenté à la justice ce mercredi 6 juillet et le procureur a requis cinq ans de prison. Le magistrat est mis en cause pour des tracts qu'il aurait distribués à Kirundo.

« Atteinte à la sûreté de l'Etat » et « outrage au président », deux chefs d'accusation très graves à cause de tracts distribués à Kirundo.

Lire la suite...
 
France : Prison à perpétuité pour deux Rwandais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

BBC Afrique, 7 juillet 2016

A Paris, deux anciens bourgmestres rwandais ont été condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité pour leur rôle dans le génocide de 1994.

Octavio Ngenzi et Tito Barahira ont été condamnés pour "pratique massive et systématique d'exécutions sommaires" en application d'un "plan concerté tendant à la destruction" du groupe ethnique tutsi.

Lire la suite...
 
Burundi : onze jeunes -dont six mineurs- inculpés d'outrage à chef d'Etat Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 08-06-2016

Au Burundi 11 lycéens sont inculpés d'outrage à chef d'Etat pour avoir griffonné sur des photos de Pierre Nkurunziza dans leurs manuels scolaires. Six d’entre eux, âgés de 15 à 17 ans, ont été remis hier mardi en liberté provisoire dans l’attente de leurs procès. Quant aux cinq majeurs, ils restent pour l’instant en prison.

Ils ont été arrêtés vendredi dernier par le Service national de renseignement et encourent des peines allant de 6 mois à 5 ans de prison et des amendes de 10 000 à 50 000 Francs burundais selon leur avocat, soit 5 à 30 euros. Une somme conséquente au Burundi. Des sanctions disproportionnées qui suscitent l’émoi.

Lire la suite...
 
Burundi : liberté provisoire pour six lycéens mineurs inculpés d'outrage à chef d'Etat Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 07/06/2016 – Source AFP

Six lycéens mineurs, incarcérés et inculpés d'outrage à chef d'Etat pour avoir dégradé des photos du président Pierre Nkurunziza, dans le centre du Burundi, ont bénéficié de la liberté provisoire mardi, a-t-on appris de sources judiciaires.

"Six des onze lycéens incarcérés à la prison de Muramvya viennent de passer devant la chambre du Conseil (équivalent en France du juge des libertés et de la détention, ndlr), qui a décidé de leur accorder la liberté provisoire", a déclaré une source judiciaire, sous couvert d'anonymat.

Lire la suite...
 
Burundi : six enfants accusés d'outrage à chef d'Etat remis en liberté provisoire Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 07/06/2016 – Source Xinhua

La porte-parole de la Cour Suprême, Agnès Bangiricenge, a annoncé mardi que six élèves mineurs accusés d'outrage envers le chef de l'Etat, Pierre Nkurunziza, et qui avaient été incarcérés, ont été remis en liberté provisoire au moment où le dossier de cinq autres qui sont majeurs va suivre le cours normal.

"Aujourd'hui, à l'issue d'une audience de contrôle de la régularité de leur détention, le juge des mineurs les a remis en liberté provisoire", a annoncé Agnès Bangiricenge, qui a indiqué que leur dossier a été instruit selon la procédure particulière aux mineurs délinquants en conflit avec la loi.

Lire la suite...
 
Burundi : 11 lycéens inculpés d'outrage à chef d'Etat Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 03/06/2016 – Source AFP

Onze lycéens burundais ont été incarcérés et inculpés vendredi d'outrage à chef d'Etat pour avoir abîmé des photos du président Pierre Nkurunziza, a-t-on appris de source policière, alors que trois personnes ont été blessées par balles lors de manifestations contre l'arrestation de ces élèves.

"Le procureur de Muramvya (centre du Burundi, ndlr) vient de décider d'en incarcérer onze (...) pour outrage à chef d'Etat", a déclaré une source policière, sous couvert d'anonymat. "Ces enfants, 6 filles et 5 garçons tous âgés de plus de 14 ans, ont été écroués à la prison centrale de Muramvya en milieu d'après-midi".

Lire la suite...
 
Le Burundi contre un éventuel "examen préliminaire" de la CPI Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 03/06/2016 – Source Xinhua

Le gouvernement burundais s'est déclaré contre un "examen préliminaire" que la Cour pénale internationale (CPI) pourrait effectuer à propos de la situation au Burundi sur fond de crise politique-sécuritaire qui a éclaté en avil 2015.

Le ministre burundais des Relations extérieures et de la Coopération internationale, Alain-Aimé Nyamitwe, a réagi vendredi, lors d'une conférence de presse, à la récente annonce de la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, sur la perspective d'ouvrir un tel examen.

Lire la suite...
 
Procès des putschistes : des peines "sur ordre" du pouvoir de Bujumbura Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le Pays, 11 mai 2016

Condamnation en appel de putschistes au Burundi :

Le verdict de raison ou de paranoïa ?

Le procès en appel de putschistes au Burundi, a livré son verdict. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les juges ont eu la main lourde. De 30 ans de prison, certains putschistes ont vu leur peine passer à la prison à perpétuité et des personnes relaxées en première instance, ont été condamnées. Ces peines ont également été assorties de dommages et intérêts relativement colossaux, contrairement au verdict rendu en première instance.

Lire la suite...
 
Le gouvernement du Burundi poursuit sa chasse aux opposants Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

La Croix, 10/05/2016

La Cour suprême a condamné à la prison à vie, 21 des 28 personnes qui comparaissaient devant elle pour leur implication dans le putsch de mai 2015. Les violences se poursuivent au Burundi.

Prison à vie pour 21 officiers de l’armée et de la police ayant participé à la tentative de coup d’État des 13 et 14 mai 2015, il y a presque un an jour pour jour. En prononçant cette peine à Gitega, lundi 9 mai, la Cour suprême du Burundi s’est montrée plus sévère qu’en première instance. Elle a même condamné des prévenus qui avaient été relaxés lors du premier jugement.

Lire la suite...
 
Verdict sévère contre les putschistes : "Un message lancé à tous les opposants" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 10-05-2016

Burundi : peines alourdies pour les putschistes en appel

Au Burundi, 21 officiers de l’armée et de la police ont été condamnés, ce lundi 9 mai, à la prison à vie pour leur implication dans la tentative de coup d’Etat contre Pierre Nkurunziza, en mai 2015.

L’arrêt, en appel, de la Cour suprême rendu à Gitega, au centre du pays, condamne également cinq soldats et policiers à deux ans de prison et en acquitte deux autres. [Photo : Le général Cyrille Ndayirukiye, principal instigateur du coup d'Etat des 13 et 14 mai 2015 arrive à la cour d'appel de Gitega, le 11 avril 2016.]

Lire la suite...
 
Procès des putschistes : la Cour suprême burundaise a eu la main lourde en appel Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

PANA, 09 mai 2016

21 putschistes condamnés à la prison à vie au Burundi

Bujumbura, Burundi - Le procès fleuve des présumés putschistes de mai 2015 est entré, lundi, dans sa dernière ligne droite par la condamnation en appel à la prison à vie de 21 des 28 officiers supérieurs de la Police et de l’Armée nationale qui ont encore une dernière chance de se pourvoir en cassation devant la Cour suprême du pays, dans deux mois, apprend-on de source proche des prévenus.

Lire la suite...
 
Tentative de putsch au Burundi : la Cour suprême durcit les peines en appel Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 09/05/2016 – Source AFP

 La Cour suprême du Burundi a condamné lundi en appel à Gitega (centre) 21 officiers de l'armée et de la police à la prison à vie pour avoir organisé ou participé à la tentative de coup d'Etat des 13 et 14 mai 2015, durcissant les peines infligées en première instance.

Le 15 janvier, cette même Cour - qui dispose de juridictions de première instance, d'appel et de cassation - avait condamné une première fois quatre généraux à la prison à vie pour avoir organisé la tentative de putsch, neuf officiers à 30 ans de prison pour y avoir pris part, huit hommes de troupe à 5 ans, et acquitté sept personnes. Mais le parquet avait fait appel.

Lire la suite...
 
Burundi : le commandant du camp Ngagara arrêté dans le dossier Kararuza Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 03/05/2016 – Source Xinhua

 Le major Richard Ndayizeye, commandant du camp militaire de Ngagara dans la commune urbaine de Ntahangwa au nord de la capitale burundaise, a été arrêté mardi soir dans le cadre du dossier lié à l'assassinat du général de brigade Athanase Kararuza le 26 avril dernier.

Il a été transféré à la prison centrale de Mpimba située dans la commune urbaine de Muha, selon des sources bien informées. Son arrestation a été précédée dernièrement par celle de quatre hommes de troupe du camp qu'il dirigeait.

Lire la suite...
 
Burundi : "Un examen préliminaire n’est pas une enquête", prévient la CPI Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 26-04-2016

Burundi : la CPI ouvre un examen préliminaire sur les violences

 La procureure de la CPI, la Cour pénale internationale, vient d'ouvrir un examen préliminaire sur les violences et crimes commis au Burundi qui, depuis maintenant un an, est plongé dans une grave crise politique.

Cet examen préliminaire devrait permettre de déterminer s'il y a lieu ou non d'ouvrir une enquête. Après un an de crise politique et plusieurs plaintes reçues, la Cour pénale internationale a décidé de se pencher sur les crimes commis dans le pays.

Lire la suite...
 
La CPI va enquêter sur les violences politiques au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 25/04/2016 – Source Reuters

 La Cour pénale internationale (CPI) va ouvrir une enquête préliminaire sur les violences liées à la crise politique qui a éclaté il y a un an au Burundi, à l'annonce de la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat.

"Dans le cadre de la crise qui secoue le pays, plus de 430 personnes auraient été tuées, 3.400 personnes au moins auraient été arrêtées et plus de 230.000 Burundais auraient été contraints de se réfugier dans des pays voisins", déplore Fatou Bensouda, procureur de la CPI dans un communiqué.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 26 - 50 sur 567

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition


Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2014