topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


PANAMA PAPERS : LE PRÉSIDENT DU BURUNDI MIS EN CAUSE DANS LE PILLAGE DE SON PAYS. Pour le fil complet des informations : Cliquez sur "Toute l’actualité" [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Analyses
Afrique centrale et orientale : Des pouvoirs usés mais rusés Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

The Conversation, 7 octobre 2017

En Afrique centrale et orientale, le sacre des « démocraties puissantes et durables »

Par André Guichaoua

Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Les régimes bâtis sur les ruines de guerres civiles en Angola, au Burundi, au Congo, en République démocratique du Congo (RDC), en Ouganda et au Rwanda, ont reposé sur des forces politico-militaires. Hormis au Kenya, en Tanzanie et en Zambie, où le multipartisme a été rétabli au début des années 1990 et a perduré malgré des élections entachées de violences, partout les espérances démocratiques ont été trahies ou manipulées.

Lire la suite...
 
Les Burundais sommés d'afficher un soutien total et indéfectible envers le régime Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Justice Info, 04.10.17

Burundi : « la population paupérisée est érigée en rempart d'un noyau dirigeant bunkérisé »

Pour le sociologue André Guichaoua, spécialiste de la région des Grands lacs africains, la répression s’abat sur tous les démocrates burundais depuis 2015, même si « les appels directs ou indirects à la mobilisation ethnique se sont développés à l'initiative de cadres et de militants du parti au pouvoir CNDD-FDD, pour faire taire ses propres opposants et remobiliser des partisans sur le thème de l'ethnie majoritaire » hutu.

Lire la suite...
 
Une thèse de Master finlandaise analyse le dialogue dans la crise du Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 22/08/2017

Par Juho Takkunen (twitter : @juhotakku)

Outre le troisième mandat de Pierre Nkurunziza, les désaccords principaux sur la définition de la crise burundaise sont formés autour de la question du droit à dialoguer et des différentes perceptions sur l’essence de la violence dans la crise.

C’est ce que révèle la recherche faite par un étudiant finlandais Juho Takkunen, du programme de Master de la recherche de la paix et des conflits à l’Université de Tampere, en Finlande.

Lire la suite...
 
Burundi : Focus sur ce petit pays des Grands Lacs avec Emmanuel Klimis Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RTBF, 11 juillet 2017

Deux ans de violences invisibles au Burundi : que peut faire la communauté internationale ?

Une nouvelle attaque à la grenade a eu lieu dimanche soir au Burundi dans un bar du nord du pays. Au moins 8 personnes ont été tuées et une soixantaine d’autres blessées. Une enquête est en cours pour identifier les coupables.

Ce type d’actes criminels est très fréquent depuis la crise politique de 2015 et la réélection controversée du président, Pierre Nkurunziza, il y a presque deux ans maintenant, jour pour jour.

[Photo : Emmanuel Klimis, spécialiste du Burundi, chercheur à l’université Saint-Louis de Bruxelles]

Lire la suite...
 
Burundi : Des "principes fondamentaux" qui limitent une révision de la Constitution Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 27/04/2017 

Le peuple constituant et les ‘Ingingo Ngenderwako’ de l’Accord d’Arusha :

les limites légales et légitimes d’une révision de la Constitution du Burundi

Working Paper 2017.05, IOB, Université d’Anvers, avril 2017

S. Vandeginste et R.C. Niyonkuru

Résumé

L’article 299 de la Constitution du 18 mars 2005 impose certaines limites au pouvoir de réviser la Constitution. Il protège des valeurs auxquelles une révision de la Constitution ne peut pas porter atteinte. La version française de l’article 299 diffère de la version kirundi que le peuple burundais a adoptée lors du référendum du 28 février 2005.

Lire la suite...
 
Filip Reyntjens : "Le pouvoir semble soudé face à une opposition qui ne l’est pas" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 25-04-2017

Burundi : «Un pouvoir qui semble uni»

Le Burundi est dans l'impasse. Deux ans jour pour jour après le début d'une grave crise politique, née de la volonté du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat, l'économie est en récession : 1/4 de la population a un besoin urgent d'aide humanitaire et le pays fait face à une grave épidémie de paludisme.

Lire la suite...
 
Les composantes de l’opposition burundaises en exil passées au crible Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 20/04/2017 – Source Ifri

L’opposition burundaise en exil

Notes de l’Ifri, avril 2017

Par Thierry VIRCOULON

Introduction

Dès 2015, la crise burundaise a jeté sur les chemins de l’exil presque tous les politiciens et leaders de la société civile.

Deux principales vagues de départ ont eu lieu. D’abord celle des « frondeurs » : il s’agit des cadres du Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD) qui s’opposaient à la candidature du président Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat, et qui ont quitté le pays après l’annonce de sa candidature (fin avril/début mai 2015).

Lire la suite...
 
"Le malheur du Burundi, c’est Pierre Nkurunziza", selon la presse du Burkina Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le Pays, 13 avril 2017

La Communauté internationale face à la crise burundaise :

Un silence qui sert le dictateur

Depuis que le médiateur tanzanien dans la crise burundaise, Benjamin Mkapa, a jeté l’éponge en mars dernier, la situation va de mal en pis. Plus aucun espoir de trouver un compromis de sortie de crise ne pointe à l’horizon, le dialogue étant de fait totalement rompu entre les protagonistes. Pire, le pays semble complètement abandonné à lui-même, par une communauté internationale devenue aphone, qui s’est montrée jusque-là incapable de trouver une solution pour faire plier le satrape.

Lire la suite...
 
Burundi : «depuis 2015, bon nombre d'officiers sont partis en exil» Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 10 avril 2017

Au Burundi, dans son dernier rapport le think-tank International Crisis Group décrit une armée « en ruine », traversée par des tensions politiques et où les équilibres ethniques instaurés par les accords de paix d’Arusha en 2000 sont mis à mal.

Selon les analystes, le régime de Bujumbura tire parti de ces divisions pour « remodeler » et contrôler l’armée » suite à la tentative de putsch de mai 2015.

Lire la suite...
 
Burundi : "la polarisation politique a violemment atteint l’armée", dit ICG Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

International Crisis Group, 6 avril 2017

Burundi : l’armée dans la crise

Rapport Afrique N°247 | 5 avril 2017

Près de deux ans après la tentative de coup d’Etat, la crise burundaise continue de s’enliser, et la polarisation politique et ethnique a atteint l’armée, hier vitrine de l’accord d’Arusha qui a mis fin à la guerre civile.

Synthèse

En l’espace de deux ans, la crise burundaise s’est enlisée. Après la réélection, en juillet 2015, du président Nkurunziza – dont la candidature, en avril, avait déclenché les troubles – et face à l’échec de la médiation, elle s’est transformée en conflit de basse intensité et près de 400 000 Burundais ont fui leur pays. Depuis la tentative de coup d’Etat de mai 2015, la polarisation politique a violemment atteint l’armée.

Lire la suite...
 
Burundi : l’enfer, c’est les autres Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Jeune Afrique, 12 novembre 2016

Bujumbura paraît plus isolé que jamais. Pourtant, sa rhétorique anti-occidentale lui vaut encore quelques amitiés à Moscou, à Pékin et jusqu’au sein de l’Union africaine.

Tout est allé très vite, le 12 octobre. Les députés puis les sénateurs ont massivement voté en faveur du retrait de la Cour pénale internationale (CPI). [Photo : À l’Assemblée nationale, le 12 octobre, le vote à main levée en faveur du retrait de la CPI a recueilli une écrasante majorité]

Lire la suite...
 
Pourquoi le Burundi et l'Afrique du Sud quittent la CPI Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Libération, 21 octobre 2016

Pour la première fois depuis sa création en 2002, la Cour pénale internationale voit deux pays d'Afrique annoncer leur volonté de rompre avec elle. Une défiance qui séduit en Afrique mais les vraies raisons du divorce sont moins glorieuses.

Sale semaine pour la Cour pénale internationale : après le Burundi mardi, c’est au tour de l’Afrique du Sud d’annoncer vendredi son intention de se retirer de la plus haute instance pénale internationale permanente, habilitée depuis 2002 à juger des crimes contre l’humanité, crimes de guerre ou d’agression, comme de génocide.

Lire la suite...
 
CPI : le temps des sophistes Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Jeune Afrique, 21 octobre 2016

Le Burundi, petit État d’Afrique centrale avec ses 28000 km2 et ses quelque 10 millions d’habitants, va quitter la Cour pénale internationale (CPI), à laquelle il avait adhéré en 2004.

Ainsi en a décidé son Parlement le 13 octobre. Depuis avril 2015, le pays est dans la tourmente à cause du défi qu’a lancé au monde entier le président Pierre Nkurunziza en briguant un troisième mandat. Un classique dans la région.

Lire la suite...
 
Le problème du Burundi concernant son passé est un problème politique Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 17 octobre 2016

INVITÉ AFRIQUE

F. Reyntjens (universitaire): «Le risque d’un génocide au Burundi est limité»

Le gouvernement du Burundi fait l'unanimité contre lui. Vendredi dernier, à New York, les quinze pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont exprimé leur «profonde préoccupation» face au refus du régime de Pierre Nkurunziza d'autoriser le déploiement d'une force de police des Nations unies à Bujumbura. A l'origine de ce bras de fer, un rapport publié le mois dernier par l'ONU sur les droits de l'homme au Burundi. Jusqu'où peut aller cette escalade ? L'universitaire belge Filip Reyntjens est un spécialiste de la région des Grands Lacs et enseigne à l'université d'Anvers.

Lire la suite...
 
La décision de retrait du Burundi de la CPI n’est pas sans conséquences Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 16/10/2016

Le retrait du Burundi de la Cour pénale internationale et ses implications

Par Professeur Pacifique Manirakiza

Faculté de droit/Section de Common Law Université d’Ottawa

I. Introduction

1. En date du 6 octobre 2016, à l’issue des délibérations du Conseil des ministres, les Burundais et la communauté internationale apprennent, essentiellement par la voix du premier Vice-Président de la République, M. Gaston Sindimwo, que le Burundi projette se retirer du Statut de Rome instituant la Cour pénale internationale (CPI). Un projet de loi a été adopté à cet effet et il a par la suite été soumis au Parlement bicaméral. Dans une procédure accélérée, le projet de loi a été voté par l’Assemblée nationale (94 pour; 14 abstentions et 2 contre) et ensuite par le Sénat à l’unanimité et ce, en une même journée, le 12 octobre 2016.

Lire l’intégralité de l’Analyse

 
Burundi : "Les dirigeants du CNDD-FDD ont conservé leurs pratiques du maquis" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 04/09/2016

Echec de la transformation du CNDD-FDD du mouvement rebelle en parti politique au Burundi : une question d’équilibre entre le changement et la continuité

 Par Gervais Rufyikiri - Septembre 2016

Résumé

Depuis son accession au pouvoir après les élections de 2005, le CNDD-FDD a été constamment critiqué pour la mauvaise gouvernance du Burundi tandis que le comportement de ses dirigeants faisait penser à une continuité des pratiques du maquis. Cette étude contribue à comprendre le lien entre l’incapacité de ce parti converti d’un mouvement rebelle à réussir le processus de transition démocratique et certains éléments clés de son histoire qui ont joué contre une véritable transformation de mouvement rebelle en parti politique.

Lire la suite...
 
Comment la dérive autocratique du Burundi est influencée par le Rwanda Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

The Conversation, 18 août 2016

Burundi-Rwanda deux pays indissociables et rivaux

 Par André Guichaoua

Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Il n’y a jamais eu de royaume sans frontières. Le Burundi a fréquemment lutté contre diverses invasions provenant de royaumes environnants ». (mdnac.bi)

Au terme de deux guerres civiles particulièrement sanglantes et dramatiques, en 1994 pour le Rwanda et 2005 pour le Burundi, on assiste à l’inversion des dominations politico-ethniques qui s’étaient instaurées à l’indépendance.

Lire la suite...
 
Filip Reyntjens : "Le pouvoir burundais est en train d’opter pour l’isolement" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 5 août 2016

Burundi : «le parti au pouvoir a une mentalité d'assiégé»

Mardi 2 août, le gouvernement burundais a fait savoir qu'il rejetait la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies autorisant le déploiement de 228 policiers pour observer la situation des droits de l’homme.

Après avoir claqué la porte du dernier sommet de l’Union africaine à Kigali et celle du Comité des Nations unies contre la torture, après avoir décrété l’interdiction d’exporter des denrées alimentaires vers les pays limitrophes.

Lire la suite...
 
Aperçu des principaux mouvements rebelles au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 26/06/2016 – Source IRIN

Briefing – Le who’s who de l’opposition armée au Burundi

En l’absence de pourparlers à l’ordre du jour, la menace de guerre civile s’accroît

Bujumbura, 7 juin 2016 - Un an après la décision controversée du président burundais Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat, les violences politiques auront causé la mort de plus de 1 150 personnes, selon l’organisation non gouvernementale de suivi des conflits ACLED.

Lire la suite...
 
Burundi : anatomie du troisième mandat de Nkurunziza Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Jeune Afrique, 10 juin 2016

Par Thierry Vircoulon

Thierry Vircoulon est Central Africa Senior Consultant à l’International Crisis Group (ICG).

Le 1er juin dernier à Mugamba (province de Bururi), Pierre Nkurunziza a lancé un ultimatum. « Du haut d’une camionnette, micro à la main, sous très haute protection de l’armée et de la police », rapporte l’AFP, le président burundais a ordonné aux insurgés de cette commune du Sud du pays de déposer les armes dans les quinze jours :

Lire la suite...
 
Burundi : sortir de la légèreté avec laquelle est désigné le Génocide de 1972 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 04/06/2016

Génocide des Hutu du Burundi en 1972-1973

QUARANTE QUATRE ANS APRES

Etat des Lieux

 Contribution  à la Commission Vérité-Réconciliation et au Mécanisme de Justice Transitionnelle

Perpétue Nshimirimana

Lausanne, 31mai 2016

A l’appel du Comité de Lutte contre l’Oubli, les Burundais de Suisse ont répondu nombreux à  la  commémoration  du quarante quatrième anniversaire du Génocide des différents clans rattachés au groupe dit Hutu du Burundi. Créé depuis trois ans dans le cadre des activités du Centre Ubuntu, le Comité a été mis en place pour honorer la mémoire des victimes  de 1972-1973. A cette période, de nombreuses personnes ont été massacrées par l’action conjointe de l’Armée  burundaise, des militants affiliés aux Jeunesse Révolutionnaire Rwagasore (J.R.R.) et des Officiers de police judiciaire (O.P.J.) Hima burundais et rwandais dits Tutsi. Le Comité s’est engagé à pérenniser l’organisation  de  la  manifestation dans le but de garder vive la mémoire des Disparus.

Lire la suite et l’intégralité du Texte

Lire les Annexes

 
Le Professeur belge Filip Reyntjens jette un pavé dans la mare burundaise Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 23/05/2016

Burundi. Face à l’impasse, un scénario politiquement incorrect

Par Filip Reyntjens

Institut de politique et de gestion du développement (IOB)

Université d’Anvers

La crise politique qui frappe le Burundi depuis avril 2015 a été déclenchée par la décision du parti dominant CNDD-FDD d’avaliser la candidature du président sortant Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat jugé inconstitutionnel par de nombreux analystes, mais elle était en gestation depuis bien plus longtemps. A l’issue de la transition en 2005, l’espoir était grand et le Burundi était considéré comme un modèle de sortie de conflit. Néanmoins, dès après les élections de 2005, considérées comme libres et honnêtes par les observateurs, le CNDD-FDD avait progressivement mais sûrement fermé l’espace politique. La société civile, les médias indépendants et les partis d’opposition ont rencontré de plus en plus d’obstacles à l’exercice libre de leurs activités.

Lire l’intégralité de l’Analyse

 
Vers une refonte de l'accord d'Arusha préconise International Crisis Group Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Voice of America, 23 mai 2016

"Un an après le début de la crise déclenchée par la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, la situation au Burundi reste critique" affirme ICG dans son dernier rapport

"Anatomie du troisième mandat", c'est l'intitulé du rapport de International Crisis Group (ICG) qui décortique le bilan de la situation depuis le déclenchement de la crise en avril 2015. De l'afflux des réfugiés, de la continuité de la confrontation armée entre les groupes inconnus et les forces gouvernementales, de la dégradation de la situation socio-économique, ICG brosse un tableau sombre d'un pays endeuillé par une crise sans précédent.

Lire la suite...
 
Burundi, quel scénario de sortie de crise ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Deutsche Welle‎, 23.05.2016

"Accepter Pierre Nkurunziza et créer les conditions d’une alternance en 2020" (Prof. Filip Reyntjens, photo)

Les consultations sur le Burundi se poursuivent à Arusha. Le médiateur Mkapa a reçu lundi les représentants de la société civile, y compris les religieux. Un analyste belge propose un solution surprenante.

Lire la suite...
 
Burundi : "L’introuvable et indispensable dialogue", selon ICG Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

International Crisis Group, 20 mai 2016

Burundi : anatomie du troisième mandat

Rapport Afrique N°235 - 20 mai 2016

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS

 Un an après le début de la crise déclenchée par la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, la situation au Burundi reste critique. Manifeste depuis les secondes élections post-conflit en 2010 et amplifiée par la querelle autour du troisième mandat en 2015, la radicalisation du régime a consacré la prééminence des éléments les plus durs du parti au pouvoir. Ceux-ci sont déterminés à tourner la page du système institutionnel issu de l’accord d’Arusha, conclu entre les élites hutu et tutsi en 2000, qui a mis en place un système de quotas ethniques au sein des institutions, y compris l’armée, et limité à deux les mandats des présidents.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 25 sur 266

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher