topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Droits de l'Homme
Burundi : le rapport de HRW est un "acte de vengeance" dit le gouvernement Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 25/11/2010 – Source AFP

Philippe NzobonaribaLe rapport de l'organisation de défense des droits de l'homme Human Right Watch (HRW) qui dénonce "la réduction de l'espace démocratique" au Burundi, est "un acte de vengeance et de frustration", a déclaré jeudi le porte-parole du gouvernement Philippe Nzobonariba.

"Ce rapport a été écrit par la représentante de HRW" (expulsée du pays) qui s'était "inscrite contre le processus électoral et avait prophétisé l'apocalypse avec ses associés de l'opposition", a expliqué ce responsable burundais.

Lire la suite...
 
Burundi : Droits humains bafoués après les élections Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Human Rights Watch, 23 novembre 2010

Les journalistes, la société civile et les partis de l’opposition sont victimes de harcèlement et de restrictions

Un policier se tient devant la permanence du parti d'opposition CNDD à Bujumbura pendant une réunion de leaders de l'opposition le 23 juin 2010. Après que la police et des agents du service de renseignement eurent encerclés la permanence, les leaders de l'opposition se sont enfermés à l'intérieur, craignant d'être arrêtés.(Nairobi, le 23 novembre 2010) - À la suite des élections locales et nationales agitées qui se sont déroulées au Burundi de mai à septembre 2010, la société civile, les médias et les partis d'opposition sont soumis à une répression accrue, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd'hui.

Le rapport de 75 pages, intitulé « Des portes qui se ferment ? Réduction de l'espace démocratique au Burundi », décrit les exactions commises, notamment des actes de torture, des arrestations arbitraires, l'interdiction d'activités de l'opposition, ainsi que le harcèlement des associations de la société civile. Human Rights Watch a appelé le gouvernement à mettre fin à ces exactions et à renforcer les mécanismes institutionnels visant à promouvoir l'obligation, pour les agents du gouvernement et les forces de sécurité, de rendre compte de leurs actes.

Lire la suite...
 
Burundi : le journaliste Jean-Claude Kavumbagu maintenu en détention Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 11/11/2010

Jean-Claude KavumbaguLe journaliste et directeur de l’agence de presse en ligne Net Press, Jean-Claude Kavumbagu, va rester en prison, a décidé ce jeudi la Cour d’appel de Bujumbura qui avait mis l’affaire en délibéré mardi dernier 09 novembre.

Le directeur de Net Press est en détention provisoire depuis le 17 juillet sur l’accusation de « haute trahison » pour avoir écrit, au lendemain des attentats de Kampala le 11 juillet dernier, que « les forces de sécurité burundaises sont incapables de contrer les attaques des Shebab somaliens » parce qu’« elles sont occupées à piller et à tuer la population qu’elles devraient sécuriser ».

Lire la suite...
 
L’expert indépendant de l’Onu sur les droits de l’homme séjourne au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

APA, 08-11-2010

Fatsah OuguergouzBujumbura (Burundi) - L’expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme au Burundi, Fatsah Ouguergouz, effectue à partir de ce lundi une visite d’une dizaine de jours au Burundi, annonce un communiqué du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme.

Nommé en juin dernier en remplacement de Akich Okola qui a été pendant six ans à ce poste, il mettra à profit sa visite pour prendre contact avec les autorités de ce pays, les organisations de la société civile, et les membres du corps diplomatique accrédités au Burundi, afin de recueillir des informations sur la situation des droits de l’homme au Burundi.

Lire la suite...
 
Burundi : Deux journalistes libérés après 48 heures de détention sans charge Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RSF, 7 novembre 2010

BURUNDI : Deux journalistes d’Iwacu détenus pendant 48 heures sans qu’aucune charge ne leur ait été signifiée

Elyse Ngabire & Dieudonné HakizimanaReporters sans frontières prend acte de la remise en liberté, ce 7 novembre 2010, à 12 heures 30, d’Elyse Ngabire et de Dieudonné Hakizimana, deux journalistes employés par le journal Iwacu. Ces derniers avaient été arrêtés le 5 novembre dernier et ont été détenus au secret près de 48 heures. Nul ne connaît les faits qui leur sont reprochés. Les deux journalistes doivent se présenter le 9 novembre prochain devant le commissaire de police de Bujumbura, Arthémon Nzitabakuze.

Lire la suite...
 
Burundi : deux journalistes en garde à vue après avoir rencontré un détenu Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 07/11/2010 - Source AFP

Deux journalistes d'un hebdomadaire indépendant sont détenus depuis vendredi à Bujumbura, capitale du Burundi, après avoir rencontré un ancien rebelle en détention, a-t-on appris dimanche de source policière et auprès de leur avocat.

"Deux journalistes du journal Iwacu, Elise Ngabire et Dieudonné Hakizimana, ont été arrêtés vendredi alors qu'ils revenaient de la prison de Mpimba où ils étaient aller visiter un proche", a annoncé leur avocat, Me Jean de Dieu Muhunzenge.

Lire la suite...
 
Arrestation de deux journalistes d’Iwacu Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 06/11/2010

DECLARATION DU JOURNAL IWACU

1. Le journal IWACU a appris avec stupeur l'arrestation de ses deux journalistes, Madame Elyse Ngabire et Dieudonné Hakizimana.

2. Les deux journalistes ont été arrêtés vendredi vers 13 heures à la  sortie de la prison de Mpimba alors qu'ils  étaient allés rendre une visite privée  à un détenu.

Lire la suite...
 
Burundi : Trois journalistes devant le procureur sur plainte du maire de la capitale Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

APA, 28-10-2010

Bujumbura (Burundi) - Les journalistes Domitille Kiramvu, Raymond Zirampaye et Bonfils Niyongere de la radio privée RPA (Radio Publique Africaine) ont comparu jeudi devant le procureur de la République à Bujumbura dans une affaire les opposant au maire de la ville, M. Evrard Giswaswa qui s’est plaint « d’outrage et de dénonciation calomnieuse ».

Ce n’est que vers 16 heures locales que les trois journalistes ont été libérés pour comparaître à une date ultérieure qui n’a pas été précisée. Leurs avocats ont reçu l’ordre de ne rien dire à la presse.

Lire la suite...
 
Burundi : La société civile réitère son indépendance, enquête pour meurtres Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

MISNA, 27/10/2010

"Le plaidoyer pour la promotion du dialogue entre les partenaires politiques, tout comme la dénonciation de la violation des droits de l'homme n'ont rien à voir avec le soutien d'un quelconque groupe politique", ont affirmé neuf mouvements de la société civile burundaise lors d'une réunion avec le ministre de l'Intérieur, Edward Nduwimana.

Selon l'agence Net Press, la réunion, organisée par le ministère de l'Intérieur, aspirait à atténuer les tensions dernièrement apparues entre le régime et les organisations de défense des droits de l'homme, à la suite d'une vague de violences et de meurtres dans le pays.

Lire la suite...
 
Burundi : la société civile dénonce les menaces du ministre de l’Intérieur Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 26/10/2010

Déclaration des organisations de la Société civile à la suite de leur rencontre

avec le Ministre de l’Intérieur le 20 octobre 2010

Les organisations de la société civile expriment leur préoccupation

suite aux menaces qui pèsent sur l’APRODH et son président.

En date du 20 octobre 2010, cinq organisations de la société civile burundaise – APRODH, FORSC, Ligue ITEKA, OAG et OLUCOME – ont été reçues, sur sa demande, par le Ministre de l’Intérieur, Monsieur Edouard NDUWIMANA. A l’issue de cette audience, les organisations de la société civile (OSC) signataires de la présente déclaration tiennent à exprimer ce qui suit :

Lire la suite...
 
Burundi : La société civile dans le collimateur du pouvoir Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 24/10/2010

Le porte-parole de la police burundaise Pierre Channel Ntarabaganyi s’est insurgé contre les déclarations  « gratuites » du président de l’Association des Défense des Droits de l’Homme et des Prisonniers (APRODH) Pierre Claver Mbonimpa. Selon Ntarabaganyi, le président de cette organisation de la société civile a accusé la police burundaise d’avoir exécuté des civils sans raisons valable, au nord ouest du Burundi, dans la province de Cibitoke, il ya quelques jours.

« Nous luis demandons d’arrêter ces accusations gratuites », a demandé mercredi le porte-parole de la police au président de l’APRODH,.D’ailleurs, ajoute Ntarabaganyi, le président de l’APRODH s’est fait le porte-parole des malfaiteurs et ne défend jamais la police burundaise qui ne cesse d’être accusée par des gens mal intentionnés.

Lire la suite...
 
Burundi : 22 membres de l'opposition victimes d'exécutions sommaires Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 16/10/2010 – Source AFP

Au moins 22 militants de l'ex-rébellion des Forces nationales de libération (FNL) ont été victimes d'exécutions extrajudiciaires en septembre 2010, a dénoncé samedi le président de l'Association pour la protection des personnes détenues et des droits humains.

« Ce qui se passe au Burundi est très alarmant. Beaucoup de personnes sont arrêtées par la police, puis elles disparaissent et on les retrouve mortes quelques temps après. Rien qu'en septembre, on a dénombré 22 victimes d'exécutions extrajudiciaires », a affirmé le président de l'Aprodeh, Pierre Claver Mbonimpa.

Lire la suite...
 
Le Nobel de la paix 2010 décerné au dissident chinois Liu Xiaobo Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 08/10/2010 – Source Associated Press

Liu Xiaobo,Prix Nobel de la Paix 2010Le dissident chinois Liu Xiaobo, actuellement en détention, a obtenu vendredi le prix Nobel de la paix 2010. Le comité Nobel norvégien distingue ainsi le "plus grand symbole" du combat pour les droits de l'Homme en Chine.

Liu Xiaobo est récompensé "pour son long combat, non violent, pour les droits fondamentaux de l'Homme en Chine". Le Comité Nobel norvégien ajoute croire depuis longtemps qu'il existe un "lien étroit" entre la paix et les droits de l'Homme.

Lire la suite...
 
Burundi : sale temps pour l’opposition et la société civile Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Voice of America, 7 octobre 2010

Faustin Ndikumana un de ses responsables de la Radio Publique Africaine (RPA) – station partenaire de Voice of America au Burundi – a été transféré à la prison centrale de Mpimba, à Bujumbura.

L’avocat François Nyamoya, défenseur des droits de l’Homme, est en détention depuis plus d’une semaine. Me Nyamoya est toujours détenu à la prison centrale suite à son interpellation, le mois dernier, pour « diffamation » sur plainte du patron des services secrets burundais, a expliqué Philbert Musohozi, rédacteur en chef de la RPA.

Lire la suite...
 
La RPA, principale radio d’opposition du Burundi dans le collimateur du pouvoir Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 05 octobre 2010

La Radio publique africaine (RPA), l'une des stations privées les plus écoutées au Burundi, est soupçonnée par les autorités d’être derrière les nouvelles violences que connaît le pays. Des accusations rejetées par les responsables de la RPA qui parlent de harcèlement.

A leur tour, ils accusent les services secrets burundais de vouloir les impliquer à tout prix dans ces violences pour pouvoir s'en débarrasser. Car la radio dérange. En deux semaines, plus d'une trentaine de personnes ont été tuées.

Lire la suite...
 
Burundi : la radio privée RPA dénonce le "harcèlement" du pouvoir Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 05/10/2010 – Source AFP

 La Radio publique africaine (RPA), une des stations privées les plus populaires du Burundi, a dénoncé mardi "le harcèlement" du pouvoir après la convocation par la police de plusieurs de ses cadres administratifs et journalistes.

Faustin Ndikumana, le responsable des transports de la radio, est "détenu dans un cachot de la Documentation (services secrets) depuis 16 jours", a indiqué le secrétaire général de cette radio, André Palice Ndimurukundo. "La RPA est en train de subir un harcèlement de la part du pouvoir", a-t-il dénoncé.

Lire la suite...
 
Burundi : Un avocat belge dans le collimateur du patron des renseignements Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 03/10/2010

Par le biais de son avocat Me Déogratias Ndikumana, le Directeur général de la documentation nationale (services secrets, police présidentielle), Général Adolphe Nshimirimana, met en garde Me Bernard Maingain l’un des avocats de Me François Nyamoya incarcéré depuis quatre jours pour « insultes et dénonciations calomnieuses ».

« Il ne faut pas que Bernard Maingain se précipite a dire beaucoup de choses sur le Burundi, sinon il risque des poursuites comme cela a été le cas au Rwanda avec l’avocat américain », a déclaré vendredi Me Déogratias Ndikumana au cours d’une conférence.

Lire la suite...
 
Burundi : RSF dénonce à l’acharnement l’encontre des journalistes de la RPA Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Reporters sans frontières, 1er octobre 2010

Burundi : La principale radio d’opposition subit l’oppression des autorités

Vue du siège de la RPAReporters sans frontières dénonce l’acharnement des autorités burundaises à l’encontre des journalistes de Radio Publique Africaine (RPA), station associative liée au principal parti d’opposition Mouvement pour la solidarité et le développement (MSD). Au cours des dernières semaines, l’organisation a recensé plusieurs tentatives de déstabilisation pour le moins préoccupantes.

La stigmatisation de RPA par le gouvernement burundais et la multiplication des arrestations de ses membres sont inacceptables. Nous craignons que ces mesures de rétorsion ne se concluent par la fermeture définitive de la station. Fondée par l’ancien journaliste et candidat à l’élection présidentielle, Alexis Sinduhije, principal initiateur du MSD, et considérée par le pouvoir comme la voix du parti d’opposition, la radio subit les conséquences des tensions politiques faisant suite aux consultations électorales de l’été dernier.

Lire la suite...
 
Conseil des droits de l’homme : le Burundi esquive la critique Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Info Sud, 1er octobre 10

Carole Vann

Bujumbura a réussi à faire reporter l’examen devant le Conseil des droits de l’homme. Malgré la réélection du président Nkurunziza en juin 2010, opposants, activistes et journalistes sont harcelés, emprisonnés et menacés de mort.

A peine sorti de la guerre, le Burundi replonge dans la violence. Rien que la semaine dernière, 14 corps ont été retrouvés à une dizaine de kilomètres de la capitale Bujumbura. Harcèlements, arrestations arbitraires, menaces de mort et exécutions sommaires se multiplient trois mois après l’élection du président Pierre Nkurunziza avec 92% des votes. Premiers visés, les défenseurs des libertés, les journalistes et les opposants politiques, dont plusieurs ont pris la voie de l’exil. Les organisations internationales et l’ONU tirent la sonnette d’alarme, en vain. En juin, la représentante de Human Rights Watch (HRW), Neela Ghoshal, en poste depuis trois ans dans ce pays des Grands lacs, était expulsée.

Lire la suite...
 
Arrestation d'un célèbre avocat au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

PANA, 28/09/2010

Bujumbura, Burundi - Me François Nyamoya du barreau des avocats du Burundi, a été arrêté lundi, et conduit directement à la prison centrale de Bujumbura sous le chef d'accusation de "propos injurieux" envers le patron du Service national du renseignement (SNR), le général Adolphe Nshimirimana, pour l'avoir traité la veille de "bandit" sur les antennes d'une radio locale, a appris la PANA, de source judiciaire dans la capitale burundaise.

Le prévenu est en même temps le porte-parole officiel du Mouvement pour la solidarité et la démocratie (MSD), un parti de l'opposition radicale au pouvoir en place au Burundi.

Lire la suite...
 
Burundi :4 militants de l'opposition parmi des cadavres récemment retrouvés Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 28/09/2010 – Source AFP

Les corps d'au moins quatre militants de l'opposition figurent parmi les quatorze cadavres découverts récemment à l'embouchure d'une rivière en périphérie de Bujumbura, a indiqué mardi une association burundaise de défense des droits de l'Homme.

"Quatre corps ont été identifiés sans l'ombre d'un doute et sont ceux d'anciens combattants du parti FNL (ex-rébellion hutu des Forces nationales de libération)", a déclaré Pierre Claver Mbonimpa, président de l'Association pour la protection des personnes détenues et des droits humains (Aprodeh).

Lire la suite...
 
Burundi : Un avocat arrêté pour des propos lors d’une émission publique à la radio Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 27/09/2010 – Source Xinhua

Maître François NyamoyaL'avocat burundais François Nyamoya, secrétaire général du Mouvement pour la solidarité et la démocratie (MSD), a été arrêté et conduit à la prison centrale de Mpimba à Bujumbura sous l'inculpation de propos diffamatoires dans une émission publique à l'endroit de l'Administrateur directeur général du Service national des renseignements (police présidentielle), le Général Adolphe Nshimirimana.

"Le procureur de la République m'a accusé d'avoir tenu des propos diffamatoires à l'endroit d'Adolphe Nshimirimana, l'Administrateur Directeur Général du Service National des Renseignements le 18 septembre 2010 dans une émission publique diffusée par la radio locale RPA", a déclaré M. Nyamoya à la presse au sortir de sa comparution dans le bureau du procureur en mairie de Bujumbura.

Lire la suite...
 
« Au Burundi, le pouvoir s’enferme » Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Libération, 24/09/2010

Interview w Questions à Neela Ghoshal Chercheuse à Human Rights Watch

Par SABINE CESSOU

Neela GhoshalNeela Ghoshal est une chercheuse américaine de Human Rights Watch. Elle a été expulsée du Burundi en mai, après la publication d’un rapport sur les violences préélectorales. Depuis Nairobi, elle s’inquiète de la situation, alors qu’au moins de 11 personnes ont été tuées la semaine dernière.

Pourquoi ces violences ?

Certains membres du Front de libération nationale (FLN), le principal parti d’opposition, sont soupçonnés d’être dans le maquis. Des policiers et des militaires sont également en train de déserter, parmi lesquels des Tutsis, l’ethnie minoritaire au Burundi. Une dynamique d’opposition semble se créer, sur une base violente, mais qui n’est plus ethnique.

Lire la suite...
 
Burundi : l’APRODH s’inquiète de la vague d’arrestations Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 24/09/2010 – Source Xinhua

La police du Burundi procède ces derniers jours à une vague d’arrestations de personnes pour faire des enquêtes sur des cas d’insécurité observés depuis un bon bout de temps à travers le pays et spécialement dans la réserve naturelle de la Rukoko à une quinzaine de Km de Bujumbura la capitale.

L’Association pour la Protection des Droits de l’Homme et des Personnes Détenues (APRODH) salue le fait d’arrêter des gens, mais demande que la police indique leurs lieux de détention.

Lire la suite...
 
Un Burundais élu président de la Cour africaine des droits de l'Homme Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 24/09/2010 et d'après Xinhua

Juge Niyungeko GérardLe juge burundais Gérard Niyungeko a été élu président de la Cour africaine des droits de l’Homme et des Peuples, le 20 septembre 2010 à Dar Es-Salaam en Tanzanie lors des travaux de la 18ème session de cette Cour.

Un communiqué de presse, publié par la Cour à Dar Es-Salaam le 21 de ce mois, indique que le Burundais Gérard Niyungeko sera secondé dans ces fonctions qu'il occupe pour la deuxième fois par la ghanéenne Sophia A. B. Akuffo qui, elle, a été réélue comme Vice-présidente de cette Cour le même jour. Ils présideront aux destinées de cette Cour pendant deux ans.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 Suivante > Fin >>

Résultats 1076 - 1100 sur 1238

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher