topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Droits de l'Homme
Burundi : Une fausse bande-annonce pour sur "un massacre à huis clos" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Libération, 15 novembre 2016

Burundi : «Comment attirer l'attention sur un petit pays africain menacé de génocide ?»

Un cri d'alarme pour un pays où l'on massacre à huis clos : tel est le sens de la campagne lancée ce mardi par la Fédération internationale des droits de l’homme sur la situation tragique du pays.

«Notre film est un peu provocant ? Peut-être. Mais au fond, l’essentiel c’est de faire réagir», souligne Florent Geel en grillant une dernière cigarette devant le cinéma Le Louxor, nouveau temple rénové du septième art dans le quartier de Barbès à Paris.

Lire la suite...
 
FIDH lance une campagne d’envergure pour mobiliser sur la situation au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

FIDH, 15/11/2016

UNE CAMPAGNE : #STOPTHISMOVIE

La campagne #StopThisMovie, s’articule autour de la bande-annonce du film Génocide au Burundi, le seul film dont il faut empêcher la sortie et d’une pétition adressée aux Nations uniesLa campagne présente un film fictif qui ne doit pas se réaliser : « Génocide au Burundi », dont le réalisateur n’est autre que le président burundais Pierre Nkurunziza et ses acteurs, les agents de la répression du régime.

Cette campagne vise à mobiliser les personnes qui souhaitent s’informer sur la situation au Burundi et agir en signant une pétition numérique pour exiger de la communauté internationale qu’elle prenne les actions nécessaires pour faire stopper les crimes.

Voir la bande-annonce du film

Voir l’affiche du film

Voir la Pétition

 
Burundi : le FIDH dresse un bilan macabre de la crise dans le pays Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 15-11-2016

Au Burundi, c’est un rapport-fleuve qui paraît ce mardi 15 novembre. La Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme (FIDH) et son partenaire burundais la ligue Iteka présentent à Paris un rapport intitulé « Répression aux dynamiques génocidaires ».

Sur deux cents pages, les organisations détaillent de manière presque exhaustive la chronologie de la crise burundaise depuis les premières manifestations pacifiques contre le troisième mandat du président Nkurunziza en avril 2015. En s’appuyant sur la somme des rapports des Nations unies et des ONG, mais surtout sur de nombreux témoignages, elles dressent le bilan macabre d’un an et demi de répression.

Lire la suite...
 
La "descente aux enfers" du Burundi décortiquée dans un rapport de la FIDH Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 15/11/2016 - Source AFP

Répression, "fuite en avant" d'un régime qui se radicalise et risque génocidaire: un rapport de la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) décortique la "descente aux enfers" du Burundi depuis avril 2015 et exhorte la communauté internationale à "agir avant qu'il ne soit trop tard".

Fruit d'un an et demi d'enquête menée par les membres et informateurs de la FIDH et de son organisation au Burundi, Iteka, le rapport de plus de 200 pages publié mardi documente les crimes et la répression depuis le début de la crise politique provoquée par la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat, en avril 2015.

Lire la suite...
 
Rapport de FIDH et Iteka sur les crimes commis depuis avril 2015 au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

FIDH, 15/11/2016

Burundi : une répression aux dynamiques génocidaires

(Paris, New York, Kampala, Bujumbura) La FIDH et la ligue ITEKA publient aujourd’hui le rapport Burundi : Une répression aux dynamiques génocidaires. Ce document est le résultat d’un an et demi d’enquête et d’analyse sur la répression et les crimes perpétrés par les forces du régime au Burundi depuis la grande vague de contestation populaire d’avril 2015.

Le rapport de 200 pages présente les crimes commis depuis avril 2015 au Burundi, principalement par les forces de sécurité du régime et les milices des jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure : meurtres, enlèvements, disparitions, tortures, viols, détentions massives. Les principaux lieux de détention et de torture sont répertoriés. Les chaines de commandement de la répression sont reconstituées et apportent la preuve que les directives viennent du plus haut sommet de l’État.

Lire la suite...
 
Brève arrestation du directeur Bonesha FM au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Voice of America, 11 novembre 2016

León Masengo, directeur et journaliste à la radio Bonesha FM a été arrêté pendant quelques heures par les services burundais des renseignements dépendant de la présidence de la République. Sa radio n’émet plus depuis le coup d’Etat manqué de mai 2015.

Le directeur de la radio Bonesha a été arrêté alors qu'il se rendait au parquet pour couvrir l’interrogatoire du commandant de la brigade anti-émeute Désiré Uwamahoro cité dans des arrestations des manifestants anti-troisième mandat.

Lire la suite...
 
Le Burundi a plongé dans le classement mondial de la liberté de la presse Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 02-11-2016

2-Novembre : au Burundi, une liberté de la presse extrêmement limitée

 Le Burundi est plongé dans une grave crise politique depuis fin avril 2015 et la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat jugé illégal par l'opposition, et qu'il a finalement obtenu.

Cette crise a eu des conséquences catastrophiques sur la liberté de la presse au Burundi. Reporters sans frontières (RSF) parle de « dégradation rapide et grave de la situation » depuis le début de la crise au Burundi, un pays donné jusque-là en exemple pour le dynamisme de ses stations indépendantes. En l'espace de quelques mois, il a plongé de 11 places dans le classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF chaque année.

Lire la suite...
 
Nkurunziza dans le Club des "Prédateurs de la liberté de la presse" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Reporters sans frontières, 02.11.2016

 RSF publie sa liste noire des prédateurs de la liberté de la presse

À l’occasion de la journée mondiale de lutte contre l’impunité des crimes commis contre les journalistes, Reporters sans frontières (RSF) publie, ce 2 novembre, une sombre galerie de portraits : ceux de 35 chefs d’Etat, hommes politiques, chefs religieux, milices et organisations criminelles qui censurent, emprisonnent, torturent ou assassinent les journalistes. Ces prédateurs sévissent pour la plupart depuis des années, voire des décennies.

Lire la suite...
 
Disparition de Jean Bigirimana : action de RSF à l'ambassade du Burundi à Paris Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 29-10-2016

 Cela fait 100 jours que le journaliste burundais Jean Bigirimana a disparu alors qu'il était dans le centre du pays pour un reportage du journal indépendant Iwacu.

Reporters sans frontière a voulu marquer ce triste anniversaire en allant déposer à l'ambassade du Burundi à Paris une pétition qui a recueilli plus de 11000 signatures et qui demande l'ouverture d'une enquête indépendante sur cette disparition, survenue selon des témoins après son arrestation par les services secrets burundais. Ce que la police a toujours nié. Vendredi matin 28 octobre, l'organisation avait préparé une opération spectaculaire.

Lire la suite...
 
Affaire Bigirimana : "Un message de terreur envoyé à toute la profession" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Deutsche Welle, 28.10.2016

Toujours pas de nouvelle de Jean Bigirimana

Des organisations de défenses des journalistes comme Reporters sans frontières et le Comité de protection des journalistes exigent que toute la lumière soit faite sur la disparition du journaliste burundais. 

L'arrestation et la disparition de Jean Bigirimana, qui semble avoir été livré aux mains des services nationaux de renseignements, remontent au 22 juillet dernier. Depuis, personne ne sait où il se trouve et encore moins de ce qui lui est arrivé. 

Lire la suite...
 
HRW : "Le Burundi a fait un grand pas en arrière en se retirant de la CPI" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Human Rights Watch, 28 septembre 2016

Burundi : Le retrait de la CPI est une perte majeure pour les victimes

Cette dernière mesure témoigne du mépris du gouvernement pour les victimes

(Nairobi) – Le Burundi a fait un grand pas en arrière en se retirant officiellement de la Cour pénale internationale, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Les autres membres africains de la CPI devraient se démarquer du retrait du Burundi et affirmer leur soutien quant à la justice pour les victimes des crimes les plus graves.

Lire la suite...
 
Burundi : RSF dénonce "un véritable coup de force" contre journalistes et médias Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Reporters sans frontières, 26.10.2016

BURUNDI

Nouveau tour de vis du gouvernement burundais à l’encontre de la presse

En l’espace de deux jours, les autorités burundaises ont procédé à un véritable coup de force, arrêtant des journalistes et censurant plusieurs médias.

Le 24 octobre 2016, une ordonnance signée par le ministre de l’Intérieur et de la Formation patriotique, Pascal Barangadyie, a annoncé la suspension provisoire de cinq associations sans but lucratif, des associations de promotion des droits de l’homme qui seraient ”de nature à perturber l’ordre et la sûreté de l’Etat”, selon le communiqué.

Lire la suite...
 
FIDH condamne les sanctions contre plusieurs associations au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

FIDH, 26/10/2016

BURUNDI : Le gouvernement continue de porter atteinte à la liberté d’association des défenseurs

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (partenariat OMCT-FIDH) condamne fermement la suspension provisoire de 5 associations sans but lucratif burundaises décrétée par ordonnance ministérielle du 24 octobre 2016, ainsi que la radiation définitive de 5 autres ONG par ordonnance du 19 octobre. Ces deux développements attentatoires à la liberté d’association ont pour unique but de réprimer toute activité indépendante de protection des droits humains au Burundi.

Lire la suite...
 
Une réforme fait craindre un nouveau tour de vis pour la presse burundaise Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 26 octobre 2016

Au Burundi, le président du Conseil national de la communication, l’organe chargé de la régulation des médias, annonce qu’une réforme de la loi régissant la presse est à l’étude. Une nouvelle qui suscite l’inquiétude, d’autant que les arrestations et disparitions de journalistes se poursuivent dans le pays et que les autorités viennent de prendre de nouvelles mesures restrictives contre la presse. Ce lundi, une émission de radio a été suspendue un mois pour avoir diffusé une chanson aux paroles engagées.

Lire la suite...
 
Burundi : le CNC plaide pour la protection "physique" des journalistes Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 25/10/2016 - Source Xinhua

 La protection "physique" des journalistes doit être au cœur de la loi de la presse au Burundi, estime M. Ramadhan Karenga (photo), journaliste de profession, ancien ministre burundais de l'Information et actuel président du Conseil National de la Communication (CNC).

"Le problème crucial d'actualité, c'est cette préoccupation omniprésente portant sur la sécurité physique des journalistes et de leurs matériels pour pouvoir fonctionner normalement", a-t-il affirmé mardi à Bujumbura au cours d'une une interview accordée à Xinhua en marge d'une session d'information à des représentants des médias opérationnels au Burundi.

Lire la suite...
 
Pétition pour une enquête sur la disparition d’un journaliste burundais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Reporters sans frontières, 25.10.2016

Cela fait bientôt 100 jours que Jean Bigirimana a disparu

Chers adhérents, chers bénévoles, chers amis,

Cela fera bientôt 100 jours que Jean Bigirimana, collaborateur d'Iwacu et d'Infos Grands Lacs, a disparu au Burundi. Il a été vu pour la dernière fois le 22 juillet, à Muramvya, alors qu’il était arrêté par des agents du service de renseignement.

Nous vous invitons à rejoindre les près de 10 000 signataires de la pétition demandant l’ouverture d’une enquête indépendante sur la disparition du journaliste Jean Bigirimana. 

Lire la suite...
 
Burundi : le journaliste Yihundimpundu "n’est pas complètement tiré d’affaire" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 25 octobre 2016

Médias au Burundi : Gildas Yihundimpundu et son chauffeur ont été libérés

Au Burundi, le journaliste Gildas Yihundimpundu, arrêté dimanche alors qu'il était avec une consoeur américaine, Julia Steers, dans le quartier de Mutakura à Bujumbura, a été libéré ce lundi 24 octobre. La journaliste américaine a été immédiatement relâchée mais Gildas Yihudimpundu, et leur chauffeur, ont eux été placés en garde à vue au SNR, le Service national de renseignement. Gildas et son chauffeur sont désormais libres...

Lire la suite...
 
Burundi : la liste des associations châtiées s’est allongée Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Jeune Afrique, 25 octobre 2016

Burundi : dix organisations de la société civile radiées ou suspendues et deux médias sanctionnés

Cinq organisations de la société civile viennent d’être radiées, cinq autres suspendues par le ministère de l’Intérieur. Presqu’au même moment, le Conseil national de la communication met en garde une radio et suspend une émission pour une chanson « inappropriée ».

Lire la suite...
 
Burundi : cinq Ong radiées Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

BBC Afrique, 25 octobre 2016

Cinq organisations de la société civile burundaise ont été radiées définitivement de la liste des associations à but non lucratif.

Parmi les structures visées figure l'Association pour la promotion et la protection des droits des prisonniers, le Forum pour la conscience et le développement, le Forum pour le renforcement ainsi que l'Association contre la torture. Ces organisations font partie d'une dizaine d'associations suspendues au mois de novembre 2015.

Lire la suite...
 
Burundi : les activités de cinq ASBL "suspendues provisoirement" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 24/10/2016 - Source Xinhua

Le ministre burundais de l'Intérieur et de la Formation Patriotique, Pascal Barandagiye (photo), a signé lundi à Bujumbura une ordonnance ministérielle portant "suspension provisoire" de cinq ASBL (Associations Sans But Lucratif) burundaises.

Les organisations de la société civile (OSC) frappées par cette décision, sont la Coalition de la Société Civile pour le Monitoring Electoral (COSOME), la Coalition Burundaise pour la Cour Pénale Internationale (CB-CPI), l'Union Burundaise des Journalistes (UBJ), la Ligue Burundaise des Droits de l'Homme (ITEKA) et SOS-Torture/Burundi.

Lire la suite...
 
Burundi : le gouvernement radie cinq organisations de la liste des ASBL Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 24 octobre 2016

Au Burundi, le ministère de l'Intérieur a radié cinq ONG de défense des droits de l'homme de la liste des associations sans but lucratif (ASBL). En cause : elles n’auraient pas répondu à la justice burundaise, selon le gouvernement.

Les cinq associations concernées sont l'Aprodh, le Forsc, le Focode, le Réseau des citoyens probes et l'ACAT. Elles faisaient partie de la dizaine d'ASBL qui avaient été suspendues en novembre 2015.

Lire la suite...
 
Cinq organisations de la société civile radiées au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le Temps, 24/10/2016

Les persécutions et les restrictions de tous genres s’intensifient au pays de Pierre Nkurunziza, le Président contesté du pays. Cette fois-ci c’est cinq grandes organisations de la société civile et de lutte pour les droits humains qui sont frappées de bannissement. Il s’agit de FORSC, FOCODE, ACAT, APRODH, RCP qui viennent d’être radiées.

Les autorités burundaises accusent ces organisations d’avoir continué à travailler dans le pays alors qu’elles étaient suspendues, également d’avoir terni l’image de leur pays et semé la haine et la division au sein de la population burundaise.

Lire la suite...
 
Le Burundi cherche à cacher ses crimes, accusent des ONG Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 15/10/2016 - Source AFP

Plusieurs ONG de défense des droits de l'Homme ont déploré vendredi le vote du Parlement burundais en faveur du retrait de la Cour pénale internationale (CPI) en avertissant que le gouvernement de Bujumbura tentait ainsi de dissimuler au monde des violations des droits de l'Homme.

"Nos organisations réitèrent leurs appels à la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, pour ouvrir dans les plus brefs délais une enquête sur la situation au Burundi afin que les auteurs des graves crimes commis ne demeurent pas impunis", selon un communiqué.

Lire la suite...
 
Burundi : "Le retrait de la CPI est un aveu de culpabilité de la part du régime" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

France 24, 15/10/2016

La volonté du Burundi de se retirer de la Cour pénale internationale (CPI) est un moyen pour le régime de Bujumbura de cacher ses crimes, estime la Fédération internationale des droits de l'Homme qui exhorte la juridiction de La Haye à agir vite.

Pour les ONG, le temps presse. Alors que le Parlement du Burundi a approuvé, mercredi 12 octobre, un projet de loi prévoyant que Bujumbura se retire de la Cour pénale internationale (CPI), plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme demandent à La Haye d’ouvrir une procédure judiciaire "dans les plus brefs délais" afin que "les auteurs des graves crimes commis ne demeurent pas impunis".

Lire la suite...
 
FIDH et la ligue ITEKA déplorent le retrait du Burundi du Statut de la CPI Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

FIDH, 14 octobre 2016

Burundi : retrait de la CPI et rupture de la coopération internationale sur fond de perpétration continue de crimes internationaux  

(Paris, Bujumbura) - La FIDH et son organisation membre au Burundi, la ligue ITEKA, déplorent le vote massif des députés et sénateurs burundais, le 12 octobre 2016, en faveur d’un retrait du Burundi du Statut de la Cour pénale internationale (CPI), auquel il avait adhéré dès 2004 [1].

Cette décision, qui fait du Burundi le premier État à se retirer de la CPI, intervient deux jours après la suspension par le gouvernement de la coopération [2] avec le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme, alors que de graves violations des droits humains continuent d’être perpétrées dans le pays.

Lire l’intégralité du Communiqué

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 51 - 75 sur 1067

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017