topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Hommage / Commémoration Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 21/10/2017

NDADAYE, Héros de la démocratie, sauvagement assassiné le 21 octobre 1993

Feu Président Melchior NdadayeLe 21 octobre 1993 est assassiné le premier Président démocratiquement élu au Burundi, S.E. Melchior NDADAYE, par l’armée en rébellion contre les institutions démocratiquement élues en juin de la même année. Les successeurs constitutionnels du président de la République, le président et le vice-président de l’Assemblée Nationale, Pontien KARIBWAMI et Gilles BILMAZUBUTE sont enlevés, puis torturés à mort.

D’autres hauts dignitaires, compagnons de lutte de NDADAYE, sont assassinés simultanément, à des endroits différents du pays, selon un même mode opératoire, ce qui démontre la préméditation, la coordination et l’existence de méthodes concertées et prescrites pour l’élimination des personnes visées. Parmi celles-ci Juvénal NDAYIKEZA, ministre de l’Intérieur, Richard NDIKUMWAMI, administrateur Général de la Sûreté, Joachim NURWAKERA, Gouverneur de Gitega, et Englebert SENTAMO, Gouverneur de Karuzi. D’autres parviendront à fuir.

Lire la suite...
 
Ndadaye : Eléments biographiques Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Melchior NDADAYE : Héros de la Démocratie

Premier Président démocratiquement élu au Burundi

Eléments biographiques extraits du livre "Biographie du Président Melchior NDADAYE - L'Homme et son Destin" de Raphaël NTIBAZONKIZA - Edition Bulgarian Helsinki Committee

Melchior NdadayeMelchior NDADAYE est né le 28 mars 1953 à Murama, commune Nyabihanga, province de Muramvya. Fils de Pie NDADAYE et Thérèse BANDUSHUBWEBGE, il était l'aîné de 10 enfants, dont 7 étaient encore en vie avant sa propre mort : 3 garçons et 4 filles. Il était marié à Laurence NININAHAZWE et père de trois enfants : Guéva, Tika et Libertas. Il est mort assassiné le 21 octobre 1993.

En ce qui concerne sa formation intellectuelle : Melchior NDADAYE a fait ses études primaires de 1960 à 1966 à Mbogora (province de Gitega). De 1966 à 1972, il a fréquenté l'Ecole normale de Gitega qu'il a dû quitter en 1972 suite aux "événements" dramatiques qui secouaient son pays natal : le Burundi.

Lire la suite...
 
In Memoriam : Autographe de Melchior Ndadaye Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 24/10/2012

Ce que le passé composé a refusé au futur simple

Par Régine Cirondeye, Ottawa, Canada

Le passé composé

Les années avancent, une à une, depuis que Melchior Ndadaye (1953-1993), le héros de la démocratie au Burundi nous a quitté, à 40 ans, dans des conditions catastrophiques et bien «à côté de la plaque». Beaucoup d’encre a coulé et continue à couler sur ce crime sybarite, avec des détails plus morbides qu’avant. Et, hélas, les assassins ne possèdent toujours pas le pactole.

Loin de moi l’idée de raviver les plaies creusées plus en profondeur dans les cœurs et les âmes du Burundi par cette tragédie, c’est du passé composé. Nonobstant  ...

Lire la suite...
 
Le récit du calvaire de Melchior Ndadaye Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 21/10/2012

Les derniers instants du Président Melchior NDADAYE

Par Hassan NGENDAKUMANA

Le jeudi 21 octobre 1993, un coup d'État militaire avait lieu à Bujumbura au cours duquel le Président Ndadaye a été assassiné. Vous trouverez une description détaillée heure par heure et minute par minute de ces événements.

Déroulements des faits

(Extrait du Rapport de l’ONU : S/1996/682 du 22 août 1996)

3 juillet 1993

Le 3 juillet 1993, des hommes du 2e bataillon commando ont fait une tentative de coup d'État peu de temps avant la prestation de serment du Président Melchior Ndadaye. La tentative de coup d'État a échoué et ordre a été donné d'arrêter plusieurs officiers et soldats, parmi lesquels le lieutenant-colonel Sylvestre Ningaba, qui avait été Chef de cabinet du Président Buyoya, le major Bernard Buzokosa, le major Jean Rumbete, le capitaine René Bucumi, le capitaine François-Xavier Nintunze et le commandant Hilaire Ntakiyica.

Lire la suite...
 
Témoignage sur Melchior Ndadaye, par Régine Cirondeye Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 25/10/2009

Témoignage sur Melchior Ndadaye

Par Régine Cirondeye

Ottawa, Canada

Octobre 2009

Laurence Ndadaye, et famille,

Au nom de certain(e)s qui ont connu le Héros de la Démocratie du Burundi, et qui pourront se reconnaître dans cette missive, humblement, recevez un écho des larmes sourdes et muettes, séchées plus vite que les vôtres, et ceux de vos proches, de gré, de force, de honte ou d’effroi.

Ces larmes sont celles de certain(e)s des employés et employées de l’ancienne Meridian BIAO Bank Burundi (MBBB), qui ont aimé à leur façon, votre auguste époux.

Ces larmes, contre vents et marées, ont coulé vers le haut[1], mais avec le temps, elles  rejoignent nos joues en contournant des rides qui n’y étaient pas en 1993.

Lire la suite...
 
Ndadaye : Les cérémonies de funérailles Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Lundi 6 décembre 1993 - Les funérailles nationales

Extraits du livre "Biographie du Président Melchior NDADAYE - L'Homme et son Destin"

de Raphaël NTIBAZONKIZA - Edition Bulgarian Helsinki Committee

Ndadaye FuneraillesCelles-ci avaient été prévues pour le samedi 27 novembre. Elles furent reportées au lundi 6 décembre, à cause de l'insécurité encore régnante sur tout le territoire national, ce qui empêchait un grand nombre de Burundais de se rendre à Bujumbura. Cependant, cette situation ne s'était pas encore améliorée à la date du 6 décembre, mais les obsèques furent maintenues.

Deux jours avant les funérailles, les corps de 8 victimes tombées sous les balles des putschistes sont exposés, en chapelle ardente, au stade FFB, situé au centre de Bujumbura. Le public est autorisé à venir se recueillir devant les cercueils. Ceux-ci ont été alignés autour du Chef de l'Etat, Son Excellence Melchior NDADAYE. De source bien informées, un seul cercueil est vide : celui de l'Honorable Gilles BIMAZUBUTE. On n'aurait pas réussi à retrouver sa dépouille mortelle, car les militaires qui l'ont assassiné l'auraient jeté dans une rivière proche de la Rusizi, à quelques kilomètres de la capitale…

Lire la suite...
 
Ndadaye vu par "Ijambo – Les quatre vérités" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Melchior NDADAYE, démocrate et homme d’Etat burundais

vu par Ijambo – Les quatre vérités, organe d’expression de l’ARIB, asbl.

Feu Président Melchior NdadayeDepuis que l’ARIB est née, en février 1995, un homme a fait l’unanimité autour de lui, au sein de notre association : Melchior NDADAYE. Dès le premier numéro de notre revue d’information, Ijambo – Les quatre vérités, nous lui avons rendu hommage, en inscrivant autour de sa photo : « Hommage aux martyrs de la démocratie burundaise ! Feu S.E. Melchior NDADAYE, Premier Président de la République du Burundi démocratiquement élu ». Cette photo et cette légende ont orné chacun des 53 numéros de notre revue publiée jusqu’en juin 2001. C’est dire l’attachement que nous lui portons.

Vous trouverez, ci-dessous, quelques écrits parus dans Ijambo – Les quatre vérités consacrés à l’homme, sa vision politique, les réalités burundaises avec lesquelles il a interagi, ainsi que les développements dramatiques qui ont suivi son assassinat, le 21 octobre 1993.

Lire la suite...
 
NDADAYE constitue un monument humain, un modèle révolutionnaire Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

EDITORIAL : L’héritage de NDADAYE

Par Cyriaque SABINDEMYI - Ijambo – Les quatre vérités, N° - Octobre 1998

Feu Président Melchior NdadayeAprès une long parcours du combattant, avec comme étapes marquantes l’exil, le retour d’exil, l’opposition dans la clandestinité, l’emprisonnement, la campagne électorale et les trois mois à la magistrature suprême, NDADAYE est mort sauvagement assassiné par une armée sans scrupule. Il est mort président de la République du Burundi, le 21 octobre 1993. Il est mort dans la fleur de l’âge, après une ascension fulgurante, jusqu’au sommet de l’Etat. Mais, comme tous les grands de ce monde, il est parti en laissant au peuple burundais un héritage considérable.

Lire la suite...
 
Les germes de la crise burundaise en deux termes : injustice et exclusion Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le putsch contre la démocratie a quatre ans

Par Hon. Jean-Marie SINDAYIGAYA - Ijambo – Les quatre vérités, N° - Octobre 1997

L’autre apartheid

Aucun peuple au monde n’accepte indéfiniment de subir l’humiliation. Les germes permanents de la crise burundaise se résument en deux termes: l’injustice et l’exclusion. En Afrique du Sud, l’exclusion et le pouvoir s’identifiaient à une race; au Burundi, ils s’identifient à une ethnie, qui sans gérer le pouvoir en tant qu’ethnie est l’otage d’une oligarchie qui opprime et tue en son nom depuis près de quatre décennies.

Cet apartheid est à ce point commun aux deux odieux systèmes qu’à Bujumbura il s’est constitué des « townships » et des quartiers « réservés ». Depuis des décennies il n’y a pas plus de 5% de Hutu propriétaires de résidences dans le quartier haut standing de Kiriri alors que les Hutu constituent plus de 80% de la population. La ségrégation arriva finalement à un stade tel que lorsque le quartier à moyen standing de Kinindo, construit pour les cadres tutsi a commencé à accueillir quelques cadres hutu l’élite tutsi n’a pas hésité à commenter la situation dans la rue en ces termes très humiliants: « ce quartier pue maintenant ».

Lire la suite...
 
Le peuple burundais réalise un exploit : dire NON à l'armée criminelle Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

De la révolution pacifique à la révolution armée

Par Cyriaque SABINDEMYI - Ijambo – Les quatre vérités, N° - Octobre 1996

0. Le peuple burundais enfin debout.

En trois ans, le peuple burundais vient de réaliser un exploit. Personne n'aurait jamais cru en effet que ce peuple maltraité, opprimé et massacré fût capable de lever la tête, de s'organiser, de dire NON à l'armée criminelle, de l'affronter et de la mettre à mal. Pacifique et sans armes jusqu'au coup de force militaire du 21 octobre 1993 le peuple, acculé par l'armée, s'est rendu compte, non sans quelques lenteurs, qu'il fallait se défendre à tout prix pour ne pas être décimé.

Comme toute révolution, la révolution burundaise se fait dans la douleur et le sang. De nombreuses victimes sont à regretter, car l'ennemi dispose de beaucoup de moyens militaires, accumulés par l'Etat criminel depuis les premières années de l'indépendance.

Mais tout semble indiquer que rien ne pourra venir à bout de la détermination de ce peuple longtemps meurtri.

Lire la suite...
 
21 octobre 1993 : L'armée pose un acte irréparable Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

EDITORIAL

Par La Rédaction - Ijambo – Les quatre vérités, N° - Octobre 1996

21 octobre 1993 - 21 octobre 1996. Il y a trois ans, la folie meurtrière conduisait l'armée à poser un acte irréparable. L'assassinat de son Excellence le Président Melchior NDADAYE, et d'autres autorités issues du FRODEBU, allait plonger le pays dans un gouffre sans fond.

Depuis ce jour, le pays n'a jamais recouvré la sécurité. Trois ans se sont écoulés, emportant pratiquement chaque jour des citoyens burundais sans défense. Trois ans d'engrenage de la violence partout dans le pays, de crimes massifs, de souffrances inouïes, de peurs, d'exils, de pleurs. Trois ans de menaces, de chantage, de pression d'un côté, de traumatismes, de compromissions et de naïveté ou de mauvais calcul de l’autre.

Lire la suite...
 

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher