topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : l'opposition exige l'annulation de l'enregistrement des électeurs Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

@rib News, 10/12/2014 – Source AFP

Les 18 partis d'opposition du Burundi, unis pour la première fois, ont demandé mercredi à la commission électorale "l'annulation" des opérations d'inscription sur les listes électorales, accusant de "fraude massive" le parti au pouvoir.

Depuis le début, fin novembre, du processus conduit par la Commission électorale nationale indépendante (Céni), médias, opposition et société civile ont dénoncé des fraudes et des irrégularités.

"Depuis que le processus d'enrôlement des électeurs a commencé, la Céni a déjà reçu les preuves innombrables d'une opération de fraude massive organisée par le parti au pouvoir", ont affirmé les dirigeants des partis d'opposition dans une lettre adressée à la commission.

"Nous vous demandons d'annuler le résultat du pseudo-enrôlement", ont-ils ajouté dans cette lettre dont copie a été distribuée à la presse, dénonçant notamment des "fraudes à la carte d'identité".

Une coalition de l'opposition, l'Alliance démocratique pour le changement (ADC-Ikibiri) qui regroupe une dizaine de partis, avait déjà dénoncé la "distribution massive" de cartes d'identité aux membres du parti au pouvoir par les administrations locales, et leur refus d'en délivrer aux sympathisants de l'opposition.

Dimanche, l'influente conférence des évêques catholiques du Burundi avait fait état de "beaucoup d'irrégularités" dans les opérations d'enregistrement.

Le ministre de l'Intérieur Edouard Nduwimana a lui-même reconnu "pas mal d'irrégularités".

"La Céni partage le constat qu'il y a eu un certain dysfonctionnement", a déclaré mercredi le président de la commission, Pierre-Claver Ndayicariye, lors d'une conférence de presse.

"Les instruments pour l'organisation d'un scrutin juste, équitable et transparent existent", a-t-il cependant assuré, évoquant notamment "l'encre indélébile que l'on mettra sur le doigt de chaque électeur".

Selon la Céni, quelque 3,2 millions d'électeurs avaient été enregistrés lundi soir, alors que l'Institut des statistiques du Burundi estime le nombre d'électeurs à 4,8 millions. Le processus a été prolongé jusqu'au vendredi 12 décembre.

La communauté internationale a exprimé depuis plusieurs mois ses inquiétudes sur les tensions croissantes au Burundi à l'approche des élections de 2015, sur fond de violence politique et d'entraves aux libertés.

Dans une note confidentielle qui avait fuité, l'ONU a fait état de distributions d'armes à des membres de l'aile jeunesse du parti au pouvoir, ce que Bujumbura a démenti.

L'histoire de ce petit pays des Grands Lacs est jalonnée de massacres ethniques et le pays a connu une sanglante guerre civile entre 1993 et 2006. Les précédentes élections de 2010, boycottées par l'opposition, avaient débouché sur des violences.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher