topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
"Nkurunziza se considère comme le 13è apôtre du Christ", titre la presse africaine Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

Le Pays, 16/02/2015

 VELLEITES DU PRESIDENT BURUNDAIS DE S’ACCROCHER AU POUVOIR :

Nkurunziza, 13e apôtre du Christ

Un collectif regroupant 304 organisations de la société civile demande au président du Burundi, Pierre Nkurunziza, d’annoncer officiellement qu’il ne sera pas candidat à l’élection présidentielle de juin 2015. A cinq mois de cette échéance, tout porte à croire que l’homme fort de Bujumbura passera outre cet appel pour s’accrocher au pouvoir, quitte à mettre son pays dans le chaos et la violence politique.

En effet, après avoir tenté vainement d’utiliser l’Assemblée nationale pour charcuter la loi fondamentale de son pays, Nkurunziza, par l’entremise de la cellule de communication de la présidence de la République, a opposé une fin de non recevoir à la demande de la société civile, le vendredi 13 février dernier.

Le compte à rebours a commencé et le peuple burundais voit les jours s’égrener avec la peur au ventre. Cette peur est liée à la volonté d’un homme de confisquer le pouvoir, en renvoyant aux calendes burundaises toute idée d’alternance, advienne que pourra.

Pourtant, les accords d’Arusha, signés en 2000 sous la houlette de Nelson Mandela et grâce auxquels le Burundi, après des années de déchirements politiques sur fond de haine ethnique, avait retrouvé une relative stabilité, ont été suffisamment explicites sur la question de la limitation du nombre de mandats présidentiels : un mandat renouvelable une et une seule fois, soit 10 ans au maximum.

Mais, l’ancien professeur d’éducation physique et ancien rebelle, devenu président de la République, semble n’en avoir cure. Pour lui, le Burundi a été taillé rien qu’à sa mesure. Le pays ne peut donc s’offrir le luxe de se séparer de ses services, après seulement 10 ans. Cette dimension messianique qu’il a façonnée pour sa personne, représente, de toute évidence, une sérieuse menace pour l’alternance et partant, pour la paix sociale et la démocratie. En effet, l’homme en est arrivé à croire, aidé en cela par les prophéties criminelles des courtisans qui ont élu domicile à la présidence,   qu’il a été désigné par Dieu pour régner à vie sur le Burundi.

Nkurunziza n’est pas un cheveu sur la soupe

Les prêches auxquels le président se livre tous les dimanches dans son église, puisqu’il est pasteur évangélique en plus d’être chef de l’Etat du Burundi, peuvent être invoqués pour soutenir le fait que l’homme se considère comme le 13e  apôtre du Christ.

Il n’est donc pas à prendre pour un Burundais au même titre que les autres. De ce point de vue, Nkurunziza pourrait  percevoir sa velléité de ne point quitter le pouvoir comme l’exécution d’une mission divine à lui seul confiée. Sacré Nkurunziza ! Peut-on être tenté de s’exclamer.

Mais bien que cela soit révoltant, le comportement du président burundais ne doit étonner personne pour deux raison essentielles.

D’abord, Nkurunziza est dans une logique de dictateur. Ainsi croit-il dur comme fer, par exemple, que ce qui est arrivé au Burkina les 30 et 31 octobre 2014 derniers et qui a entraîné la chute de Blaise Compaoré, ne peut en aucun cas inspirer le peuple burundais. Comme Saint Thomas, il attend de voir pour croire. Aveuglé par la boulimie du pouvoir et caressé au quotidien dans le sens du poil par ses partisans qui ne voient que leurs intérêts matériels, Nkurunziza a fini par se convaincre que la démocratie, à la saveur burundaise, n’a pas besoin d’alternance pour fonctionner.

Et ni la proximité de la RDC où la rue avait grondé pour dire à Joseph Kabila de ne pas tripatouiller la Constitution, ni les sorties violentes des peuples de certains autres pays pour intimer aux princes qui les gouvernent de passer la main, n’ont encore suffi à contraindre Nkurunziza à revenir à de meilleurs sentiments, en changeant de paradigme politique.

Ainsi sont faits les dictateurs et les tripatouilleurs de  Constitutions de tous les pays. Leur entêtement pathologique à confisquer le pouvoir est difficilement guérissable. Cet attachement pathologique au pouvoir est d’ailleurs observable dans pratiquement tous les pays de l’Afrique centrale et de la région des Grands lacs. Nkurunziza n’est donc pas un cheveu sur la soupe. Il est un élément qui s’intègre harmonieusement dans un espace géographique peuplé de prédateurs de la démocratie.

L’autre raison qui pourrait expliquer le fait que le président du Burundi se considère comme l’Alpha et l’Omega de son pays, est liée à la nature de la Constitution du Burundi.

En effet, au pays de Nkurunziza comme d’ailleurs dans la plupart des pays francophones d’Afrique, l’on peut faire le constat que les Constitutions sont de type présidentialiste. Le président, dans ce contexte, est un demi-dieu, si fait que même les démocrates venus à la fonction nouvellement, peuvent être tentés de basculer dans l’autocratie.

C’est pourquoi les Africains  doivent impérativement travailler à se doter de Constitutions qui ne permettent pas à un seul homme, quelle que soit sa valeur intrinsèque, de croire, une fois au sommet de l’Etat, qu’il est sorti de la cuisse de Jupiter.

Pousdem PICKOU

NdlR : Le Pays est un quotidien d'un groupe de presse privé du Burkina Faso

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher