topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Les tenants du pouvoir craignent de devoir rendre des comptes Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

Le Soir, 8 mars 2015

Burundi : Bob Rugurika, le journaliste qui fait battre les coeurs

Le carnet de Colette Braeckman

Bujumbura,

« Lorsque j’ai été libéré, le 19 février, j’ai découvert que les gens avaient passé la nuit devant la prison, craignant que l’on me fasse disparaître. Et, alors que je m’attendais à être accueilli par quelques dizaines de militants, j’ai été stupéfait de constater que, de Bugarama jusque Bujumbura, les rues étaient noires de monde… Une telle mobilisation citoyenne pour un journaliste, voilà qui donne de la valeur à mon travail d’investigation… »

Bob Rugurika, directeur de la Radio Publique africaine, la meilleure des radios privées du Burundi, n’en revient toujours pas d’avoir suscité, après un mois de détention, l’une des plus importantes manifestations populaires de l’histoire du pays. Une mobilisation dans laquelle beaucoup ont vu un message adressé au chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005 et qui entend se représenter pour un troisième mandat, non prévu par la Constitution, projet qui divise même sa propre majorité constituée autour du parti CNDD-FDD (Forces pour la défense de la démocratie).

Modeste, extraordinairement détendu, Bob Rugurika s’étonne de son aura au sein de l’opinion, comme s’il sous estimait l’importance des révélations qu’il « balança » en début d’année : « alors que l’assassinat, les 7 et 8 septembre 2014, de trois religieuses italiennes, âgées de 85,75 et 76 ans, égorgées dans la paroisse de Kamenge, était passé quasiment inaperçu, j’ai pu, par la suite, retrouver l’un des assassins. Cet homme m’a raconté, au micro, comment les sœurs avaient été égorgées, deux la première nuit, et la troisième assassinée par un tueur qui avait réussi à demeurer caché dans la maison !

Le tueur a expliqué aussi que les religieuses, qui venaient de rentrer du Congo, en savaient trop : elles détenaient des informations relatives aux entraînements, en territoire congolais, de miliciens Imbonerakure, dont certains se seraient fait soigner à l’hôpital de Luvungi au Sud Kivu… » Bob conclut : « tout le monde a compris qu’en me faisant arrêter parce que j’avais révélé les véritables mobiles de cet assassinat, le pouvoir avait pratiquement confirmé son implication… »

Il y a des mois en effet que la société civile burundaise dénonce la mise en place de milices « Imbonerakure » qui, pour le compte du parti au pouvoir, font régner la peur dans les campagnes et menacent tous ceux qui, en mai prochain, oseraient refuser leur voix au président sortant. Bob Rugurika, pour sa part, relève que la répression atteint désormais des niveaux inégalés : « plus de trente personnalités, dont 10 journalistes, des syndicalistes, des militants de la société civile, des défenseurs des droits de l’homme ont été mis en prison…Le numéro deux de l’OLUCOME (organisation de lutte contre la corruption) a été assassiné… C’est pire que du temps de Bagaza (homme fort du Burundi dans les années 80…) »

Alors que quatre ex-présidents (Jean-Baptiste Bagaza, Pierre Buyoya, Sylvestre Ntibantunganya et Domitien Ndayizeye) vivent tranquillement au pays après avoir cédé le pouvoir, pourquoi Pierre Nkurunziza, familièrement appelé « Pieter », refuse-t-il cette perspective ? « Les militants de son parti, qui ont longtemps mené la lutte armée, ont gardé une mentalité de guerilleros » nous explique un « Bashingantahe » (sage) qui tient à demeurer anonyme « ils ont quitté la forêt mais la forêt ne les a pas quittés. En outre le niveau de corruption, d’enrichissement individuel a atteint des sommets et les tenants du pouvoir craignent de devoir rendre des comptes… »

Alors que, d’ici un mois, le président sortant devra confirmer ou non sa candidature, la classe politique demeure divisée. L’opposition ne s’est pas mise d’accord pour présenter un candidat unique et le pouvoir lui-même présente des failles : le nouveau chef de la « documentation nationale (les services de sécurité) vient d’être limogé parce qu’il avait démontré combien il serait dangereux de briguer un troisième mandat tandis que Hussein Radjabu, qui avait été le charismatique fondateur du CNDD et le grand rival de Nkurunziza avant d’être jeté en prison, vient de s’évader…

Le Burundi retient son souffle car dans la forêt, des armes dorment encore et l’armée n’a pas dit son dernier mot.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher