topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Alexis Sinduhije appelle à instaurer une pensée politique au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

@rib News, 12/05/2015

A quand la pensée Politique au Burundi ?

Par Alexis Sinduhije.

Non, non, non…STOP !  

De toute Urgence, il faut s’éveiller à l’intelligence.

Ce qui se passe au Burundi en ce mois de mai  2015 n’a rien d’un événement politique. Ce qui est en jeu, comme la communauté internationale semble le percevoir, ne comporte rien d’une quelconque réflexion ou ambition pour le pays. Il s’agit tout simplement de la confiscation du pouvoir par un homme. Une spoliation en réalité. Qui n’a pu se bâtir qu’avec la mainmise d’un système aux affaires depuis dix ans sur le fondement de la démocratie : le débat public.

De biens grands mots pour décrire une situation aussi tragique qu’attendue, car une fois encore le cycle d’une élection de la sous-région s’abime dans le narcissisme délirant d’un président prêt à entrainer dans son obstination l’ensemble d’une population. 

Cependant, cette espèce d’emballement morbide autour du pouvoir révèle avec cruauté combien les dirigeants du pays se sont obstinés à saper le fondement du développement national, pour parvenir à détruire l’intelligence, à étouffer la pensée. 

Arusha et sa démocratie devaient être l’aube de notre modernité, de notre sérénité, soit la capacité de régler par le seul débat les questions qui importent chaque citoyen burundais,  la paix, la liberté, l‘égalité, la prospérité. Hélas, les maudits apothicaires à la tête de l’état se sont évertués à éradiquer toute réflexion : les faits sont là, en 2015 notre pays est toujours incapable de produire une pensée politique.

Alors qu’il s’agirait de s’affronter autour d’une vision d’avenir de la Nation, alors que le moment électoral devrait nous voir exposer nos projets concrets, alors que nous devrions parler de l’économie agricole, de l’énergie, de l’éducation, de la fiscalité, de justice, à coup de programmes, d’expertises, d’un vrai travail politique exprimé dans la certitude que penser ,imaginer et rêver pour le Burundi ne puisse jamais vous conduire en prison, voici donc ce que nous offre la triste obstination de notre dirigeant : la répétition d’un drame fait de sang et de larmes. Pourquoi ici, des jeunes doivent-ils mourir pour leurs idées et leurs mamans les pleurer toute une vie ? Aucun mot, aucun discours, aucun ordre, ne peut excuser cela. Désormais en lieu et place d’un programme électoral ce sera du sang qui coulera de votre bouche, vous les officiers ministre et présidents qui tiennent à ce point à votre pouvoir de kalachnikovs…

Comprenez-vous M. Nkurunziza que vous menez le pays dans un mur ?

Et les autres ? Ceux qui espèrent tirer une miette du gâteau rassis que serait prêt à nous resservir le Cndd-fdd et ses Imbonerakure….: votre compromission à un pouvoir qui opprime l’intelligence achève de vous discréditer ! Du balai ! Le sérail que l’on dit « politique » de Bujumbura se drape une fois de plus dans son étole de sang pour masquer l’absolue transparence de sa raison.

OUI, oui, oui… je veux pouvoir parler de mes rêves pour le pays et des moyens réalistes qui pourraient faire de la Nation un Eden africain… Nous avons une force, nous avons des atouts…

Alors comment en 2015, peut-on expliquer que notre terre si riche laisse encore mourir de faim certains d’entre nous ? Comment peut-on justifier qu’en lieu et place de progrès pour l’éducation, pour les transports, pour la santé, pour le commerce, le seul discours du pays soit celui des fusils …

« Vous vaincrez, mais vous ne convaincrez pas ! »

Cette phrase du philosophe Miguel de Unamuno devant Franco Illustre parfaitement l’enjeu de la situation chez nous au Burundi, et je la retourne à M. Nkurunziza.

Quel regard pensez-vous que l‘Histoire portera dans 50 ans sur cette élection d’ores et déjà ratée ? Sans aucun doute, les livres témoigneront qu’une fois encore la brutalité avait emporté le mince espoir d’un éveil de la Nation. Pourtant, la vérité est toute proche… car il existe parmi nous de vrais patriotes, ceux qui savent que plus que tout l’atout de notre pays c’est sa jeunesse, son éducation. C’est avec eux que nous devons construire une nouvelle phase, strictement  et réellement politique, faite d’idées, d’imagination et  d’un rejet absolu de toute violence. Il existe un mot  pour réunir ces principes : le progrès.

Nous ne voulons de mal à personne. Partez simplement, vous les dirigeants de malheur. Votre vie sera toujours meilleure que celle que vous offrez aux paysans de nos collines.

Et en libérant le droit à la pensée politique vous ferez un cadeau immense au Burundi, qui vous vaudra peut être enfin  une peu de reconnaissance aux yeux de l’histoire.

Alexis Sinduhije.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher