topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Sommet de Dar : "le salut du peuple burundais ne viendra que de lui-même" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

Le Pays, 1er juin 2015

Sommet de Dar es-Salaam sur le Burundi :

Que peut la confrérie des sorcières contre l’une des leurs ?

Dar-es-Salam, la capitale de la Tanzanie, a accueilli, en l’espace d’un mois, son 2è sommet sur la crise burundaise. Cette fois, le maître de Bujumbura n’y a pas pris part. Les raisons avancées par son porte-parole pour justifier son absence du sommet, ne volent pas haut.

Elles sont aussi spécieuses que choquantes. Il est  en effet indécent de dire que Nkurunziza est occupé à battre campagne au point de ne pas pouvoir se rendre à un sommet où l’avenir de son pays est en discussion.

Cette absence se présentait a priori comme  un manque de respect vis-à-vis des autres chefs d’Etat de la communauté des Etats de l’Afrique de l’Est. Mais les enjeux (pour l’avenir même de ces têtes couronnées) valaient bien plus qu’une irrévérence ! La vérité est que le porte-parole du satrape de Bujumbura ne pouvait pas avouer que son maître a eu peur de sortir du pays. « Chat échaudé craint l’eau froide », dit la sagesse.

Les attentes de l’opposition et de la société civile burundaise sont bien déçues

Nkurunziza qui a failli perdre son fauteuil la première fois où il s’est rendu à Dar-es-Salam en Tanzanie, pour discuter de la même crise, ne voulait plus prendre le moindre risque. Toute chose qui prouve à souhait qu’il y a de la frilosité chez le président burundais, malgré l’image de sérénité qu’il tente de donner. Il ne maîtrise pas les choses comme il veut le faire croire car, en dépit de la répression sauvage des manifestants par les forces qui lui sont fidèles, la contestation reste active.

Cela dit, au sortir de ce sommet, les chefs d’Etat de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est, réunis au chevet du Burundi, n’ont trouvé, comme seule potion pour remettre le malade sur pied, qu’un report des élections. Rien de plus. Sur la table des chefs d’Etats, deux options avaient été déposées par les ministres des affaires étrangères, venus baliser le terrain. La première était de reporter les élections et ouvrir une période transitoire sans Nkurunziza, moyennant l’acceptation de certaines conditions par l’opposition, toutes tendances confondues. La deuxième consistait à reporter les élections avec des conditions très strictes de respect de la liberté des médias et de la garantie d’un scrutin ouvert.

Finalement le sommet a opté pour le maintien de Nkurunziza dans la course pour un troisième mandat.   Quelle honte !  Les attentes de l’opposition et de la société civile burundaise vis-à-vis de ce sommet sont bien déçues. Mais, pour dire vrai, il ne fallait pas s’attendre au miracle. Le peuple burundais n’avait aucune raison de compter beaucoup sur les chefs d’Etats de la région.  Que pouvait-on en réalité espérer de ces princes régnants qui, en dehors du Tanzanien, auront montré toute leur aversion pour la démocratie ? Faire le procès de Nkurunziza aurait été, pour eux, se tirer une balle dans le pied.

Dans de telles conditions, on a envie de se demander ce que peut une confrérie de sorcières contre l’une des leurs ? Rien ! Bien au contraire, ces sorcières travailleront plutôt à préserver les intérêts de chaque membre. Remonter les bretelles au président burundais aurait été, pour chacun de ces satrapes, se mettre dans une posture difficile. En vérité, tous autant qu’ils sont, souhaitent,  en secret, que Nkurunziza triomphe des contestataires burundais.  Car si Nkurunziza tombe, ils tomberont. Il fallait donc être bien naïf pour croire que l’Ougandais Museveni (une « calamité » démocratique), le Rwandais Kagame qui rêve aussi d’un troisième mandat, pour ne citer que ceux-là, indiqueraient la porte de sortie à Nkurunziza.

C’est au peuple burundais déjà héroïque, de montrer qu’il a conscience qu’il ne peut compter d’abord et surtout que sur lui-même

C’est dire si le salut du peuple burundais ne viendra que de lui-même. Les manifestants burundais ne doivent donc pas baisser la garde. D’autant qu’il est de plus en plus notoire que la seule solution pour venir à bout d’un  dictateur, c’est la rue. Le peuple burkinabè l’a bien compris. Comme le disait Thomas Sankara, le Père de la révolution d’août 1983 au Burkina :« l’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir. Seule la lutte libère ». C’est au peuple burundais déjà héroïque, de montrer qu’il a pleinement conscience qu’il ne peut compter d’abord et surtout, que sur lui-même. C’est à lui de prouver qu’il est capable d’assumer pleinement sa révolte en vue de briser les chaînes de la dictature Nkurunziza.  C’est à lui de refuser d’aller vers les portes de l’enfer que lui ouvre Nkurunziza.  Il ne doit pas flancher dans ce combat. 

Et le soutien de certains pays européens, au premier rang desquels la Belgique et l’Union européenne elle-même, doit raffermir son combat et sa détermination. Il convient d’ailleurs de saluer au passage le courage et la fermeté de ces partenaires du Burundi, face aux dérives du régime Nkurunziza. Convaincues de la noblesse de leur lutte, la société civile et l’opposition politique burundaises doivent continuer à rester mobilisées. Elles ne doivent pas se laisser distraire par quelque promesse sans lendemains du camp Nkurunziza. C’est au prix d’une telle vigilance et d’une mobilisation sans faille que les contestataires auront raison de Nkurunziza et de sa folie « pouvoiriste ».

NdlR : Le Pays est un quotidien d'un groupe de presse privé du Burkina Faso

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher