topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Domitille Kiramvu : "Que de privations pour en arriver là" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

Deutsche Welle, 30.07.2015

Les défis qui se présentent au Burundi

Spéculations, conjectures, supputations, ébauches de solutions tiennent le haut du pavé de toutes les conversations au Burundi. Une tribune de Domitille Kiramvu, journaliste burundaise en exil.

Malgré le désaveu, les protestations et la condamnation unanimes d’une partie importante des burundais et de la communauté internationale sur la candidature de NkurunzizaPierre au 3è mandat, les élections à cette fin viennent d’être organisées à la hussarde dans un climat de fortes tensions et de violations des droits de l’homme.

Ce passage en force oblige les tenants du refus (opposition politique, organisations de la société civile et des droits de l’homme, communauté internationale, …) à passer sous les fourches caudines, pour envisager une issue salvatrice. Spéculations, conjectures, supputations, ébauches de solutions tiennent le haut du pavé de toutes les conversations : acteurs politiques éclairés, profanes et protagonistes de tous bords s’interrogent sur l’issue d’une telle situation et le moins que l’on puisse dire est que le consensus, et encore moins l’unanimité, sont loin d’être dégagés.

A cela s’ajoutent les atermoiements d’une médiation qui a démarré sur des chapeaux de roue, mais qui s’est heurtée à la fourberie d’un gouvernement dont le souci est tout, sauf les supplications et les pleurs d’un peuple qui ne sait à quel saint se vouer ! Cette médiation en perte de vitesse pour ne pas dire à l’agonie, reste médusée et hésitante, ne parvient pas à se dégager de ce panier de crabes pour se mettre au-dessus de la mêlée afin de jouer son rôle de catalyseur de l’émergence de solutions.

Face à cet embrouillamini, tel dans le radeau de la méduse ou dans l’arche de Noé, c’est le sauve-qui-peut, des fuites en solo, des alliances qui se nouent et se dénouent au gré de la direction du vent ou de la force des acteurs en présence. Des solutions les unes plus éphémères, plus surréalistes, idéalistes et audacieuses que les autres sont suggérées toutes les minutes mais aucune n’emporte l’adhésion des uns et des autres.

La constante reste toujours la lancinante question : que de sang versé, que de morts, que d’emprisonnements, que de citoyens innocents déversés sur les chemins incertains de l’exil, que d’intimidations, que d’humiliations, que de privations ? Tout cela pour en en arriver et en rester là ? A qui la faute ? La déloyauté de l’adversaire ou l’impéritie des contestataires, toutes catégories confondues ? Les règlements de compte se profilent à l’horizon avec un comportement tantôt accusateur, tantôt auto défensif et adamique du pécheur pris en flagrant délit.

Un gouvernement de transition, d’union nationale, un conseil pour le respect des accords d’Arusha et de l’Etat de Droit au Burundi ? Une lutte armée jusqu’au finish ? Un coup d’Etat ? La poursuite des négociations (par qui ? pour quoi ? Avec quel médiateur et quelle forme ?). Des sanctions internationales ciblées ou de tous ordres pour asphyxier et ramener à la raison l’arrogante mafia au pouvoir à Bujumbura.

Toutes ces solutions ont en commun deux éléments essentiels. D’une part l’agacement face à l’humiliante et infamante violation de la légalité constitutionnelle par ceux-là même censés en assurer le strict respect. D’autre part l’absence d’un leadership monolithique, capable de fédérer, coordonner, canaliser les différentes initiatives, actions et faire entendre d’une seule voix les objectifs poursuivis, leur matérialisation, voire même le chronogramme des actions. Ce dernier aspect constitue un boulet aux pieds des victimes du pouvoir et Dieu seul sait qu’ils sont nombreux, un handicap d’autant dommageable que le pouvoir en profite pour tirer les ficelles au profit de la désagrégation et des ralliements contre nature.

Dans un tel contexte de désorganisation, chacun se croit investi du rôle sacré de meneur de jeu. Les anciens collaborateurs du régime, ayant activement participé à la conception et l’érection du système nauséabond, tout aussi comptables de la déliquescence de l’Etat que ceux qu’ils prétendent combattre, dans leur dessein qui cache mal leur volonté de régler leurs comptes à ceux qui ont occasionné leur déchéance, se maquillent spontanément de la crème de la virginité politique et se font passer pour des censeurs, les faucons devenant des colombes.

Des retraités politiques en mal de visibilité nous rappellent au bon souvenir des hauts faits qu’ils ont imprimés à leur passage au sommet de l’Etat, oubliant du coup qu’ils ont été aussi vomis par le peuple du fait de leur dérive autoritaire et leurs orientations liberticides.

De jeunes loups, des néophytes de tout acabit s’en prennent aux dinosaures et nous font miroiterdes heures de gloire, une fois leur proposition agréée. Voilà l’image peu idyllique et pitoyable que présentent les tenants du changement au Burundi !

Osons espérer que le temps aidant, le réalisme politique prendra le pas sur les ego, les fourbes et mesquines spéculations des uns et des autres, pour imposer une stature et une posture dignes d’homme d’Etat.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher