topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

M. Frédéric Nahimana est le nouveau Ministre de la Communication et des Médias. Il a été nommé par le décret présidentiel N¤ 100/136 du 14 septembre 2018. [@rib News, 18/09/2018] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
La Belgique veut mettre la pression sur les autorités burundaises Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

BBC Afrique, 2 octobre 2015

Bruxelles suspend des projets au Burundi

La Belgique a annoncé vendredi avoir suspendu une série de projets de développement au Burundi. Selon la correspondante de la BBC à Bujumbura, les projets concernent le soutien au pavage, à la justice burundaise et à la gouvernance.

"Un certain nombre de projets plus proches de la population, comme en matière d'éducation, d'agriculture et de soins de santé, ne sont pas suspendus. Nous allons essayer de minimiser l'impact", a déclaré le vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo (photo).

Selon lui, cette suspension vise à intensifier la pression politique, à mener les dirigeants burundais à la table de négociation avec l’opposition et à éviter la récupération politique

D’après la déclaration, le Burundi reste le pays auquel la Belgique garantit le plus d'aide par habitant, plus encore que la République démocratique du Congo.

Jeudi, l'Union européenne a adopté des sanctions contre 4 personnes impliquées dans la répression des opposants au régime, et la Belgique veut désormais aussi envoyer un signal.


 

RFI, 02-10-2015

Burundi : la Belgique gèle plus de 60 millions d'euros d'aides

Après l'adoption de sanctions contre quatre responsables burundais, l'Union européenne ouvrira dans les tout prochains jours les négociations autour de l'article 96 de l'accord de Cotonou. Ce dernier régit la coopération entre l'Union européenne et les États de la zone Afrique, Caraïbes et Pacifique. A la veille du déclenchement de cette procédure, la Belgique a décidé de suspendre toute coopération avec le pays pour un montant de plus de 60 millions d'euros. Ce n'est pas le premier pays européen à prendre cette décision. Cela fait partie d'une stratégie globale de l'Union européenne pour amener les autorités burundaises à rouvrir l'espace politique et créer les conditions d'un dialogue inclusif.

La Belgique a décidé de suspendre toute coopération avec le Burundi et d'arrêter sur le champ la coopération avec la police, accusée d'être responsable de violations des droits de l'homme et d'une répression féroce contre toute opposition. Pourtant partenaire privilégié, la Belgique a décidé de geler pour plus de 60 millions d'euros de projets.

Il n’est pas question de punir directement le peuple burundais, mais bien les autorités qui perçoivent directement les aides de la Belgique. « C’est avec beaucoup de regrets que nous prenons cette décision. (…) Nous sommes en train de faire une évaluation de quelles sont les alternatives possibles pour ce budget. Ce serait des alternatives qui travailleraient directement avec la population avec d’autres organisations qui ne sont pas liées avec les autorités burundaises. On veut être prêts pour dans 120 jours, si on voit qu’il n’y a pas d’amélioration, de pouvoir continuer à aider la population burundaise sans devoir le faire à travers les autorités publiques burundaises », affirme le vice-Premier ministre belge Alexander De Croo.

Si la Belgique suspend son aide économique, c’est dans l’objectif de mettre la pression sur les autorités burundaises : « Nous sommes un partenaire depuis longtemps de la population burundaise et on aimerait que sa situation s’améliore. Néanmoins, on ne voit pas comment cette situation pourrait s’améliorer s’il n’y a pas un vrai dialogue politique inclusif. Le but est donc de ramener tout le monde autour de la table, d’avoir un dialogue inclusif. Cela a été l’élément crucial de la paix au Burundi les dix années précédentes. C’était juste le caractère inclusif et représentatif de toute la politique burundaise et nous sommes convaincus que ce sera un élément essentiel du futur du pays aussi. Il faudrait que le calme puisse revenir le plus vite possible et que de vraies libertés politiques puissent voir le jour ».

La Belgique n’est pas la première à utiliser ce procédé. L'Allemagne l'avait déjà fait en juin dernier, avant même la présidentielle, estimant que le Burundi avait violé ses engagements en termes de démocratie et de droits de l'homme. Les Pays-Bas ont fait de même plus récemment le 14 septembre. Objectif : faire monter la pression graduellement et notamment la pression financière.

Pression politique: l'article 96 de l'accord de Cotonou

Cette annonce de la part de la Belgique intervient donc dans un contexte global de pression européenne pour ramener les autorités burundaises vers les discussions. Une nouvelle phase devrait être entamée avec l'envoi d'une lettre en forme d'invitation de l’UE aux autroités burundaises dans le courant de la semaine prochaine. Une information que confirme le vice-Premier ministre belge, Alexander de Croo. A travers ce courrier, l'UE informe officiellement le gouvernement burundais qu'il a manqué à ses obligations - au titre de l'accord de Cotonou - en termes de démocratie et de respect des droits de l'homme.

Les autorités burundaises auront 30 jours pour y répondre. En cas d'absence de réponse, cela conduirait à une rupture de toute coopération. Si le gouvernement accepte de négocier, les deux parties auront quatre mois pour se mettre d'accord et éviter la rupture.

« On hésite souvent à utiliser la procédure de l'article 96, mais le Burundi est le pays où vu sa dépendance à l'aide internationale, 50% de son budget, ça a le plus de chance de marcher », explique un officiel Européen. « Ils ne vont pas nous dicter notre politique », rétorque un responsable burundais. Avant de conclure : « s’ils veulent affamer le peuple, qu'ils le fassent ». Interrogé par RFI, le ministre burundais chargé des relations extérieures n'a pas souhaité réagir dans l'immédiat. Alain Aimé Nyamitwe est à New York où, en marge de l'assemblée générale des Nations unies, avec le vice-président Joseph Bukeye, il a multiplié les rencontres bilatérales.


 

Jeune Afrique, 02 octobre 2015

Burundi : la Belgique suspend une partie de son aide

Après les sanctions européennes infligées à trois proches de Pierre Nkurunziza, l'ancienne puissance coloniale belge a suspendu vendredi 2 octobre une partie de son aide, dont les fonds atterrissaient directement dans les caisses de l'État burundais.

Les sanctions et les pressions se succèdent à l’encontre du régime de Pierre Nkurunziza, mis au banc de la communauté internationale après son élection controversée à un troisième mandat qualifié d’anticonstitutionnel. Après que l’Union européenne (UE) a adopté jeudi 1er octobre des sanctions contre quatre personnes, dont trois proches du président, la Belgique à de son côté pris une mesure supplémentaire.

L’ancienne puissance coloniale a ainsi suspendu « à contre-cœur » une partie de son aide au Burundi, a annoncé vendredi le vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo. La coopération policière, suspendue depuis le mois de mai, est de son côté arrêtée sur le champ, ajoute un communiqué du gouvernement.

Les projets de développement suspendus sont ceux dont les financements atterrissent directement dans les caisses de l’État. Ces fonds seront désormais reversés à d’autres projets de développement indépendants du gouvernement, précise la Belgique. « Les moyens pour lesquels nous avons la certitude qu’ils profiteront à la population sont maintenus, je pense notamment aux soins de santé », ajoute ainsi le vice-Premier ministre, qui espère que ces mesures provoqueront le rétablissement du dialogue.

Une sanction similaire de l’UE à venir ? 

Il ne s’agit pas de la première sanction infligée par l’ancienne puissance puissance coloniale. En mai, la Belgique avait ainsi décidé de suspendre son soutien au processus électoral, qui allait faire réélire Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat.

Mais cette fois-ci, la mesure touche directement les autorités burundaises au portefeuille. Selon l’agence de presse britannique Reuters, 50 millions d’euros en provenance de la Belgique atterrissaient directement dans les caisses de l’État burundais en 2013. Et la pression financière pourrait encore s’accroître. Car toujours selon l’agence de presse britannique, l’Union européenne, qui finance près de la moitié du budget annuel de l’État burundais, envisage également de limiter son soutien financier.

Par Claire Rainfroy

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher