topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

M. Frédéric Nahimana est le nouveau Ministre de la Communication et des Médias. Il a été nommé par le décret présidentiel N¤ 100/136 du 14 septembre 2018. [@rib News, 18/09/2018] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Scepticisme après les "sanctions ciblées" de l'UE contre le régime burundais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

Le Pays, 04/10/2015

Sanctions contre le Burundi : Aller au-delà des mesurettes

Depuis l’infâmante réélection de Pierre Nkurunziza à la tête du Burundi, le 21 juillet 2015, que n’a-t-on pas essayé du côté des opposants à ce mandat de trop, pour ramener la brebis égarée à la bifurcation où elle s’était trompée de chemin menant à la paix, laborieusement tracé par les accords d’Arusha ? On aura utilisé toutes les recettes disponibles à l’interne, allant des manifestations pacifiques à la radicalisation de la contestation, en passant par le coup d’Etat du Général  Godefroid Niyombaré, le 13 mai dernier, qui n’aurait pas dû être foireux.

Mais de toute évidence, il en faut plus pour amener le « têtu de Bujumbura » à renoncer au 3e mandat en cours, pour ne pas exposer le Burundi à la guerre civile et à l’instabilité chronique tant redoutées par les observateurs et analystes de la situation qui prévaut actuellement dans ce pays. C’est certainement dans cette optique que s’inscrivent les sanctions prises par les partenaires européens du Burundi (l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Union européenne (UE) et la Belgique), et qui consistent à geler les fonds destinés aux caisses de l’Etat et à asphyxier financièrement certains proches du dictateur afin de réduire considérablement leurs capacités de nuisance.

Mais pour qui connait Nkurunziza et son penchant quasi maladif à s’agripper à son fauteuil contre vents et marées, ces « mesurettes » à elles seules ne feront pas, dans l’immédiat en tout cas, bouger les lignes dans le sens du retour du Burundi à une vie démocratique normale.

La clé pour la résolution de la crise est entre les mains des patriotes burundais

Il pourrait accepter le principe du dialogue inclusif exigé par l’UE, à condition évidemment  que le mandat qu’il est en train d’exercer au péril de sa vie, ne soit pas remis en cause. Dès lors, espérer que ces sanctions ciblées pourront dissuader le pasteur-président d’aller jusqu’au bout du chaos, relève sinon de l’indifférence vis-à-vis de l’insécurité et des souffrances dans lesquelles végètent les populations burundaises farouchement opposées à la forfaiture, du moins de la naïveté des partenaires responsables de ces sanctions.

Il faut bien le regretter, les organisations internationales, l’Union africaine (UA) en tête, ont jusqu’ici fait preuve d’un laxisme coupable vis-à-vis des autorités burundaises. Comment peut-on être aussi « compréhensif » vis–à-vis d’un criminel de l’acabit de Nkurunziza, quand on sait que la parodie d’élection présidentielle organisée en juillet dernier au Burundi, n’est ni plus ni moins qu’un coup d’Etat constitutionnel ? La condamnation sans équivoque du putsch perpétré au Burkina Faso, le 16 septembre dernier, assortie de sanctions immédiates et sans restriction par l’UA, a été saluée par tous les démocrates du continent, pour avoir contribué à fragiliser le funeste projet des putschistes qui ont même été qualifiés de « terroristes ».

Apparemment, sur l’échelle des crimes contre la démocratie conçue par l’organisation continentale, l’acte posé par Nkurunziza au Burundi n’a pas le même niveau de gravité que le putsch fomenté par le Général Diendéré au Burkina Faso. Autrement, les autorités burundaises auraient dû être isolées et le Burundi suspendu de toutes les organisations sous régionales et internationales (UA, ONU…), histoire de les confiner dans leur pays pour mieux les étouffer.

Mais comme on se plait à le rappeler depuis la résistance citoyenne du peuple burkinabè face à son propre Nkurunziza (Blaise Compaoré, en l’occurrence), et tout récemment face au coup d’Etat militaire, c’est d’abord au peuple lui-même de prendre son destin en main en rejetant massivement toute forme de dictature, quitte à bénéficier du soutien des pays étrangers.

Certes, le cas du Burundi est plus complexe parce que le pays a connu des guerres civiles dont les comptes n’ont pas encore été totalement soldés, mais la clé pour la résolution de cette crise qui va crescendo depuis son déclenchement en avril dernier, est entre les mains des patriotes burundais qui devront mettre en sourdine les clivages ethniques afin de sortir leur pays du chaos dans lequel il est en train de s’enfoncer inexorablement. C’est ce sursaut salvateur, couplé aux pressions économiques, financières et diplomatiques plus drastiques qu’elles ne le sont actuellement, qui finiront par avoir raison du pouvoir sanguinaire de Pierre Nkurunziza.

Hamadou GADIAGA

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher